Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Iron Reagan, The Black Dahlia Murder , Arsis, Municipal Waste, Gwar
- Style + Membre : Six Feet Under
 

 Facebook (79)
 Site Officiel (155)

CANNABIS CORPSE - From Wisdom To Baked (2014)
Par CHAPOUK le 12 Août 2014          Consultée 2230 fois

À la base ce groupe n’était qu’une blague ou un tribute, ça dépend du point de vue. Mais ça fait tout de même 8 ans que la plaisanterie dure et cette année sort le 4ème album studio des deatheux défoncés. Ce "From Wisdom To Baked", qu’on peut littéralement traduire par « de la sagesse à la défonce », semble être tout un programme.

Déjà il faut savoir que l’ex bon GWARien qu’est Brent Purgason a remplacé Nick Poulos, l’ancien gratteux du groupe, que Phil Land, le gratteux/bassiste du groupe s’est approprié le chant suite au départ de Andy « Weedgrinder » en 2011, que seul le batteur reste le même, et pour ceux qui se le demanderaient, oui le nom de ce skeud est bien un gros clin d’œil au "From Wisdom To Hate" de GORGUTS. Mais malgré tout, musicalement il ne faut pas s’étonner si le groupe n’invente rien, non, il ne fait que dépoussiérer le Death Old-School. Par rapport à son précédent opus "Beneath Grow Lights Thou Shalt Rise" on observe une sorte de régression un peu surprenante en terme de technicité. Ben oui ça fait un peu bizarre de passer d’une sorte de Thrash/Death plutôt mélodique dans l’ensemble, à du gros Death bien roots comme on peut en trouver sur leur premier album, mais avec une meilleure prod, et un gros côté Stoner qu’on dirait emprunté à BONGZILLA. C’est une façon de faire qu’on pourrait trouver illogique, mais après tout pourquoi pas, ça surprend juste.

Je reviens sur le côté Stoner cinq minutes, car je voulais préciser quelque chose : tout l’album a l’air embrumé, exemple flagrant sur l’intro de "THC Crystal Moutain". Mais même "Zero Weed Tolerance", "Considered Dank", "With Their Hash He Will Create" qui sont pourtant des morceaux agressifs, avec même des petits côtés Thrashy, semblent pédaler dans un nuage de fumée opaque. Il y a un côté volontairement « high » qui a été donné à l’album. Non pas dans le sens on s’envole pour un joli voyage dans un autre monde, c’est beaucoup moins glam que ça dans le cas présent. Il faut plutôt imaginer que lorsqu'on écoute cet album on est proche de l'état de loque enfumée. Vous voyez sûrement, ce que je veux dire : tellement déchiré qu’on ne peut pas bouger notre cul du canapé d’un iota, et que le pétard qu’on a dans la main on ne peut que le fixer avec envie, car notre corps semble tellement lourd et impotent qu’on est incapable de fournir un effort aussi violent que celui de le porter à notre bouche.

Malgré ce côté pesant, il y en a un qui semble quand même bien énergique dans le trio : Phil Land. Le bonhomme impressionne carrément, on le savait très bon bassiste mais il démontre qu’il est également très bon chanteur. La vache la technique de growl de ce mec est impressionnante et surtout convaincante ! De l’éructation de possédé, au vomito contenu dans l’œsophage en passant par le hurlement primaire, tout semble lui réussir. Et puis méga-baffe surtout avec sa performance vocale sur "Individual pot Patterns", morceau à la frontière du Grindcore qui accueille en featuring Chris Barnes (ex CANNIBAL CORPSE et fondateur de SIX FEET UNDER).

J’accorderai deux mentions spéciales : une au titre "Pull The Carb" qui est plutôt réfléchi et structuré de manière à illustrer les paroles et une autre à "Medicinal Healing" qui me rappelle les débuts de GOJIRA et dont les paroles sont beaucoup moins futiles que celles des précédents morceaux.

Tout d’abord il faut savoir que "Pull The Carb" signifie dans le jargon des fumeurs de beuh « couler une douille ». Le titre (dont la structure fait coucou à celle de "Pull The Plug" de DEATH) met donc en scène ce qu’il se passe dans le cerveau, l’organisme d’un fumeur qui se défonce de cette manière. Et ça marche bien, le riffing, saccadé mais excellent, et la double pédale montrent parfaitement l’instant de panique dû au sentiment de suffocation qu’on peut éprouver lorsqu’il faut aspirer toute la fumée contenue dans le tube (surtout lors des premières fois), ce « Oh mon Dieu ça pique, ça brûle, je vais tousser, mais faut tout garder pour que ça marche !! » qui nous fait pleurer malgré nous, nous donne une tête de poisson fugu et un teint de piment d’Espelette. Et puis par la suite le gros break bien lourd (impression due en grande partie à la basse) qui fait son entrée évoque, évidement, le moment salvateur où on arrive à recracher toute la fumée qu’il y a dans nos poumons sans s’étouffer, pendant que dans notre cerveau ça fait tilt et qu’on se retrouve stoned sans s’en rendre compte.

Sur "Medicinal Healing" c’est un Death un peu plus technique et plus conscient qui fait son apparition. Toujours en accord avec le thème principal du groupe, ce morceau aborde les propriétés médicales de la marijuana et dément les mythes et légendes urbaines qu’on peut entendre à propos de la plante et de certains de ses effets nocifs sur la santé. Il évoque également l’avancée actuelle faite vers la légalisation, ou au moins la dépénalisation, de la weed.

Au final je pense que c’est un album qui même s'il ne se démarque pas par son originalité évite de tomber dans la répétitivité et a le mérite de s'écouter tout seul d'une traite malgré cette fumée dense qui plane sur quasi tous les morceaux. Il plaira à tous ceux qui ont aimé le premier skeud du groupe : "Tube Of The Resinated", car il est mieux produit que celui-ci, beaucoup plus puissant et il comporte une atmosphère plus travaillée. Même si le délire sur la beuh peut en saouler, voire en rebuter certains, j’ai envie de dire que les paroles ne font pas partie de l’aspect le plus important du groupe (même si pour moi elles sont intéressantes et contribuent au délire), on peut très bien accrocher juste à la musique.

Donc en conclusion, oui, même un Straight Edge peut écouter du CANNABIS CORPSE.

A lire aussi en DEATH METAL par CHAPOUK :


ACID WITCH
Evil Sound Screamers (2017)
Pour tous ceux qui préfèrent Halloween à Noël !




CANNABIS CORPSE
Left Hand Pass (2017)
Tout est bon dans le pochon !


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
  N/A



- Land Phil (basse, guitare, chant)
- Brent Legion (guitare)
- Hallhammer (batterie)


1. Baptized In Bud
2. Zero Weed Tolerance
3. Weedless Ones
4. Individual Pot Patterns
5. Pull The Carb
6. Considered Dank
7. Voice Of The Bowl
8. Thc Crystal Mountain
9. With Their Hash He Will Create
10. From Wisdom To Baked
11. Medicinal Healing



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod