Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Bandcamp (537)

GORGUTS - Colored Sands (2013)
Par ENENRA le 28 Novembre 2013          Consultée 3510 fois

GORGUTS. À l'époque on pouvait vraiment tout se permettre. Remarquez cette allitération qui te fout les deux mains dans les viscères, les yeux révulsés par cette matière molle et sanguinolente. GORGUTS, le groupe trop souvent ramené au statut du "one-hit-wonder" (ça commence à être pompeux ici) est de retour après 12 ans sans réelle nouvelle sortie, un split et un retour en solitaire de Luc Lemay, chanteur-guitariste de la formation. Et remarquez, le bougre sait s'entourer...

Parlons d'ailleurs du line-up (mais alors vite fait) : Colin Marston à la basse, guitariste des tarés de BEHOLD THE ARCTOPUS et des surprenants KRALLICE ; son pote Kevin Hufnagel qui partage quelques projets avec lui, à la guitare et, le meilleur pour la fin, la machine de guerre à la batterie, j'ai nommé John Longstreth, le mec derrière les fûts chez DIM MAK, ORIGIN et feu-ANGELCORPSE — le monstre quoi (cependant assez discret finalement ici). Avec toutes ces forces de son côté, on se dit que Luc Lemay n'a pas intérêt à proposer du matériel de merde quand même, ça serait dommage. Après tant d'années d'absence, le petit père n'a pas envie de faire les choses à moitié et nous revient avec un concept album plutôt pas mal fichu dans sa construction. Pour plus d'info sur qui parle de quoi, et comment les mandalas c'est génial, je vous redirige vers une très bonne interview, recopier ce genre de trucs n'étant pas nécessaire, ni mon passe temps favori.

Venons-en à la musique. GORGUTS en 2013, comment ça sonne ? Si on allait un peu trop vite en besogne, nous crierions à l'opportunisme de grande surface "Oh regardez ils surfent sur la vague du Death incantatoire et dissonant !", ce serait bien entendu oublier que GORGUTS est en fait... le courant qui donna naissance à cette vague (on revient à "Obscura"). Vous l'aurez compris, on reprend où "Obscura" avait fini, mais en plus mystique, en plus poussé dans le raisonnement, les thèmes abordés et les ambiances. Tout en rendant cet opus très accessible.

Si on voulait résumer grossièrement ce que vous réserve "Colored Sands" ça ressemblerait à un : "The Destroyer Of All" qui copule avec "Paracletus" pendant que "Flesh Cathedral" (ce côté psychotrope et mystique à la fois) fait vibrer les haut-parleurs. Et même si Lemay avouera lui-même n'avoir entendu parler que très récemment de tous ces groupes, de toute mouvance qui aime foutre de la dissonance à tous les coins du disque, je persiste et signe sur ce combo sulfureux.

"Colored Sands" fait vraiment preuve d'un savoir-faire assez phénoménal et on ne peut pas dire qu'il y a une quelconque faute de goût dans ce nouvel opus. Le début de la galette est vraiment impressionnant au pur niveau de la composition où les sonorités à la fois étouffantes et célestes se mêlent avec maestria, tout mixé au poil, chaque instrument débordant sur l'autre, formant un tout unique très puissant. Sans parler de la voix de Lemay, certes peu profonde mais qui, superposée à la musique qui va allègrement chercher dans les circonvolutions spirituelles, n'a de cesse de me crier "MOAR WEED" dans les tympans sur toute la première partie de l'album. Il y a vraiment quelque chose qui surgit de nulle part ici : une force fondamentalement dominatrice, mais comme inexorablement dirigée vers le Ciel, dans une sorte d'état second, transe désordonnée et chaotique. Et c'est bien entendu la grosse force du skeud.

Malheureusement, tout comme sur "Obscura", le soufflet a tendance à retomber... Après un interlude qui fait la césure entre les deux parties bien distinctes du disque (conceptuellement parlant du moins) et l'étouffante et conquérante moissonneuse-batteuse incarnée par l'impressionnant "Enemies Of Compassion", GORGUTS ressert un peu son étau qu'on aurait apprécié réellement angoissant sur "Ember's Voice" avant de plonger dans l'acide avec "Absconders", la seule piste écrite par un autre membre que Lemay : Kevin Hufnagel. La dure vérité est que "Enemies Of Compassion" lançait inévitablement une course à l'armement, à l'accélération du tempo jusqu'à l'explosion finale, là où finalement on retombe sur un rythme que l'on pourrait qualifier facilement "de croisière" sur la fin du disque, avec des compositions beaucoup plus portées sur l'atmosphère et qui ont du mal à vraiment nous faire décoller.

En fin de compte, le retour de GORGUTS est donc loin d'être décevant. Ce dont peu de retours peuvent se targuer. Le groupe se place facilement dans le top des meilleurs sorties Death Metal de l'année, il a juste du mal à me conquérir sur tout sa durée, ainsi qu'à vraiment me clouer sur place comme d'autres albums de Death sortis cette année peuvent le faire. "Colored Sands", un très bon album, ingénieux, mais peut-être également un peu trop facile d'accès dans sa catégorie. Il frôle donc la sélection, par pure cruauté.


Nature gave to man contemplation

A lire aussi en DEATH METAL par ENENRA :


ÆVANGELIST
Omen Ex Simulacra (2013)
Déchirer la chair...




LVCIFYRE
Svn Eater (2014)
Hell On Earth

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   ENENRA

 
   MEFISTO

 
   (2 chroniques)



- Luc Lemay (chant, guitare)
- Kevin Hufnagel (guitare)
- Colin Marston (basse)
- John Longstreth (batterie)


1. Le Toit Du Monde
2. An Ocean Of Wisdom
3. Forgotten Arrows
4. Colored Sands
5. The Battle Of Chamdo
6. Enemies Of Compassion
7. Ember's Voice
8. Absconders
9. Reduced To Silence



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod