Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (1 / 7)
Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (192)
 Facebook (155)

LIMP BIZKIT - Significant Other (1999)
Par CHAPOUK le 5 Novembre 2013          Consultée 2751 fois

Très inspiré par KORN, les Biscuits Mous ont contribué à populariser le Neo Metal, grâce, ou plutôt à cause de la mégalomanie de Fred Durst. Enfin ils ne sont pas les seuls on peut aussi dire merci à LINKIN' PARK pour ça. M’enfin ici il s’agit de parler de "Significant Other" alors parlons en…

Après un premier bon album, LIMP BIZKIT tombe dans les travers de la « commercial attitude ». Et c’est bien dommage ! Les précurseurs du Rap Metal avaient plutôt bien réussi leur coup, c’était groovy, accrocheur, on ressentait quand même pas mal l’influence Metal et Freddy était comme survolté, alternant entre couinements (qui en exaspèrent plus d’un) rappés et hurlements furieux. Alors lorsqu’on insère "Significant Other" dans sa chaîne on peut s’imaginer tomber sur une suite de "Three Dollar Bill Yall$".

Bon déjà entrée en matière plus ou moins réussie, l’intro est inutile mais a le mérite d’être sympa et elle ne dure que 30 secondes, puis grâce à elle on se rend compte que la prod s’annonce super léchée et carrée… Allez, on ne va pas faire la fine bouche dès le départ, laissons leur le bénéfice du doute. Enchaînement sur "Just Like This", aaaahhh cet horrible « bloblotement » électro présent dans l’intro est encore là mais dans une autre tonalité, c’est exaspérant, personnellement je n’entends que ça et arrive vraiment pas à me concentrer sur autre chose ! C’est donc après plusieurs écoutes que j’arrive tant bien que mal à faire abstraction de ce son particulièrement horripilant, qui pourtant ne m’avait pas choqué sur la première piste, et à me concentrer sur les zikos. Et bien l’accent a été mis sur le Rap apparemment, Durst a soigné son flow, mais a complètement dégagé tout accès de rage qui faisait son charme comme sur la terrible reprise de George MICHAEL : "Faith". Ce qui sauve un peu le morceau ce sont les riffs incisifs de Borland et la section basse-batterie qui groove à mort et donne envie de sautiller sur place !
Fin !

Comment ça c’est tout ?
Mais vous voulez que je dise quoi ? Cet album est plat ! On s’ennuie tellement les titres se ressemblent quasi tous, c’est très fade ! Alors au début on se dandine sur "Nookie" et "Break Stuff" qui, il faut le reconnaître, ont par miracle hérité d’un son un peu plus agressif rappelant le premier opus, mais à partir de "Re-Arranged" on se rassoit dans son fauteuil on croise les bras et on attend que ça se passe. Et Dieu sait que c’est long, encore 10 morceaux à supporter…

On a pourtant droit à un défilé de têtes connues ! Jonathan Davis sur "Nobody Like You", eh ouais si si on invite nos potos de KORN pour montrer que comme eux on est torturés et trop tristounets dans nos vies… Non mais non !!! Ce n’est pas convaincant du tout bordel ! C’est surjoué, et puis voilà le niveau des paroles : « Bouhou je sais que tu m’aimes pas, personne ne m’aime je suis trop triste… ». Vu qu’on fait du Rap Metal on invite aussi la légende du WU-TANG CLAN : Method Man pour un featuring sur "N 2 Gether Now". Bon là il faut avouer par contre que ça défonce, si parmi les metalleux il y en a quelques-uns d’assez ouverts pour s’intéresser au Gangsta Rap old-school ils vont être servis. Fred est pour une fois relégué au deuxième plan, mais apporte une contribution utile au morceau, ça sonne très Rap East Coast, bref ce n’est pas dégueulasse du tout !
Le titre précédent "9 Teen 90 Nine" est également une bonne surprise qui nous sort de notre léthargie, cette chanson bombe à mort ! Sa construction est bien pensée et on retrouve, pour la dernière fois dans l’album, un son à la "Three Dollar Bill Yall$".

Je passerai sous silence la fin de la galette qui re-sombre dans ses travers mièvreux et mollassons. Quoique non, il faut quand même aborder, l’outro, inutile tout comme l’intro, qui contribue à enfoncer le groupe avec ce « Limp Bizkit is funking cool, you guys are cool, the new record is great » qui conclue l’album. Au moins on a compris Fred Durst est décidément imbu de sa personne c’est insupportable !

Personnellement ce qui me déplaît dans ce second opus des ricains, ce n’est pas qu’ils aient pris ce tournant très Rap, au contraire je n’ai absolument rien contre le mélange Rap et Metal, aimant aussi bien le premier style que le second, à mon avis ça peut très bien rendre, comme sur leur premier album. D’ailleurs Fred Durst excelle dans son flow, mais la galette et beaucoup trop longue et répétitive, les paroles sentent le vide à plein nez, LIMP BIZKIT essaye juste de pomper ce qui fait le succès de groupes tels que KORN et ce n’est pas crédible pour un sou, tout juste bon à passer sur MTV… On est très très loin de la qualité de "Three Dollar Bill Yall$" qui détonnait à la fois pour cette fusion Rap-Metal et pour le côté écorché de la prod et du son en général.

A lire aussi en NEO METAL par CHAPOUK :


LOFOFORA
L'Épreuve Du Contraire (2014)
La bande à Reuno




LIMP BIZKIT
Three Dollar Bill Yall $ (1997)
Les roquets du néo


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
  N/A



- Sam Rivers (basse)
- Dj Lethal (scratch, samples, claviers, programmation)
- John Otto (batterie)
- Fred Durst (chant)
- Wes Borland (guitare)
- Jonathan Davis (chant sur 'nobody like me')
- Method Man (chant sur 'n 2 gether now')


1. Intro
2. Just Like This
3. Nookie
4. Break Stuff
5. Re-arranged
6. I'm Broke
7. Nobody Like You
8. Don't Go Off Wandering
9. 9 Teen 90 Nine
10. N 2 Gether Now
11. Trust
12. No Sex
13. Show Me What You Got
14. A Lesson Learned
15. Outro



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod