Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM-BLACK ATMO ET FOLK  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2013 Saga
2014 V..
2017 Skadi
 

- Style : Agalloch, Gallowbraid
 

 Site Officiel (216)
 Page Facebook (151)
 Page Myspace (200)
 Bandcamp (294)

The FLIGHT OF SLEIPNIR - Saga (2013)
Par WËN le 23 Octobre 2013          Consultée 2455 fois

Si, à brûle-pourpoint et sans introduction (pourquoi faire d'ailleurs ?) je vous parle de grandes sagas épiques et nordiques, de batailles héroïques où guerriers harnachés de cuirs et de peaux de bêtes aiment à se mettre allègrement sur la tronche, qui cela vous évoque t-il ? MOONSORROW ? Évidemment. THYRFING et MÅNEGARM. Clairement. BATHORY ou WINDIR ? J'accepte pour les deux grisonnants, là, au fond, près du radiateur. MANOWAR ? … Sérieusement ? Non, toi, tu sors. KIVIMETSAN DRUIDI ? Tu sors aussi ! ENSIFERUM et TURISAS ? Ça découpe (découpait dans le cas du second) de l'impérialiste romain et du soldat de la Sainte-Croix, ouiiii, j'adhère au concept. AMON AMARTH ? Oui, clairement, avec son Death et son imagerie, ça colle aussi. Et ? C'est tout ?

C'est une évidence, THE FLIGHT OF SLEIPNIR n’est probablement pas le nom qui, le premier, s'imposerait à nous et en cela rien de surprenant étant donné ces quelques raisons plutôt évidentes : déjà, malgré ce troisième opus et quelques EP/splits à son actif, le combo ne jouit, et c'est fort dommage, que d'un succès d'estime. Ensuite, aussi inattendu que cela puisse paraître au vu de son patronyme, le duo nous arrive en droite provenance des States (d'Arvada au Colorado, plus exactement) ce qui forcément, le laisse en marge du circuit Pagan/Viking scandinave traditionnel. Enfin, et c'est sans doute la principale cause de ce manque de notoriété : sa musique évolue simplement dans de toutes autres sphères que celles des groupes précédemment cités. De grandes sagas nordiques, il est bien sur question ici, mais peu de traces de Pagan, voire de Death Metal mélodique, dans les sonorités développées par le combo. Car si il est des ambiances vers lesquelles Clayton Cushman (chant, guitare, basse et clavier) et David Csicsely (chant, batterie et artwork), tous deux ex-ACHERONIAN DIRGE et ex-THROCULT aiment à se tourner ce sont bien ce spleen et cette certaine désespérance innés au Doom Metal (traditionnel et son Sludge de dérivé). Mais ce qui confère cette griffe polaire bien particulière à la formation c'est sans doute cette disposition à mâtiner le tout de quelques étonnantes et belles nuances de Black Atmo. Ce Black, acoustiquement Folk et naturiste dans le propos, parfois légèrement Post Metal, tels que peuvent nous en proposer AGALLOCH et son GALLOWBRAID de cousin.

Ainsi, THE FLIGHT OF SLEIPNIR n'a en rien à rougir des noms évoqués en introduction, seule diffère sa manière d'aborder ces thèmes communs. Les champs de bataille sanglants s'estompent en faveur de walkyries aux formes généreuses (David Csicsely est décidément un dessinateur épatant), les fjords enneigés et leurs brises glaciales font place à des forêts de conifères où règne une quiétude cotonneuse, certes, mais la donne demeure en tout point de qualité. Les hymnes grandiloquents rythmés d'exploits guerriers n'ont que peu de place chez THE FLIGHT OF SLEIPNIR. Ici, les royaumes s'effondrent, les héros connaissent la peur et le doute, puis meurent ; nos deux scaldes se contentant de leur offrir un simple sépulcre de notes et de mélodies via des atmosphères toutes à propos, afin que perdure leur héritage et qu'à leur lignée demeurée au pays, soit conté leurs périples. À la touche extrême, ce Black Doomoïde protéiforme hurlé, mise en exergue sur des titres comme "Prologue", "Harrowing Desperation", "Beneath Red Skies" ou "Demise Carries With It A Song" incombera ainsi le rôle de faire réagir l'auditeur, de lui retranscrire cette colère sous-jacente et cette rage toute nordique. À l'inverse d'autres compositions ("Reaffirmation", "Heavy Rest The Chains Of The Damned", "The Mountain" et "Remission", par exemple) laisseront la place au recueillement ; les guitares acoustiques, le chant clair et la batterie lointaine, perdue en arrière plan, adoptant le parti de calmer le tempo tout en conférant un aspect éthéré et fantomatique au tout. Les larmes ne seront d'ailleurs jamais très loin lorsque les musiciens délaisseront quelques instants leurs arpèges pour des soli bourrés de feeling. Sans trop savoir comment l'expliquer, ces parties Folk et vaporeuses, mélancoliques, nous ramèneront invariablement à l'œuvre de SIMON & GARFUNKEL, la touche Pop en moins (qui en doutait). À ce titre, l'enchaînement des deux premiers morceaux est très représentatif de la teneur de cette "Saga", passant du courroux vindicatif de l'un au spleen acoustique et à fleur de peau de l'autre, tout en douceur et sans l'ombre d'une cassure. Dans le même esprit, le très bon "Hour Of Cessation" et sa touche Doom/Sludge prononcée, divisé en deux parties distinctes, fera la part belle à l'une puis à l'autre de ces facettes dont le groupe se plaît à nous abreuver. Cet "Epilogue" de clôture, enfin, nous fera lui aussi passer par bien des émotions avant de s'achever sur un final Doom apocalyptique.

Dans ce style si particulier qui est le sien, THE FLIGHT OF SLEIPNIR affine ici encore son art, sachant se donner les moyens pour aller au bout de ses idées, faisant fi des courants et des tendances. La production également signée par le groupe lui-même, vintage mais de qualité, revêt un certain charme et renforce encore cette sensation d'affliction qui se dégage du disque. Peu de passages se détachant des autres aux premières écoutes, "Saga" demeure assurément une œuvre complexe à aborder de par sa durée (une heure) et son homogénéité, nécessitant d'être découverte, écoutée puis comprise dans sa globalité avant de pouvoir être réellement appréciée, à sa juste valeur. En effet, même l'oreille la plus avertie aura besoin de son lot d'écoutes avant de pouvoir se rattraper là à un riff, là un solo, d'apprendre à les différencier les uns des autres, puis de pouvoir juger de leur qualité intrinsèque, parmi cette masse sonore en effervescence ou tout s'enchaîne et où chaque élément a définitivement sa place. Laissons-nous simplement transporter.

NB : À noter qu'entre l'édition CD standard, le digipack au format A5 et les vinyles de couleur (ou non) limités, le groupe sait mettre la main à la pâte afin de proposer de beaux objets à son auditoire. Nul doute que chacun y trouve son compte.

A lire aussi en DOOM METAL par WËN :


LUCIFERIAN LIGHT ORCHESTRA
Luciferian Light Orchestra (2015)
THERION, la résurrection




AHAB
The Giant (2012)
The rime of the ancient mariner


Marquez et partagez




 
   WËN

 
  N/A



- Clayton Cushman (chant, guitare, basse, clavier, production)
- David Csicsely (chant, batterie, artwork)


1. Prologue
2. Reaffirmation
3. Reverence
4. Harrowing Desperation
5. Heavy Rest The Chains Of The Damned
6. Judgment
7. Demise Carries With It A Song
8. The Mountain
9. Hour Of Cessation
10. Remission (instrumental)
11. Beneath Red Skies
12. Epilogue



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod