Recherche avancée       Liste groupes



      
SPEED SYMPHO DRAGON  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (1 / 4)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Luca Turilli's Rhapsody, Rhapsody, Luca Turilli , Twilight Force, Grimgotts
- Membre : Alestorm
 

 Site Officiel (864)

GLORYHAMMER - Tales From The Kingdom Of Fife (2013)
Par VOLTHORD le 24 Juin 2013          Consultée 4733 fois

Après le très surestimé ALESTORM, voilà l’autre projet du monsieur qui s’appelle Christopher Bowes. Mais cette fois-ci, il ne singe pas son couplet d’originalité et fait signer son autre groupe de Power Speed Fantasy Dragon Hollywood Poumpoum Metal. Arborant une promotion complaisante présentant chaque musicien à la manière d’une fiche de perso de Donj’ (avec l’alignement, la classe et le niveau), GLORYHAMMER se présentait même comme garant d’une histoire ‘alternative’ de l’Écosse.
Vu que les gonzes sont quand même anglophones, on aurait pu s’attendre à un truc un peu moins bas-de-plafond niveau concept. Mais non, rien de véritablement nouveau ici, même pas quelques vagues histoires de clan ou d’épée à cinq mains (non sans dec ça existe), de n’importe quoi d’un minimum écossais à un niveau Wikipedia (même le Wikipedia en sanskrit), juste un super prince qui veut tuer un méchant sorcier en allant chercher un super marteau. À la limite, on s’en serait grave foutu si l’album avait des mélodies super, des ambiances chiadées et proposait une vision au moins un peu nouvelle, et pourquoi pas humoristique de notre beau monde de bisounours à la medfan Royo D&D Powerslip.

Car GLORYHAMMER aurait pu en remettre une couche, histoire de cacher un peu mieux l’odeur. Il aurait pu venir délicatement jouer sur le vague sentiment de nostalgie geek qui sévit partout sur la toile. Il aurait alors fallu nous en foutre plein la vue, nous balancer des chœurs, accumuler les grosses caisses et le bastonnage symphonique. On aurait aussi aimé entendre une narration avec un gros accent écossais, avec une symphonie de cornemuse, tiens, pourquoi pas, tant qu’à nous servir du kitsch.

Mais voilà, depuis, les ponts ont coulé sous l’eau et le Speed Symphollywood metal n’a plus que le charme insipide d’un vieux cd rayé. GLORYHAMMER se veut ‘cheesy’ à souhait, mais oublie que l’Écosse n’a jamais réussi à pondre un seul bon fromage. Ça pisse à peine du cheddar allégé, et ce n’est pas ce second degré rébarbatif qui rendra la chose meilleure. D’autant plus que du meilleur fromage, ça se fait déjà mieux en Allemagne et en Italie, et si GLORYHAMMER veut se rapprocher de tonton RHAPSODY, il n’en n'imite que l’album le plus carré et le moins symphonique (à savoir "Dawn Of Victory").

GLORYHAMMER vise pas bien haut, le résultat est donc forcément à la hauteur de son manque d’ambition. Il passe avec maniaquerie par tous les clichés et les poncifs du genre, des morceaux prévisibles comme pas deux, avec des chœurs posés au bon endroit ("Angus McFife" et "Magic Dragon" restent quand même en tête, bon Dieu !), des compos bien agencées et des mélodies épiquo-cools mais rarement vraiment originales. Une narration vocodée cheapouille, des petits soli ici et là, parfois sympas, rarement très longs et qui s’avèrent au final plus décoratifs qu’autre chose ("Mighty Dragon" est un bon exemple)... Le passage au titre instrumental "Beneath Cowdenbeath" et le titre de fin d’une dizaine de minutes "The Epic Rage of Furious Thunder" (eh oui) sont autant d’étapes obligatoires que le groupe passe avec fierté et, il faut bien l'avouer, un certain talent d'exécution. Quant on en vient à l’exercice imposé de la ballade romantique de la princesse prisonnière, on se dit que non, y a quand même des limites. Quelques petits changements, genre, juste petits, auraient été quand même pas mal pour renouveler un poil l'intérêt du fan moyen.

Le Speed écossais devra avoir plus d’arguments que ça pour prendre son indépendance, standard de chez standard, sans grand moment ni sans grande surprise, ce premier opus n’est pas non plus insupportable et s’écoute plutôt bien de long en large. Pas trop souvent par contre.

A lire aussi en POWER METAL :


AFTERWORLD
Dark Side Of Mind (1997)
Speed sympho dragon




BLIND GUARDIAN
A Twist In The Myth (2006)
Plus moderne, plus sobre, le retour des bardes

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez



Par VOLTHORD




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Thomas Winkler (lalalamightydragonlala)
- Paul Templing (nin nin nin *soloooo* nin nin nin)
- James Cartwright (doum doum tada doum)
- Christopher Bowes (tadada! *symphooopower* tadada!)
- Ben Turk (poum-tchak poum-tchack)


1. Anstruther's Dark Prophecy
2. The Unicorn Invasion Of Dundee
3. Angus Mcfife
4. Quest For The Hammer Of Glory
5. Magic Dragon
6. Silent Tears Of Frozen Princess
7. Amulet Of Justice
8. Hail To Crail
9. Beneath Cowdenbeath
10. The Epic Rage Of Furious Thunder



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod