Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Helloween, Wizard

The STORYTELLER - Crossroad (2002)
Par BAST le 1er Décembre 2002          Consultée 2871 fois

A ne surtout pas confondre avec le groupe d’AOR Storyteller, ce groupe suédois nous propose avec Crossroad son second effort. Signé par No Fashion Records, label suédois spécialisé dans l’extrême (Lord Belial, Mork Gryning, Dark Funeral…) mais qui commence à signer de plus en plus de groupes de heavy (Insania, Wolf, Wyvern…), The Storyteller officie dans un speed mélodique épique de facture classique mais néanmoins très intéressant. Le premier album du groupe n’avait bénéficié que d’une distribution timide en France et le coup à été quelque peu corrigé pour Crossroad. Un bon moyen pour les fans de heavy scandinave de découvrir un très bon groupe.

Cela semble être une gageure pour les groupes suédois, encore plus que pour les groupes transalpins, The Storyteller s’appuie sur une histoire d’héroic-fanstasy de son cru pour déployer sa musique. La pochette du CD, que l’on doit à Mattias Persson, est somptueuse, où l’on voit une compagnie faire une pause à l’orée d’un bois sombre, probablement harassée par une longue marche en plein cœur de paysages enneigés. Magnifique, vraiment ! L’histoire comptée sur l’album est assez conventionnelle. Seul les fans les plus assidus feront l’effort de lire chaque petit texte situé en préambule des morceaux, sans grand intérêt, si ce n’est celui de poser une certaine ambiance. En tout cas, la pochette suffit largement à faire pénétrer l’auditeur dans l’univers que le groupe s’échine à développer au niveau des textes.

Musicalement, pas de surprise, il s’agit d’un heavy/speed mélodique très bien balancé qui s’inscrit dans la même veine que la grosse majorité des groupes suédois. On pense tour à tour à Morifade, Nocturnal Rites ou Hammerfall, les chœurs sonnant tantôt Freedom Call, tantôt Hammerfall (surtout quand il s’agit d’intonations guerrières) et les soli sont marqués du sceau Helloween, voire sonnent parfois comme du Luca Turilli (Rhapsody).

Dix titres composent Crossroad dont une intro symphonique plutôt réussie et portée par une ritournelle au pipeau (synthétique). La suite, c’est une alternance de titres au tempo plus ou moins acéré. Du côté des morceaux speed, on se plaît davantage à écouter des morceaux tels "Unknown", ponctué de chœurs amples, "The Eye Of The Storm", avec ses magnifiques harmonies ou "The Moment Of Truth" qui clôt de superbe manière l’album. Complexe, bourré de chœurs, ce titre enchaîne des ambiances épiques au possible, des breaks techniques et intenses et un refrain de toute beauté. Le morceau s’achève par une harmonie de chœurs tel un bouquet final. A noter la présence de Bryan Horne (Fifth Sun) sur ce titre, dont les vocaux death ont été réquisitionnés.

Mais il n’y a pas que des morceaux au rythme rapide sur Crossroad. Le groupe a su varier ses compositions et proposer plusieurs types de morceaux. Du côté des mid-tempos, c’est surtout les ballades qui marquent l’esprit. "Loss Of A Friend" commence par de la guitare accoustique, comme une ballade de Judas priest, et s’articule autours d’une montée en puissance quand arrive le refrain. "Kingdom Above" est encore plus belle, avec un refrain très intense et des ambiances magnifiques que porte un clavier qui plutôt discret jusque là. Les guitares sont tranchantes et le chant de L-G Persson, situé entre Joacim Cans (Hammerfall) et Anders Zaricksson (ex-Nocturnal rites) colle très bien à l’ensemble, portant avec brio les mélodies que distillent ce très bon album.

La production est issue des Fredman Studios, gage de qualité, même si la batterie est un peu trop mixée en retrait. Les chœurs sortent grandis de cette production qui parvient parfaitement à jouer sur leur profondeur et leur richesse.

Une bonne surprise que ce Crossroad, donc. Je ne connaissais pas le groupe avant d’avoir pu écouter cet album et la satisfaction d’avoir découvert un aussi bon groupe m’a rassuré après les récentes déceptions en provenance de quelques groupes suédois (Nocturnal Rites qui se sépare du géant Anders Zaricksson, Morifade moins inspiré sur Imaginarium que sur Possession Of Power, Insania qui louche un peu trop vers Stratovarius et perd l’originalité de ses débuts).

Note : 3,5 / 5

A lire aussi en POWER METAL par BAST :


HEIMDALL
The Temple Of Theil (1999)
Power metal




HELLOWEEN
7 Sinners (2010)
Entre "The Time Of The Oath" et le précédent

(+ 5 kros-express)

Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- L-g Persson (chant, basse)
- Fredrik Groth (guitare, synthé)
- Jacob Wennerqvist (guitare)
- Martin Hjerpe (batterie)


1. And The Legend Continues
2. The Unknown
3. The Secret's Revealed
4. Eye Of The Storm
5. A Passage Through The Mountain
6. Ambush
7. Loss Of A Friend
8. Crossroad
9. Kingdom Above
10. The Moment Of Truth



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod