Recherche avancée       Liste groupes



      
PROG METAL EXTRÊME  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


2012 1 Portal Of I
2014 1 Citadel
2017 Urn
2007 The Aurora Veil
 

- Style : Cormorant, Kalisia, Opeth, Xanthochroid
 

 Bandcamp (22)
 Facebook (27)
 Chaine Youtube (22)

NE OBLIVISCARIS - Portal Of I (2012)
Par DOLORÈS le 26 Novembre 2012          Consultée 6730 fois

Le premier album de NE OBLIVISCARIS sort enfin cette année et ce n'est pas pour nous déplaire. Ils avaient déjà fait bonne impression avec leur démo "The Aurora Veil", mais "Portal Of I" est parti bien plus loin, nous avons là un petit bijou.

L'artwork est un peu la couverture d'un bon roman prenant, onirique, enflammé et plein de rebondissements. Un pavé à dévorer. Alors oui, j'ai un peu hurlé au crime avec ce mélange de couleurs et d'images au premier regard, puis j'ai écouté, et j'ai compris. Complexe, coloré et sombre à la fois, précis, riche et intrigant. Mais ce que je vous décris là s'adapte tout autant à la musique de "Portal Of I".

Chaque morceau raconte une histoire, une épopée Black Metal, teintée de Death Mélodique, avec ses paragraphes progressifs, et de belles images poétiques. Tout ça rend la chose difficile à étiqueter. Ce qui étonne aux premières écoutes, c'est la présence d'un violon très technique qui pimente la composition, mais aussi l'abondance du chant clair particulier, qu'on a pas vraiment l'habitude d'entendre en Black, qui m'insupportait plutôt au début mais finalement fonctionne plutôt bien dans le contexte. Tim Charles a un chant plutôt maniéré, mais pas spécialement aigu, à ne pas comparer avec Dickinson par exemple, mais ça s'entend bien qu'il a appris à chanter, comme il a appris à jouer du violon, et il faut le dire, pour ces deux-là on est pas très bien habitués dans le Black Metal. A l'inverse, le chant Black et Death de Xeynor n'a rien d'original, mais pas de reproche à faire dessus pour autant.

On est aussi frappés par le côté super lumineux des compositions, les Australiens se débrouillent pour avoir ce son flamboyant même sous les blasts et le chant Death ou Black, souvent grâce aux mélodies du violon qui planent au-dessus des passages les plus violents. L'atmosphère de NE OBLIVISCARIS est unique. Même si les parties mélodiques et la complexité de génie des compositions donnent, paradoxalement pour ce dernier point, un côté accessible à leur musique, le groupe sait varier les plaisirs. Les puristes vont regretter de voir si peu de passages entièrement Black, les autres sauront voir que tout est savamment dosé.

Cependant, le côté Black sans violon ni chant clair et guitares étincelantes est bien appréciable sur de petits passages, on remarquera le début de "Tapestry Of The Starless Abstract" avec une base à la IMMORTAL et un petit passage aux riffs qui rappellent du Black Folklorique, ou la fin de "Forget Not" même si on y retrouve la maîtrise technique.

Comme j'ai déjà pu le dire, l'atout principal de NE OBLIVISCARIS c'est sa qualité de composition. C'est un point difficile à juger car très subjectif je suppose, néanmoins on a là un résultat qu'on ne voit pas souvent dans le Metal. Autant dans les passages acoustiques qu'électriques, la complexité et la technique sont là, on peut même parler de virtuosité. Si l'album était attendu depuis plusieurs années par certains, ils n'ont pas du être déçus de cette attente. Avec sept titres, l'album atteint les 70 minutes en durée. Laissez-moi vous dire qu'il y a là quelque chose d'épatant car sur ces titres, on ne retient pas de riffs répétitifs, pas de passages lassants, pas de refrains qui reviennent à outrance. Ça sent le réel travail, avec un résultat plus qu'étonnant. C'est un peu toujours la même recette, mais ça marche à tous les coups. Malgré le côté accessible on est loin d'un groupe "commercial" vide et sans fond, même "As Icicles Fall" qui a l'étoffe d'un éventuel tube n'est pas fade.

Même si chaque morceau a ses moments forts, certains en particulier m'ont marquée. Avec "Forget Not", ce ne sont pas juste des moments, c'est un morceau fort. En 12 minutes, on a le temps d'observer deux parties, une première douce, marquée par des accords et arpèges en acoustique et le violon, puis plus loin une batterie discrète qui entame le réveil, et une ligne mélodique à la basse qui suit la guitare acoustique. La seconde repart dans les extrêmes, avec toujours des riffs puissants et mélodieux, une voix Death/Black accompagnée du chant clair récurrent en une alchimie superbe, un thème qui tourne, en crescendo pour un final chargé et riche sans être bordélique... Ce morceau montre bien le concentré d'influences qu'est NE OBLIVISCARIS, j'ai pu penser à DORNENREICH, AGALLOCH ou OPETH sur un seul morceau, mais on voit tout autant que le son du groupe est absolument unique.
On a aussi des morceaux inattendus comme avec "And Plague Flowers The Kaleidoscope", un titre qui m'a fait penser étrangement à DIABLO SWING ORCHESTRA, et l'intro n'en est pas si loin...

Dans les passages extrêmes comme dans les plus acoustiques, les Australiens garde des sonorités qui leur sont propres, dans une ambiance lumineuse et poétique, parfois onirique. La plupart des titres peuvent être considérés comme longs (un seul morceau fait moins de 9 minutes) et ils apportent une idée de progression interne à chacun des morceaux. On n'a pas grand chose à reprocher finalement, ce qu'on retient à la fin "Portal Of I" ce sont les notions de maîtrise et d'équilibre. Malgré les influences diverses, le groupe a su créer des limites qui ne sont pas du tout gênantes, on pourrait maintenant reconnaître le son de NE OBLIVISCARIS entre mille.

A lire aussi en METAL PROG par DOLORÈS :


NE OBLIVISCARIS
Citadel (2014)
Mon précieux...

(+ 1 kro-express)



HAIL SPIRIT NOIR
Oi Magoi (2014)
Par des fous, pour des fous


Marquez et partagez






 
   DOLORÈS

 
   WëN

 
   (2 chroniques)



- Xenoyr (chant)
- Tim Charles (chant clair, violon)
- Matt Klavins (guitares)
- Cygnus (basse)
- Benjamin Baret (guitares)
- Dan Presland (batterie)


1. Tapestry Of The Starless Abstract
2. Xenoflux
3. Of The Leper Butterflies
4. Forget Not
5. And Plague Flowers The Kaleidoscope
6. As Icicles Fall
7. Of Petrichor Weaves Black Noise



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod