Recherche avancée       Liste groupes



      
MINE D\'OR  |  STUDIO

Commentaires (12)
Questions / Réponses (2 / 5)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Saligia
- Style + Membre : Hellhammer, Triptykon

CELTIC FROST - Into The Pandemonium (1987)
Par DARK BEAGLE le 15 Janvier 2019          Consultée 264 fois

Avec "Into The Pandemonium", CELTIC FROST va effectuer sa première mue. Et elle va être d’importance. On ne peut pas vraiment dire que le groupe se réinvente, mais les musiciens ont clairement compris qu’il fallait faire évoluer un peu la formule pour ne pas sombrer dans la redite pure et simple. Et c’est avec une volonté de marche en avant que les Suisses vont entamer ce nouveau chapitre, en conservant ce qui faisait la force de "To Mega Therion", cette approche quasi nihiliste et nouvelle, mais en la rendant encore plus riche.

L’aspect Thrash s’efface quelque peu, le disque se veut moins brutal que son aîné, mais il y a toujours cet aspect avant-gardiste qui ressort. Encore une fois, CELTIC FROST essaye de repousser les limites de ce qui se faisait dans le Metal à cette époque, au risque d’être incompris sur le moment (à part par une légion d’ados qui allaient devenir les maîtres à penser de la scène extrême quelques années plus tard, à commencer par ce "Rex Irae (Requiem)", absolument remarquable, qui est grandement en avance sur son temps, ou encore ce "Tristesse De La Lune", inattendu, un îlot de calme au milieu de différentes déflagrations. Les deux "One In Their Pride" offrent une autre vision de la musique du FROST, qui balaie loin devant sa porte pour embrasser d’autres styles afin d’apporter des dissonances loin d’être répugnantes.

Puis il y a des morceaux que l’on pourrait qualifier d’abordables. Tout d’abord, il y a ce "Mexican Radio", une reprise étonnamment placée en ouverture, comme pour brouiller les pistes d’un album tout sauf générique. Cela reste abrupt, mais l’approche est tout de suite plus mélodique et le chant de Warrior est plus agréable à l’oreille, plus posé, plus lisse. Bon, ce n’est pas Justin Bieber non plus, mais on peut saluer l’effort. Il y a aussi ce "I Won’t Dance" qui a la gueule du single idéal, avec sa petite mélodie mordante ce qu’il faut et son refrain facilement mémorisable. Là encore, le chant de Warrior est différent sur les couplets, presque plaintif, que l’on trouve déjà sur le puissant "Mesmerized".

Mais la plus grande des variations par rapport à "To Mega Therion", reste la voix de Warrior qui se défait grandement de ses atours morbides. En se rendant plus abordable, il ouvre un peu les portes de CELTIC FROST aux masses, même si les masses se refuseront à lui en 1987. Il donne ainsi un nouvel élan à la musique du groupe, qui reste plongé dans les arts obscurs. L’occulte est toujours présent donc, mais de façon moins extrême, moins niché au cœur des limbes. Même si musicalement cela reste perfectible, il y a beaucoup d’intelligence dans ce que propose le groupe, comme si la bande à Warrior savait qu’elle pouvait dissimuler certains défauts à travers un discours élaboré et fort.

"Into The Pandemonium" est un autre disque important pour bien comprendre l’univers musical des Suisses et l’importance qu’ils ont eu quant au développement de la scène extrême par la suite tant il est indéniable que de nombreuses formations portent encore aujourd’hui leur héritage. Cependant, même s’il semble de prime abord plus abordable que "To Mega Therion", il est bien plus complexe et alambiqué et il est facile de s’y perdre, de ne pas toujours saisir le propos.

A lire aussi en AVANT-GARDE par DARK BEAGLE :


CELTIC FROST
Parched With Thirst Am I And Dying (1992)
Huh ? Huh !




RAM-ZET
Pure Therapy (2000)
Arkham asylum


Marquez et partagez



Par DARK BEAGLE




 
   POSSOPO

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Tom Gabriel Warrior (chant, guitare)
- Martin Ain (basse)
- Reed St Mark (batterie)


1. Mexican Radio
2. Mesmerized
3. Inner Sanctum
4. Tristesses De La Lune
5. Babylon Fell
6. Caress Into Oblivion
7. One In Their Pride (porthole Mix)
8. I Won't Dance
9. Sorrows Of The Moon
10. Rex Irae (requiem)
11. Oriental Masquerade
12. One In Their Pride (extended Mix)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod