Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK  |  STUDIO

Commentaires (11)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Adicts , Peter And The Test Tube Babies
 

 Site Officiel (164)

SEX PISTOLS - Nevermind The Bollocks - Here's The Sex Pistols (1977)
Par JEFF KANJI le 7 Juin 2018          Consultée 239 fois

Rarement un album aura autant représenté l'état d'esprit d'une époque que ce "Never Mind The Bollocks". Nous avons affaire à un pan d'Histoire des musiques saturées, qui va influencer tous les jeunes hardos qui commencent à gratter leurs instruments mais qui souhaitent jouer du Heavy Metal ; un classique même du Rock au sens large, et l'un de ces disques dont Philippe Manoeuvre dirait qu'il fait partie des cent œuvres à écouter avant sa mort.

Mais le phénomène SEX PISTOLS résumé à cet album, c'est un disque à la production ultra clean, bien loin de la gueule de ses quatre protagonistes et demi. Rappelons que Glen Matlock a quitté le groupe après que McFumier ait décidé de le remplacer par ce gogol de Sid Vicious qui avait toute l'attitude à défaut d'avoir le moindre talent, à part pour foutre le bordel. Ainsi c'est Steve Jones qui joue la basse sur ce disque, réalisé à trois donc. Les puristes diront que cette production est trop propre ; je ne trouve pas, même si les éponymes des CLASH et des DAMNED sortis au même moment ont l'air de démos à côté. Mais indéniablement c'est bien du Punk que l'on écoute : on n'est pas trop regardant sur les détails, le chant habité et survolté (et faux) d'un Johnny Rotten qui croit dur comme fer à ce qu'il raconte (il est sans doute le seul dans le groupe d'ailleurs), la mise en place parfois bien approximative, tout est question d'attitude, mais surtout d'imposture hélas, dans un groupe déjà agonisant au moment où sort "Never Mind The Bollocks", achevant de faire entrer le "No Future!" légendaire des Anglais à la postérité, une sorte de martyr plus ou moins volontaire du mouvement Punk.

"No Future" était le titre de travail de "God Save The Queen", mais il fallait en mettre une pleine gueule à cette royauté qui incarnait alors tout ce que la jeunesse broyée par l'instabilité politique et économique obscurcissant leur avenir resentait. Tout a été fait, par les Pistols eux-mêmes, avec la complicité appuyée de leur manager pour accentuer le nihilisme qui habitait Johnny Rotten, qui continuera à cracher son rejet du système avec PUBLIC IMAGE LIMITED, avec lequel il s'affranchira de l'esthétique Punk marketée des SEX PISTOLS. On se rendra ainsi compte que contrairement à ses petits branleurs d'acolytes, John Lydon avait une vision artistique.

Une fois le décorum retiré que reste-t-il ?

Cet album est beaucoup plus Rock'N'Roll qu'il veut bien le faire croire, avec ses hymnes "God Save The Queen", "Anarchy In The UK", "Holidays In The Sun" ou "Pretty Vacant" à reprendre en chœur en concert, ouvertement mélodiques (un petit solo s'invitant même sur "Anarchy In The UK"), et bien moins abrasif que tout ce qu'ont pu sortir les STOOGES ou les RAMONES (et pourtant ces derniers avaient une sensibilité Pop des plus développées). Un album qui possède des tubes c'est indéniable, mais aussi du déchet ("Problems", "Liar" loin du titre homonyme que sortira The DAMNED deux ans plus tard) et d'autres titres sympas à défaut d'être des classiques ("Bodies", "Sub-Mission" même si elle traîne en longueur).

Cela nous donne un disque au final bien surestimé mais dont l'influence ne doit pas être minorée, car si les têtes de gondole ne sont pas toujours les plus douées (cherchez pas, je suis team DAMNED), il fut un symbole. Et même si la disparition des SEX PISTOLS a beaucoup contribué à forger sa légende, "Nevermind The Bollocks" reste un incontournable du Punk à défaut d'être le meilleur album du genre ou même la quintessence d'un style dont la scène était bien plus bariolée que ce que le phénomène des PISTOLS a généré.

A lire aussi en PUNK :


MINOR THREAT
Out Of Step (1983)
♫ we're just a minor threat! ♫




The OFFSPRING
Smash (1994)
Punk rock

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
   DARK BEAGLE
   JEFF KANJI
   POSITRON

 
   (4 chroniques)



- Johnny Rotten (chant)
- Sid Vicious (basse sur bodies)
- Paul Cook (batterie)
- Steve Jones (guitare, basse sur une bonne partie de l'album)


1. Holidays In The Sun
2. Bodies
3. No Feelings
4. Liar
5. God Save The Queen
6. Problems
7. Seventeen
8. Anarchy In The U.k.
9. Submission
10. Pretty Vacant
11. New York
12. E.m.i Unlimited Edition



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod