Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (1 / 3)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Carpe Noctem
- Style + Membre : Sinmara
 

 Site Officiel (1269)
 Myspace (420)
 Bandcamp (243)

SVARTIDAUƉI - Flesh Cathedral (2012)
Par ERWIN le 21 Mars 2018          Consultée 931 fois

C'est torve, c'est crade comme des traînées de basalte fondu, les scories qui écorchent le soleil de minuit sur la terre de feu et de glace, et ce mélange primordial d'une noirceur presque absolue se retrouve dans la musique développée par SVARTIDAUƉI sur son unique album, l'infernal "Flesh Cathedral"... Rien n'est dû au hasard si l'Islande a encore produit ce rejeton biscornu des mouvements extrêmes. Jusqu'à la volonté des leaders Sturla Viðar et Þórir de prénommer leur rejeton « Mort noire »... Si si, depuis Varg vous devriez savoir ce que signifie "Dauði"  dans les langues scandinaves bande de blaireaux !

Donc c'est noir. Très noir. Très très noir... Si noir qu'on n'en voit pas la fin. Et les titres au nombre de quatre durent la bagatelle de 56 minutes... On se croirait dans le fracas d'une éruption de l'Hekla ou du récent Eyjafjallajökull... On n'y distingue pas grand-chose, la lancinance y devient reptation dès les premières minutes de "Sterile Seeds" qui porte remarquablement son nom. Comme à l'accoutumée avec les Islandais, les choses ne sont pas faites à moitié. On y sent les quelques influences locales, dont SÓLSTAFIR sur quelques passages Post Metal, ainsi que les grands Ambient pour les accalmies relatives...

Il est complexe de jauger une telle musique, qui n'a que peu d'émules. C'est profondément tellurique, j'ai envie de dire « infernalement islandais » car cela n'a rien à voir avec une quelconque entité diabolique, mais bien tout à voir avec les forces noires de la terre en perpétuel mouvement, les volcans y crachent leur fureur et les failles tectoniques s'y entrechoquent, le fracas distordu qui en sort prend toute sa réalité quand on entend les digressions sur "The Perpetual Nothing". L'éponyme "Flesh Cahedral" jouxte plus les contrées ukrainiennes à la DRUDKH. Pas de la musique pour votre grand-maman !

Les guitares cinglent, la batterie martèle, aucune place pour les fioritures, on va droit à l'essentiel, vers la survie dans l'adversité, là ou la vie s'arrrache face à une nature déchaînée et déferlante, écoutez donc la sauvagerie de "Psychoactive Sacraments". Voila un Metal d'une nature idoine, profondément ancré dans ses racines, pas de certitude, juste la réalité. Le groupe est d'ailleurs carrément au centre de la scène Black extrême de Reykjavik, à Kopavogür, là ou l'on sait ce qu’extrême signifie entre la force, la nature et la musique... Pas du viking, mais on est sur les terres d'Odin, le corbeau est là pour nous le rappeler.

Dur à assimiler, mais une bonne note malgré le nombre réduits de titres.

A lire aussi en BLACK METAL par ERWIN :


DRUDKH
A Furrow Cut Short (2015)
DRUDKH rises !

(+ 1 kro-express)



SKÁLMÖLD [SKALMOLD]
Börn Loka (2012)
Fiers vikings


Marquez et partagez






 
   ZODD

 
   ERWIN
   POSITRON

 
   (3 chroniques)



- Magnús (batterie)
- Þórir Guitares)
- Nökkvi (guitares)
- Sturla Viðar (chant, basse)


1. Sterile Seeds
2. The Perpetual Nothing
3. Flesh Cathedral
4. Psychoactive Sacraments



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod