Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2010 Reckless Love
2011 Animal Attraction
 

- Style : Poison, Sister Sin, Steel Panther, Rakel Traxx
- Style + Membre : CrashdÏet, Holy Moses

RECKLESS LOVE - Animal Attraction (2011)
Par ALANKAZAME le 19 Octobre 2011          Consultée 3494 fois

Qui a dit qu’il fallait des années pour accoucher d’un nouvel album ? Certainement pas les Finlandais de RECKLESS LOVE en tous cas, qui nous proposent en cette fin d’année leur second opus, quelques mois à peine après le premier album éponyme. Comme quoi, quand on a de l’envie et de l’ambition, on peut se donner les moyens de soulever des montagnes, comme au bon vieux temps. Le bon vieux temps, c’est d’ailleurs au goût du jour du point de vue du sulfureux Olli Herman (alias H. Olliver Twisted, viré de CRASHDÏET avec fracas) et de ses trois jeunes comparses. Fidèle à sa ligne artistique, RECKLESS LOVE garde le cap avec "Animal Attraction", un album de Hard FM tendance Glam fidèle aux canons du genre.

Que faut-il pour produire un bon album de Glam et faire taire les nombreux détracteurs de ce sous-genre du Hard Rock souvent tourné en dérision (pas toujours à tort) ? Il faut bien entendu des chansons qui tuent, des hits en puissance avec un super refrain, une mélodie imparable, le genre d’hymne fédérateur qui met tout le monde d’accord. Il faut aussi être capable d’injecter là-dedans une bonne dose de bonne humeur, un sens de l’humour qui s’incarne dans l’ambiance générale et dans les paroles, souvent bien grivoises, bien macho et organisées autour du célèbre trio thématique « sex, drug and rock’n’roll ».

Mais il faut aussi avoir les moyens d’agrémenter tout ça avec des arguments plus percutants, de donner une certaine consistance artistique à l’ensemble. Un haut niveau technique est requis, incluant des soli de guitare audacieux, des sessions rythmiques bien burnées, quelques petites acrobaties à la batterie et surtout une prestation vocale ambitieuse qui joue avec les tons et les registres. Et bien entendu, le Glam a souvent sa face sombre, qui s’incarne dans des ambiances malsaines et dans ces envolées un poil bourrines qui font tout l’intérêt des grands classiques de MÖTLEY CRÜE. C’est ce dernier critère, outre les performances techniques, qui permet à un groupe de Glam vraiment bien foutu de tirer son épingle du jeu.

Et c’est justement parce que RECKELSS LOVE ne remplit pas ce dernier critère que ce groupe ne parvient pas à me convaincre. Lorsque j’ai chroniqué le premier album, j’avais déjà pointé du doigt un certain nombre de faiblesses, d’inconséquences, d’insuffisances. "Animal Attraction" souffre des mêmes tares. RECKLESS LOVE a les titres bien foutus, les super refrains et la bonne humeur, aucun problème à ce niveau-là. Leurs trois quarts d’heure de singles en puissance s’enchaînent sans temps morts dans une ambiance légère et un enthousiasme communicatif. Ça dépasse pas d’un poil, les compos sont solides, les structures des titres vraiment bien foutues et le mixage manque de franchir les limites de l’irréprochable.

Mais RECKLESS LOVE n’a définitivement pas ce grain de folie qui pourrait le faire sortir du peloton. Dès la première écoute, la solidité des compos et la qualité du mixage ne suffisent pas à dissimuler le profond manque d’imagination des musiciens, qui font passer les membres d’un groupe comme STEEL PANTHER pour des virtuoses intouchables. Les riffs sont convenus, les soli de guitare affligeants de banalité, le bassiste est inexistant et la batterie se contente d’assurer le minimum syndical. Le vide ahurissant de certaines pistes a sans doute motivé la production à user et abuser des synthétiseurs, omniprésents du début à la fin, à tel point que certaines chansons nous renvoient plus aux standards contemporains de la dance music à la Kesha qu’au Hard FM à la POISON… Plus coulant que jamais, Olli se content de délivrer une prestation vocale sans originalité et sans relief indigne de ce qui a fait sa réputation. Bref, niveau prise de risques, c’est un zéro pointé ; les Finlandais sont en pilotage automatique du début jusqu’à la fin.

Ironie du sort, ce sont les chansons les plus éloignées de la ligne artistique générale d’"Animal Attraction" qui sont les plus convaincantes. On se laisse ainsi entraîner par le refrain monstrueux du single "Hot", ses sonorités électro-pop bien agencée et ses couplets sautillants qui nous sortent de la torpeur que nous infligent trois premiers titres consternants de banalité. Carton plein également du côté de la ballade "Fantasy", sans aucun doute plus convaincante que pas mal de standards du genre ("Without You" du CRÜE ou "Forever" de KISS, pour ne citer que ceux-là).

Le reste ? On trouve par-ci par-là quelques bonnes idées : le riff de "Born To Break Your Heart", les couplets bien rythmés de "Speedin'", la ligne de basse d’"On the Radio" qui nous rassure quant à la capacité du quatre-cordiste à se réveiller à la fin des hostilités. La fin de l’album est d’ailleurs plus convaincante car plus homogène que le début : à partir de la huitième piste, on a droit à du Hard FM classique et bien ficelé, qui fleure bon le BON JOVI de la grande époque. Mais nomdidiou, que tout cela manque de consistance ! On attend désespérément, tout au long d’"Animal Attraction", le coup de semonce à même de nous sortir de notre torpeur… Il faudra attendre "Fight" et son excellent refrain sur lequel Olli retrouve brièvement sa voix râpeuse crashdïtienne pour tomber sur un titre un tant soi peu bourrin, avant l’épilogue "Young N Crazy" et ses petites rafales de double-pédale de grosse caisse, qui permet à RECKLESS LOVE de conclure sur une note audacieuse, qui tranche avec la mollesse générale d’un album qui fait souvent passer TWISTED SISTER pour un groupe de grindcore hirsute…

RECKLESS LOVE a sûrement des arguments à faire valoir. Mais nos quatre Finlandais, aussi attachants soient-ils, n’y parviendront pas avec des albums aussi mornes, aussi convenus et à ce point surproduits. Il va vraiment falloir envisager de laisser pousser les poils sous le maquillage, parce que là, la plupart du temps, on s’emmerde un peu. Plus FM que Hard, "Animal Attraction" est un album qui comprend pas mal de bons moments mais est plombé par une direction artistique trop gentille et par une absence totale de prise de risques. Il recycle les clichés du genre et s’en contente naïvement. Tout est trop gentil, trop prévisible, trop figé. Il est en outre moins bon que son prédécesseur, plus gourmand et techniquement et musicalement plus abouti ; une durée de gestation supérieure aurait peut-être permis de faire mieux. En attendant, c’est pas super, et la concurrence est rude en ce moment… A charge de revanche, et rendez-vous l'année prochaine ?

A lire aussi en HARD FM / A.O.R par ALANKAZAME :


Lita FORD
Lita (1988)
Le Hard FM au féminin, épisode trois




AUTOGRAPH
Sign In Please (1984)
Tuuurn up... the raaadiooooo


Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
  N/A



- Olli Herman (chant)
- Pepe (guitare)
- Hessu Maxx (batterie, percus)
- Jalle Verne (basse)


1. Animal Attraction
2. Speedin’
3. Born To Break Your Heart
4. Hot
5. Fantasy
6. Dirty Dreams
7. Dance
8. Fight
9. Switchblade Babe
10. On The Radio
11. Coconuts
12. Young N Crazy



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod