Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK/PAGAN  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


VARG - Wolfskult (2011)
Par MEFISTO le 11 Juillet 2011          Consultée 1814 fois

Il y a deux sortes de Pagan Metal : le profond et le superficiel lorgnant vers le Death et Black Mélo. VARG se vautre dans la deuxième catégorie comme un cochon se roule avec plaisir dans la boue la plus épaisse. Oui, comme AMON AMARTH et son pseudo Viking Metal, que l'on connaît surtout sous l'appellation contrôlée Death Mélo « épique ».

VARG représente bien la nature et la mythologie qu'il prétend imager, hommager, avec ses compos carnassières comme la gueule du loup se vautrant dans son ombre. Or, et c'est là son erreur (est-ce voulu ?), il suggère plus qu'il n'impose, qu'il dépeint. Les combos Black/Pagan enrobent d'habitude leurs albums d'une aura épique, naturaliste, qui évoque sans le moindre effort chez l'auditeur les lieux qui les ont influencés. Ils tombent souvent dans le mélo, c'est vrai, mais ce sont souvent ces petites respirations atmosphériques (bridges aériens, samples, bruits de la forêt ou des fers qui s'entrechoquent, grognements de bête, sifflements du vent, etc.) qui font toute la différence.

Chez VARG, il y en a, mais c'est le minimum syndical. Un petit vent du nord ici, un loup qui montre les dents là, rien de bien impressionnant, que du lourd balancé sans tambour ni trompette, du bon Black mélodique sans artifice, avec une pointe pagan, voire « folk enjoué » dans le roucoulement de certains riffs. Mais on ne va pas plus loin. C'est ce que je déplorais dans ma première chronique du groupe et c'est ce que je retiens encore. Sauf que… il faut parfois rendre à la salade César ses croûtons et laisser de côté les ingrédients manquants. "Wolfskult" m'a botté davantage que "Blutaar", sorti l'an dernier, dans ce qu'il fait de bien.

Et que fait-il de bien ? Foutre du gros son à la AMON AMARTH, justement, sans le singer. Des morceaux aux lames tranchantes constellent ce "Wolfskult" mélodique et inquiétant (mais pas hyper obscur), qui ne sombre toutefois dans les plates-bandes des NAGLFAR et consorts (malgré des titres comme "Nagelfar", justement) tellement son empreinte folk, aussi ténue soit-elle, ressort du lot. Le quatuor allemand commence d'ailleurs à l'assumer cette identité complexe entre le blanc et le noir, comme le loup dans la bergerie qu'il est. Et probablement que cela plaira à plusieurs inconditionnels de ce genre de Metal tiraillé entre la guerre – le chant de brute ne laisse aucun doute là-dessus – et les festivités post-bataille à la HEIDEVOLK ("Glorreiche Tage" en tête).

VARG est aussi plus planant sur ce "Wolfskult", ce qui ne l'empêche pas de demeurer le rustre dévoreur de jugulaire qu'il incarne sur des plages comme "Wir Sind Die Wölfe" ou "Wolfskult". Prenez par exemple cette guitare pleureuse sur "Phönix", ces envolées heavy/power sur "Sehnsucht", la grosse surprise de l'album, ou ce riff death typiquement suédois sur "Schwertzeit" ! Messieurs, que d'éparpillement, que d'influences… Doit-on vous féliciter ou vous conspuer ? Je préfère vous féliciter pour cette amélioration marquée avec "Blutaar". Plus de poil au menton, de soli, de variations, de couleurs… Mais je ne sais pas où tout cela vous mènera, car à trop se disperser, on risque de s'égarer, non ?

Dernier point : la pochette est une abomination. Voilà, clair, précis, concis.

Note : 3,5/5.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


ISKALD
Revelations Of A Reckoning Day (2008)
Black blizzard




WATAIN
Lawless Darkness (2010)
Bienvenue dans le vortex mélodique...


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Philipp 'freki' Seiler (chant, guitare)
- Zasch 'hati' (guitare)
- Timo 'managarn' (basse)
- Silvester 'fenrier' Grundmann (batterie)


1. Jagd
2. Wir Sind Die Wölfe
3. Schwertzeit
4. Wolfskult
5. Nagelfar
6. Glorreiche Tage
7. Phönix
8. Blutdienst Iii
9. Sehnsucht
10. Glutsturm



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod