Recherche avancée       Liste groupes



      
SLUDGECORE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Crowbar, Hatebreed, Down, Jasta, Kirk Windstein

KINGDOM OF SORROW - Behind The Blackest Tears (2010)
Par FENRYL le 7 Janvier 2011          Consultée 2427 fois

Le all star band KINGDOM OF SORROW n'était donc pas un projet sans lendemain...
2 années après l'original album éponyme, l'association de malfaiteurs est de retour.

Le petit jeune et le vieux briscard sont donc de nouveau dans la place, chargés de leur étiquette respectives.
On va donc gagner du temps : of course Windstein va se faire taxer de trop jouer à la sauce DOWN et CROWBAR. Que voulez vous ? On ne peut pas foncièrement lui reprocher de sonner selon ses influences et ce pour quoi il est bon !!
Jasta de son côté fait ici davantage d'effort et module sa voix. On peut le découvrir dans un côté plus rare, celui qui consiste à ne pas hurler mais bien à chanter "clair" !
Pour preuve, l'excellent premier titre "Enlightened To Extinction" au refrain efficace. Il faut dire que le groupe nous refait le coup du titre presque imparable en ouverture de galette. Catchy et entêtant, ce morceau fait parfaitement la paire avec "God's Law In The Devil's Land" plus posé et mélodique. Ça commence bien cette affaire ! Jamey et Kirk ont eu la bonne idée de faire participer le gros barbu au chant, ce qui donne une dimension nouvelle aux morceaux. Rien de révolutionnaire néanmoins, mais KINGDOM OF SORROW glisse lentement mais surement vers un aspect plus Sludge que Hardcore, désormais.

Le titre éponyme de l'album ronronne et vrombit. Le son global de ce "Behind The Blackest Tears" se construit : c'est gras, accordé bien bas, typique du Sludge et du Stoner, donnant une puissance aux murs de riffs. "Along The Path To Ruin" où le deux lascars s'accordent au chant (p'tit solo au passage) avant un final à faire headbanger un mort ! Quel riff, quel break !

Une alchimie déjà entrevue au cours du précédent effort qui commence tout doucement à se concrétiser. On arrive à sentir les efforts fournis de tous les côtés. La section rythmique gagne en précision, valorisant davantage le jeu des gratteux.
Certaines sonorités sont proches d'un BLACK LABEL SOCIETY à certains moments (notamment l'intro d'un "With Barely A Breath"), pas illogique étant donné que Steve Gibb y a officié en compagnie de Zakk Wylde pendant un temps !

Mais v'la ti pas que maintenant cela groove presque ! "Envision The Divide" et son riff teinté de la Nouvelle Orléans, tandis que la ballade mid-tempo lancinante fait son retour ("From Heroes To Dust", agréable et émouvante).

Pas mal tout cela, me direz-vous. Pourtant, le disque traine en longueur : "The Death We Owe" commence à nous faire tourner en rond (forte redite et peu d'innovation), tout comme le prévisible "Torchlight Procession". "Sleepin Beast" tente d'insuffler un vent de Hardcore sans grande originalité, en duo avec "Salvation Denied".
On en vient parfois à penser que le potentiel théorique de ce groupe arrivé à se diluer dans un "je ne sais trop quoi" tant le résultat final n'atteint toujours pas des hauteurs dignes de leur rang.

Au final, un album plutôt honorable, alternant le très bon et le plus anecdotique. KINGDOM OF SORROW pâtit sans doute de la carte de visite lié à son line-up mais il n'empêche que l'on est en droit d'attendre encore mieux d'un groupe dont les fortes individualités n'arrivent pas totalement à une symbiose. A leur décharge, la tentative de fusion était plutôt délicate à la base (je n'ai pas dit contre nature, encore moins impossible).
Il n'en reste pas moins que ce "Behind The Blackest Tears" est une galette plaisante qui saura réchauffer l'ambiance dans les chaumières ouvertes d'esprit et adeptes de gros sons bien gras.

Verdict : 3/5.

Top : "Enlightement To Extinction", "God's Law In The Devil's Land", "Behind The Blackest Tears", "From Heroes To Dust".

N.B : à noter l'existence d'une version collector avec des reprises de MOTÖRHEAD ("No Class") et de RUNNING WILD ("Soldiers Of Hell"), non écoutées.

A lire aussi en SLUDGE par FENRYL :


Kirk WINDSTEIN
Dream In Motion (2020)
Dream in slow motion...




The LION'S DAUGHTER
Existence Is Horror (2016)
Misanthropie abyssale...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Jamey Jasta (chant)
- Kirk Windstein (guitare, chant)
- Steve Gibb (guitare)
- Matthew Brunson (basse)
- Derek Kerswill (batterie)


1. Enlightened To Extinction
2. God's Law In The Devil's Land
3. Monuments Of Ash
4. Behind The Blackest Tears
5. Envision The Divide
6. From Heroes To Dust
7. Along The Path To Ruin
8. With Barely A Breath
9. The Death We Owe
10. Sleeping Beast
11. Torchlight Procession
12. Salvation Denied



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod