Recherche avancée       Liste groupes



      
SLUDGE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Crowbar, Kingdom Of Sorrow, Down

Kirk WINDSTEIN - Dream In Motion (2020)
Par FENRYL le 4 Mai 2020          Consultée 1840 fois

L'homme est attachant. Le musicien est respecté… Évidemment, en trente ans de présence dans le secteur, Kirk Windstein est une référence, pour beaucoup l'un des pères fondateurs.
À la tête de CROWBAR depuis 1991, avant de rejoindre Phil Anselmo pour fonder DOWN, le gaillard a traversé les décennies, sans broncher, sans bouger d'un iota. Il forme également un projet parallèle avec Jamey Jasta (HATEBREED) depuis 2005 : KINGDOW OF SORROW.

Le revoir en ce début d'année 2020 avec l'annonce du retour de DOWN en parallèle ne fait que confirmer que cette période semble correspondre à une seconde étape dans sa carrière. Ses problèmes d'addiction à l'alcool marqué en 2010 par une cure de désintoxication semblent mis de côté.

En quittant en 2013 DOWN, Kirk s'en est allé rénover CROWBAR et finalement nous propose son tout premier effort solo : "Dream In Motion"… Un album 100 % fait maison : Louisiane pour la localité et Windstein s'est chargé, c'est bien simple, de tout sauf de la batterie et quelques arrangements (laissés à Duane Simoneaux) ! Et ce, durant deux années !

"Dream In Slow Motion" serait-on tenté d'écrire… Car si Windstein s'inspire évidemment de la veine heavy de CROWBAR, c'est bien ici la mélancolie qui prédomine. Les atmosphères posées et suaves règnent en maîtresse et le lascar a véritablement voulu placer sa patte de fabrique tout en y apportant une touche très personnelle : tempi ralentis, mélodies vaporeuses, riffs pachydermiques mais aériens...

Riff Lord – comme il est surnommé – ne se prie pas de cet exercice pour nous gratifier tout au long des dix morceaux d'ambiances assez folles de douceur et d'une certaine forme de tristesse.
Avec un chant proche de la complainte, Kirk pose ses lyrics sur des riffs simples (et pas simplistes) qui poussent immédiatement l'auditeur à fermer les yeux.
L'aspect planant de cette musique est véritablement marquant ("Necropolice"). Le son des guitares étant tellement "proche" qu'il s'en dégage une homogénéité rare : c'est bien simple, vous aurez le sentiment d'avoir affaire à quasiment un seul titre, découpé en rubriques. Une forme d'évolution, de succession d'ambiances et de passages densifiant l'expérience.
Et j'en veux pour preuve la présence en toute fin d'album de la cover de JETHRO TULL, "Aqualung" qui ne dénote en rien ici (certains n'y auront sans doute vu que du feu, malin le barbu !).

Cet album est une succession de riffs courts et lents, distordus. Ils tantôt lourds ("The World You Know" qui laisse percer des rayons de lumière grâce aux leads de guitares dans un ciel obscurci), puis presque oppressants ("The Healing", titre instrumental presque étouffant)… Avant de littéralement planer par moments. Je ne peux que vous citez mon coup de cœur de l'album à titre personne : "Enemy In Disguise"… En quelques notes introductives de guitare complétées par une ligne de basse entêtante, la voix de Kirk nous transporte littéralement. J'aurais presque aimé entendre la voix de Layne Stanley sur ce titre (doux rêve éveillé, excusez-moi !).
C'est même aérien avec un "Hollow Dying Man" qui annonce bien tout ce que j'ai pu vous décrire jusque là : un homme appliqué à délivrer des riffs minimalistes, emprunts d'émotions...

Ce "Dream In Motion" fonctionne de bout en bout car il transpire la sincérité et l'authenticité. Il m'a littéralement emballé, sans doute car j'y ai trouvé de gros éléments communs avec notamment un ALICE IN CHAINS de la grande époque (période "Dirt") par moments… mais pas que !
Ce premier effort ne vous apprendra sans doute (absolument) rien sur le bonhomme. Les amateurs apprécieront, fort logiquement.
Le divin chauve barbu pourra toutefois surprendre lors de la première écoute, mais si vous êtes à la recherche d'une expérience musicale basée sur la contemplation, le Sludge Atmosphérique et les voix éraillées par des années d'excès à l'aide de tord-boyaux improbables, Kirk WINDSTEIN vous ravira comme il m'a enthousiasmé lors de ce premier trimestre 2020. Un cœur de velours vient de s'assumer en pleine lumière.

Un son typique, une voix révélée, une ambiance marquante… Une réussite.

Top : "The World You Know", "Enemy In Disguise", "Once Again".

A lire aussi en SLUDGE :


LORD MANTIS
Death Mask (2014)
Buffalo Bill pris dans la vase




ACID BATH
When The Kite String Pops (1994)
Sludge

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez






 
   FENRYL

 
  N/A



- Kirk Windstein (chant, guitares, basse)


1. Dream In Motion
2. Hollow Dying Man
3. Once Again
4. Enemy In Disguise
5. The World You Know
6. Toxic
7. The Healing
8. Necropolis
9. The Ugly Truth
10. Aqualung (cover De Jethro Tull)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod