Recherche avancée       Liste groupes



      
SLUDGE\'N CORE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Crowbar, Hatebreed, Down, Jasta, Kirk Windstein

KINGDOM OF SORROW - Kingdom Of Sorrow (2008)
Par T-RAY le 21 Août 2008          Consultée 2869 fois

Derrière un artwork qui évoque presque naturellement le speed, le power ou le heavy metal, on a d'abord du mal à croire que l'on a là affaire au projet commun de Jamey Jasta, vocaliste de HATEBREED, et de Kirk Windstein, leader de CROWBAR et guitariste de DOWN. Et pourtant, KINGDOM OF SORROW, side-project plutôt sombre de ces chantres du hardcore (pour Jasta) et du Sludge (pour Windstein), s'accomode à merveille de cette pochette superbe, l'album regorgeant d'ambiances sombres.

En effet, les deux amis se sont réunis en 2005 au sein de ce nouveau groupe afin de développer une musique différente de celle de leurs groupes respectifs, tout en conservant l'esprit revendicatif et sombre qui caractérise leurs formations d'origine. Certes, les textes, tous écrits par Jamey Jasta, ne sont pas aussi politisés que ceux de HATEBREED, mais le chanteur a tout de même conservé un côté concerné (par la vie, surtout) qu'il lui aurait été difficile d'abandonner.

La musique, écrite à la fois par Jasta et Windstein aurait cependant pu ressembler à un indigeste mélange des styles de HATEBREED et de CROWBAR, voire de DOWN. Il n'en est rien. Car même si les deux musiciens n'ont pas pu renier en bloc ce qui fait leurs personnalités musicales, force est de constater que le hardcore de Jasta est assez éloigné de l'univers de KINGDOM OF SORROW, même si quelques passages typés hardcore se font sentir au cours de l'album (notamment dans le rythme sur "Lead The Ghosts Astray" et dans le chant sur "Demon Eyes (Demonized)", ainsi que dans l'urgence de "Lead Into Demise").

De même, le sludge ultra-pesant de CROWBAR n'est pas totalement de la partie, même s'il est plus présent que les passages hardcore. Ce disque, c'est plutôt un mélange subtil (oui, subtil, malgré la côté très brut de l'ensemble) de sludge, de heavy bien lourd, d'un petit peu de hardcore et de thrash à la mode MACHINE HEAD et PANTERA. Attention ! Ce n'est pas ici une copie, juste l'intégration parcimonieuse d'influences reconnues par les musiciens dans une musique somme toute originale.

Cette fusion de styles tous plus lourds les uns que les autres est parfaitement éxécutée par le groupe qui, hors Windstein et Jasta, comprend aussi des membres et anciens membres de CROWBAR (Steve Gibb), BLACK LABEL SOCIETY (Gibb, encore) ou SHADOWS FALL (Derek Kerswill). Et le groupe conjugue la lourdeur de ses influences avec une énergie remarquable. "Hear This Prayer For Her", qui ouvre l'album, est un morceau très puissant, rythmé et entraînant, parfait pour le headbanging. Jamey Jasta s'y fait immédiatement plus metal qu'à l'accoutumée. Le côté heavy est d'entrée très appuyé et l'on est immédiatement surpris par l'énorme production de l'œuvre. Tous les instruments sont parfaitement audibles, la puissance et la profondeur du son sont au rendez-vous.

Les premières réminiscences de MACHINE HEAD se font sentir sur "Grieve A Lifetime", morceau à l'ambiance pesante duquel transpire une douleur typiquement sludge, ainsi que sur "Piece It All Back Together", morceau lent et lancinant. "Buried In Black" contient également quelques influences bien senties du groupe d'Oakland. Quant à PANTERA, son influence est plus rare mais se ressent tout de même dans le riffing et dans la rythmique de "Lead Into Demise". En dehors de ces simples influences, l'album regorge de plans de guitares heavy ultra-burnés, notamment sur un "Free The Fallen" pourvu d'un riff efficace, à la fois puissant et dynamique.

Pièce de metal de plusieurs tonnes, cet album ne commet pourtant pas l'erreur d'étouffer l'auditeur sous une chape de plomb. Deux morceaux plus lents, plus mélodiques et plus ambiancés viennent se glisser au sein du tracklisting afin d'aérer l'ensemble. "Unspoken Words", morceau mid-tempo au côté très profond bénéficie d'un travail particulier sur les voix, avec un écho qui contribue à la profondeur du titre. Ensuite, "Screaming Into The Sky", deuxième respiration de ce disque alterne des parties lentes et d'autres plus rapides et s'achève de manière bien heavy avec un excellent solo du sieur Windstein.

Cet album, fort réussi pour un premier essai, permet d'envisager l'avenir de ce "all-star band" de manière optimiste. Si le groupe parvient à intégrer encore davantage ses influences, en les rendant un peu moins flagrantes, tout en continuant à composer des morceaux aussi efficaces et, surtout, à doser aussi bien ses disques au niveau de la puissance, de l'émotion (eh oui, sans émotion, le sludge, c'est vite chiant) et du feeling (Jasta est étonnant dans ce domaine), nul doute qu'il devrait faire parler de lui un peu plus fort que cet album, publié sans trop de tapage, ne l'a fait.

A lire aussi en SLUDGE :


CROWBAR
Crowbar (1993)
Une référence.




LORD MANTIS
Universal Death Church (2019)
Le roi des insectes


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Jamey Jasta (vocaux)
- Kirk Windstein (guitares, vocaux)
- Steve Gibb (guitares)
- Matthew Brunson (basse)
- Derek Kerswill (batterie)


1. Hear This Prayer For Her
2. Grieve A Lifetime
3. Piece It All Back Together
4. Led Into Demise
5. Demon Eyes (demonized)
6. With Unspoken Words
7. Free The Fallen
8. Screaming Into The Sky
9. Lead The Ghosts Astray
10. Begging For The Truth
11. Buried In Black



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod