Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Kamelot, Millenium, Witherfall
- Style + Membre : Savatage, Jon Oliva's Pain
 

 Site Officiel (192)
 Myspace (171)
 Chaîne Youtube (166)

CIRCLE II CIRCLE - Consequence Of Power (2010)
Par FREDOUILLE le 29 Octobre 2010          Consultée 3046 fois

Et de cinq !!! Et oui, mine de rien, Zak Stevens continue son petit bonhomme de chemin avec son groupe CIRCLE II CIRCLE. Et ce, dans un anonymat presque total ! Compréhensible après tout, non ?
Il faut reconnaître que CIRCLE II CIRCLE n’a jamais « crevé les enceintes » jusqu’à présent même si "Watching In Silence" (2003) et "Middle Of Nowhere" (2005) – mon préféré – restent de bons albums. Depuis, le groupe est définitivement rentré dans le rang avec un "Burden Of Truth" d’un classicisme affligeant et un "Delusions Of Grandeur" qui ne m’a guère enthousiasmé je dois dire. Mais peut-être ai-je loupé un truc avec celui là ? J’y jetterai de nouveau une oreille ou deux pour lui redonner une chance.
Tout ça pour dire qu’à moins de connaître les performances vocales de Zak Stevens durant son passage chez SAVATAGE (écoutez donc attentivement des morceaux aussi classe que "Chance" ou "Edge Of Thorns" pour ne citer que ceux là !), - pour ma part j’ai découvert le bonhomme avec l'album "Edge Of Thorns" (le dernier avec feu Criss Oliva !) -, je ne vois pas bien comment on peut se passionner d’amour pour un groupe comme CIRCLE II CIRCLE. Même si ça reste quand même pas mal du tout.

Si vous m’avez donc bien lu, c’est bien parce que je connais l’ensemble du boulot effectué par Zak chez SAVATAGE que je m’intéresse logiquement et légitimement à CIRCLE II CIRCLE. Et c’est donc logiquement que j’ai acheté pour la cinquième fois, un album de CIRCLE II CIRCLE. Un Digipack fort sympathique ma foi, quoique les graphismes, et du Digipack et du livret, laissent un peu à désirer et semblent tout droit sortis d’un jeu vidéo. Heureusement, la pochette est un tantinet plus réussie.

"Consequence Of Power" est donc le nouvel effort de Zak toujours accompagné de son fidèle lieutenant Andy Lee aux guitares (pas mauvais du tout le bougre !), de Paul Michael Stewart à la basse et… aux claviers (il y en a si peu que je ne devrais même pas l’écrire !) et d’un petit nouveau derrière les fûts Johnny Osborn.
Que dire concernant ce cinquième album si ce n’est que la prise de risque est encore une fois limitée et qu’encore une fois ce nouveau CIRCLE II CIRCLE ne nous fera pas grimper aux rideaux. Il n’en reste pas moins, un album, certes sans grand fait marquant, mais très agréable à l’écoute avec globalement de bonnes compositions. Des compos à la fois travaillées ("Whispers In Vain" et son jeu de grattes très intéressant – Plutôt pas mal l’intro non ?), rapides et enlevées à l’image d’un "Consequence Of Power" très mélodique, burnées telles "Out Of Nowhere" (super ce son de basse), ce sacrément Heavy "Episodes Of Mania" ou encore ce superbe "Symptoms Of Fate" (ce n’est pourtant qu’un bonus track) sur lesquelles la voix toujours aussi divine et mélodique de Zak Stevens vient se poser avec toujours autant de justesse.
Globalement, "Consequence Of Power" se situe dans la droite lignée de "Delusions Of Grandeur", mais en plus fouillé tout de même et possédant surtout une meilleure production.
Le Style « Savatagien » s’éloigne de plus en plus, même si le léger "Redemption" (superbes soli mélodiques sur ce morceau) et son subtil piano(*) ou encore "Take Black Yesterday" me feront mentir (le riff d’entrée vous évoquera sans conteste celui de "Hall Of The Mountain King" qu’on ne présente plus), puisque ces deux titres rappelleront incontestablement le ‘TAGE.

"Consequence Of Power" n’a au final rien de très excitant malheureusement, mais je le répète il est plutôt agréable à l’écoute. Vous passerez donc un bon moment en sa compagnie. Mais vous passerez aussi vite à autre chose : aussi vite écouté, aussi vite oublié. Dommage, car il y a malgré tout de bonnes choses dedans.

Note Réelle : 3,5/5

(*)Un piano de moins en moins présent, que l’on entend uniquement sur deux titres ("Redemption" et la ballade anecdotique qu’est "Blood Of An Angel"), ce qui donne à l’album un coté plus brut et moins « Théatral » ou édulcoré que du SAVATAGE. C’est bien évidemment Andy Lee qui s’en donne à cœur joie et qui occupe le premier plan avec une tripotée de putain de soli (preuve en est "Mirage", morceau aux accents Hard Rock).

A lire aussi en HEAVY METAL par FREDOUILLE :


ICED EARTH
Plagues Of Babylon (2014)
Un album qu'il ne faut pas fuir comme la peste !




HAMMERFALL
Built To Last (2016)
Nés pour durer !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Zak Stevens (chant)
- Paul Michael Stewart (basse, claviers)
- Andy Lee (guitares)
- Johnny Osborn (batterie)


1. Whispers In Vain
2. Consequence Of Power
3. Out Of Nowhere
4. Remember
5. Symptoms Of Fate (bonus Track)
6. Mirage
7. Episodes Of Mania
8. Redemption
9. Take Back Yesterday
10. Anathema
11. Blood Of An Angel



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod