Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Myspace Du Groupe (471)

NIGHTBRINGER - Apocalypse Sun (2010)
Par MEFISTO le 30 Juin 2010          Consultée 3069 fois

Ah, le Colorado… Vous y êtes déjà allés ? Pas moi. Mais j'aimerais. Avec son altitude à vous rendre les tympans et le souffle dingues, ses centres de ski haut-de-gamme, ses chalets suisses hors de prix, ses nombreuses équipes de sport professionnelles, ses paysages à couper le souffle (enfin, sur photo), ses longues routes sinueuses dont plusieurs, à flanc de montagne, descendent durant près d'une heure (un cauchemar pour les camionneurs en hiver semble-t-il, des dispositifs de sécurité sur le bord des routes ont été inventés pour éviter que les poids lourds passent par-dessus bord…), etc., etc…. Oui, le Colorado, état américain haut perché où le soleil de plomb côtoie la neige, où les femmes adorent porter des bikinis de fourrure… Oh si, oh si ! Mais pas le quintette de NIGHTBRINGER, car lui, il préfère les nuits fraîches et les incantations macabres pour se divertir…

"Apocalypse Sun" est le deuxième album des Américains (issus de groupes Black qui n'ont jamais décollé), après le très apprécié "Death And The Black Work". Et pour cause : NIGHTBRINGER n'a pas son pareil pour créer des ambiances gluantes (et non « glauques », qui n'est approprié qu'en parlant de couleur, à bon entendeur !) et propres comme une sale de sacrifice de marbre, c'est sa force. La porte d'entrée du manoir est imposante, difficile à pousser, mais quand vous y êtes arrivés, dites-vous que le séjour sera marquant.

Et oui, c'est du Black américain, donc c'est incontestablement spécial. Le dada de NIGHTBRINGER ? L'occultisme. Avec tout ce que ça comporte : atmosphères oppressantes ("Serpent Of The Midnight Sun"), étouffantes et près du Doom le plus crade ("Excitium: Litany Of The Devouring Earth"), inquiétantes, évidemment violentes ("Goblet Of Sulfur And Poison"), quelque peu pompeuses car tirant sur l'exagération niveau « méchanceté polie » (si c'est possible). Et ce, autant au niveau de la musique que des paroles, qui sont un pur délice à lire. Je vous laisse le soin d'y jeter un œil, ceci expliquant cela. Mais bordel, malgré cette bulle de recueillement macabre, les Ricains sont des bêtes de mélodies. Leur arme favorite ? La gratte supersonique aiguë. La dernière fois que j'ai entendu autant de notes aussi hautes, c'est en me farcissant LITURGY, ces New-Yorkais malsains jouant du Black « fusion ».

Or, ici, pas de doutes possibles : malgré la prédominance des cordes hautes, on est en Black Atmo véloce (merci à la batterie) et perfide. Assommant de mélodies incroyables, de prises de risque, "Apocalypse Sun" est un album prenant, troublant. Même si dix minutes trop long, il en jette à un niveau assez intense. Il marie habilement le Black malsain et opaque et accrocheur, sans tomber dans l'accessible à tout crin. Un superbe jongleur, vous dis-je.

Le groupe va aussi chercher de la diversité en incorporant des éléments carrément atmos, sans instruments. Cela fait valser l'imagination et aide à prolonger le plaisir vilain imposé par ce damné occultisme battant des ailes du début à la fin comme une chauve-souris en manque d'hémoglobine.

Au-delà des ambiances, NIGHTBRINGER sait gratter comme un virtuose et pas seulement en trémolos. Écoutez les riffs de "Supplication Before The Throne Of Tehom" (et putain, ces nappes de clavier et cette guitare épileptique !!!) et l'entêtant "Nephal: The Seat Of Pan-Daimonium", vous verrez bien ! Je ne prédis pas nécessairement de frissons, mais si vous arrivez à pénétrer entièrement cet univers de charbon, vous prendrez un pied énorme. Espérons donc que cette guitare archi nerveuse ne vous débine pas, car NIGHTBRINGER ne vous siéra aucunement.

J'ai réussi à pénétrer dans ce manoir hanté après de nombreuses séances de torture, alors je vous souhaite de traverser le labyrinthe sans trop vous écorcher les flancs. Car je dois avouer que la sortie, "Fount Of The Nighted God-Head" est franchement attirante.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


AUSTERE
To Lay Like Old Ashes (2009)
Petit détour vers le marais des souffrances...




FORTID
Pagan Prophecies (2012)
Il est temps que FORTID sorte de l'ombre


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Naas Alcameth (chant, guitare)
- Ophis (guitare)
- Nox Corvus (guitare, percussion)
- Grimnar (guitare)
- Marutgana (basse)


1. I Am I
2. Supplication Before The Throne Of Tehom
3. Serpent Of The Midnight Sun
4. Upturning The Seventh Chalice
5. Excitium: Litany Of The Devouring Earth
6. Goblet Of Sulfur And Poison
7. The Coils Of Sevekh
8. Nephal: The Seat Of Pan-daimonium
9. The Utterance Of Kasab'el
10. Fount Of The Nighted God-head



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod