Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Aerosmith

Joe PERRY - Have Guitar Will Travel (2010)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 25 Avril 2010          Consultée 3992 fois

Joe PERRY, talentueux guitariste élevé au rang de "guitar hero" symbolise par son statut ce que l’on nomme communément le "Rêve Américain". En effet, émigrant de troisième génération, Anthony Joseph Pereira de son vrai nom, d’origine Portugaise du côté de son père et Italienne du côté de sa mère est un stakhanoviste de la six cordes. A croire que les multiples dépendances qui ont émaillé sa vie n’ont eu que peu d’effet sur sa volonté de s’imposer dans ce domaine. Brillant dépositaire de la formule AEROSMITH aux côté principalement de Stephen Victor Tallarico alias Steven Tyler. Les deux compères, fines fleurs des 70’s furent de méchants compétiteurs de la défonce, ce qui leur a valu le surnom, maintenant quasi oublié de "Toxic Twins". A l’instar des "Glimer Twins" qu’étaient les Jagger/Richards des ROLLING STONES. Malgré ces soucis de dépendance qui ont failli couter plus d’une fois leurs vies et celle du groupe, Joe Perry a opéré dés 1980 une carrière solo. Le résultat de ces derniers ne souffrant d’aucune comparaison avec la formule magique d’AEROSMITH. Quelques brûlots se dégagent néanmoins de ses quatre précédents albums, "Let The Music Do The Talking" l’éponyme issu de son premier disque et repris en 1985 sur "Done With Mirrors" ou le "East Coast, West Coast" de son second "I've Got The Rock'N'Rolls Again (1981)".

Pour son cinquième essai discographique en solo, Perry avait prévu de recourir à d’autres talents que le sien pour l’accompagner. Certains noms avaient filtré, comme ceux de Jimmy Page, Slash, Scott Weiland, Robin Zander (CHEAP TRICK) et Lil' Wayne. Il n’en fût cependant rien et les musiciens qui l’accompagnent ici ont des noms moins prestigieux, ce qui ne nuit nullement aux qualités de ce disque, n’ayant en rien besoin de caution "guest" pour l’imposer. Enregistré à la maison, dans son studio perso, tout comme le dernier disque en date d’AEROSMITH, "Just Push Play (2001)", Perry a eu toute la latitude possible pour faire son disque. Parfaite synthèse de rock traditionnel et contemporain. Le "Boneyard Studio" enfermant les quelques 600 guitares du bonhomme qui a également endossé la casquette d’ingé son pour l’occasion. Ainsi, dans un certain anonymat, "Have Guitar, Will Travel", hommage au troisième album de Bo Diddley, voit le jour à l’heure où l’actualité d’AEROSMITH est des plus floues.

Les albums de guitaristes sont souvent pompeux et celui de Joe Perry représente l’exception qui confirme la règle. Varié et cohérent, "Have Guitar Will Travel" rengorge de parties de guitares hallucinantes. L’album s’amorce avec "We've Got a Long Way to Go”, intro au synthé, joué par JP mais chanté par Hagen Grohe, jeune vocaliste Allemand qui s’illustrera sur deux titres, très typés AEROSMITH 90’s. Ce premier titre, comme le veut la tradition est un rock entrainant tandis que "Do You Wonder" situé en plage 3 est une ballade "sirop" comme nous en servent (trop ?) les "FLYINGDUPONT" depuis près de quarante ans. Le timbre du "performer" se rapproche de celui de Steven Tyler, sans en avoir la puissance ni les tiques. A chacun de juger.
Tout est prétexte ici a envoyer riffs et solo bien sentis. A l’image de "Slingshot" qui voit JP reprendre le micro pour un rock de tradition américaine. Puis un rock’n roll à l’ancienne, "Somebody's Gonna Get ("Their Head Kicked In Tonite"), reprise de Jeremy Spencer, le premier guitariste de Fleetwood Mac. Celui la même qui défraya la chronique, accusé de pédophilie !!!!! L’exercice ressemble beaucoup au projet du Sieur Kilmister (MOTÖRHEAD) avec son HEADCAT .

"Heaven and Hell", lancinant, calme le jeu un instant avant que "No Surprise" renoue avec le répertoire 70’s d’AEROSMITH. Le morceau "fuzze" et certaine lignes de chant semblent interprétées par Steven Tyler himself. La classe !!! Rien de mieux pour amorcer l’instrumental, "Wooden Ships" dédié à Les Paul (un petit luthier!!). "Oh Lord (21 Grams)" revisite le domaine de la folk et permet l’utilisation de chœurs. Pour clore le disque Joe enchaine deux petites perles, le rock’n roll, "Scare The Cat" et encore un petit "fuzz 70’s", "Freedom". Une réussite.

Avançons donc que nous sommes en présence du meilleur album solo de JP. Sans se démarquer réellement de son groupe d’origine, le guitariste offre un disque moins maniéré, débarrassé des fioritures de surproduction qui pullulent sur les dernières productions du groupe de Boston.

A lire aussi en HARD ROCK par ZIONLEEMASTERSEB :


MOTÖRHEAD
The Wörld Is Yours (2010)
Pas encore la retraite !!!!

(+ 2 kros-express)



MOTÖRHEAD
Stone Deaf Forever (2006)
Qu'est ce que vous dites docteur?


Marquez et partagez




 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
  N/A



- Joe Perry (tout ou quasi)
- Hagen Grohe (chant)
- David Hull (basse)
- Ben Tileston (batterie)
- Marty Richards (batterie)
- Scott Meeder (batterie)
- Willie Alexander (piano)
- Paul Santo (claviers et percussions)


1. We've Got A Long Way To Go
2. Slingshot
3. Do You Wonder
4. Somebody's Gonna Get (their Head Kicked In Tonite)
5. Heaven And Hell
6. No Surprise
7. Wooden Ships
8. Oh Lord (21 Grams)
9. Scare The Cat
10. Freedom



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod