Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER/DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique stoner
L' auteur
Acheter Cet Album
 


OM - Pilgrimage (2007)
Par POSSOPO le 13 Mars 2010          Consultée 3879 fois

On ne pouvait faire plus belle réussite conceptuelle que "Conference Of The Birds", cette longue montée psychotrope vers l'infini Nirvana. Sans cette idée, OM tournerait déjà un peu en rond. Il faut dire que traînant derrière lui le lourd et sublime passé de SLEEP, il n'a en fait rien d'un jeunot. Alors deux ans d'existence et déjà un renouvellement. Léger, il ne s'agit que de la pochette. Adieu les cuicui sur l'eau ou dans les airs, "Pilgrimage" arbore un archange aux pensées que je voudrais byzantines et orientalisantes. Mais il n'y a pas que ça. OM change aussi de maison de disques. On s'en foutrait bien s'il ne récupérait pas, grâce à ce changement de maillot, un maousse costaud de la production, le très demandé et à peu près légendaire Steve Albini, également guitariste et chanteur dans son petit SHELLAC quand il a le temps. Au revoir Billy Anderson, qui aura vécu les années SLEEP. Un producteur de renommée mondiale et au-delà, un patron de label plutôt culte, Stephen O'Malley (SUNN O))), KHANATE et de multiples autres enfers sonores). Faisons-la rapide, OM entre dans la cour des grands. Merci "Conference Of The Birds" qui aura servi de tremplin à cette ascension sociale.

Attention tout de même, qui dit environnement doré dit aussi souvent grosse sieste sur ses lauriers. OM est arrivé, pourquoi se foulerait-il ? Et OM ne se foule pas puisqu'il ne répète finalement qu'un office déjà maîtrisé à merveille sur ses productions passées. OM ne fait pas non plus son zélé. Une demi-heure, c'est bien suffisant.

Mais qui voudrait d'un OM hyper actif, traînant son groove de basse pendant des heures et des heures, partant dans toutes les directions sans qu'on ne sache trop comment le suivre ? "Pilgrimage", un disque confortable dans lequel on retrouve ce qui a fait la réputation de "Conference Of The Birds", de "Variations On A Theme" aussi. Peut-être encore un peu de SLEEP même. OM joue sur du velours (le disque suivant nous transportera sur un terrain beaucoup plus aventureux) et c'est plutôt pas mal comme ça.

L'analyse pourrait s'arrêter là mais pourquoi ne pas pisser quelques lignes sur le son de cet album ? OM, c'est une basse, une batterie, aucune guitare, un spectre particulier, rare et qui, sans l'adjonction d'amplis et de micros de qualités, tournerait à la blague. Et voici donc en quoi Steve Albini devient utile. Pas un simple nom pour faire joli au milieu du livret, pas un détail idiot pour faire parler dans les dîners, une vraie valeur ajoutée. Evidemment, seuls les audiophiles entendront le spectaculaire du changement mais chacun peut écouter comme la basse crache sur "Unitive Knowledge Of The Godhead". Une patate énorme mise en relief par l'introductif morceau-titre et sa satanée langueur. Et le chant d'Al Cisneros ne deviendrait-il pas plus palpable qu'auparavant ? "Bhima's Theme" enfonce le clou, litanie saturée qui envoie du gras à s'en faire péter le bide. Steve Albini orfèvre, OM tranquille et sûr de sa politique extrême. De la belle ouvrage derrière la console, assurément et un duo qui profite à plein du doigté de son producteur.

Pour le reste, je vous le dis, rien ne change vraiment. Le concept décollage de l'album précédent a laissé place à quatre plages équilibrées dont deux étonnamment courtes plus une répétition. On s'envole vers les cieux fuzz pour ensuite atterrir à nouveau dans un sommeil narcoleptique. Décidément, les adjectifs ne varient guère, OM nous transporte dans des contrées qu'on connaît parfaitement, un pèlerinage déjà vécu mais toujours le plaisir d'y revenir. Et celui-ci a au moins l'avantage de ne pas salement user les sandales, le voyage se fait en planant… forcément.

A lire aussi en STONER par POSSOPO :


OM
Conference Of The Birds (2006)
Qui veut une soufflette ?

(+ 1 kro-express)



TARANTULA HAWK
. (2002)
Metal hallucinogène


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   ENENRA

 
   (2 chroniques)



- Al Cisneros (chant, basse)
- Chris Hakius (batterie)


1. Pilgrimage
2. Unitive Knowledge Of The Godhead
3. Bhima's Theme
4. Pilgrimage



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod