Recherche avancée       Liste groupes



      
CYBER, METAL, EBM...  |  STUDIO

Commentaires (8)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Mechina
 

 Site Officiel (768)
 Myspace (164)
 Chaîne Youtube (169)

SYBREED - The Pulse Of Awakening (2009)
Par POSSOPO le 22 Janvier 2010          Consultée 3781 fois

Déjà trois albums que SYBREED gigote dans le petit monde du Cyber Metal. Un petit monde que je pensais sclérosé et fixé sur le monstre FEAR FACTORY dont certains attendent aujourd'hui le retour comme celui du messie. Et si le Suissoïde volait la vedette à son aîné revenu du diable Vauvert ?

Car SYBREED a aujourd'hui changé. Toujours à cheval entre deux tendances, le combo Genevois vient de se taper une nouvelle assiette d'Electro New Wave EBM et associés. Et la plâtrée est tellement grosse que la balance penche à présent vers autre chose que le Metal.
Pas une révolution, une juste évolution aux petits oignons. Elle sont toujours là, les longues réminiscences du compatriote SAMAEL, les brisures rythmiques empruntées à MESHUGAH, la grosse caisse épileptique, la double texture vocale et quelques riffs venus de l'usine dirigée par Burton C Bell. SYBREED reste également ultra accessible et a conservé son esprit Néo Mélo à digestion immédiate, le diptyque couplets en acier trempé / refrains gay qu'il maîtrise bien, diptyque toujours aussi rebutant pour les vrais hommes et les intellos. Mais au rayon des nouveautés, du gros, du très gros. Non, je ne parle pas de Ben qui teinte son chant hargneux précédemment Hardcore d'une touche terriblement Black, pourtant une sacrée nouveauté qui laisse SYBREED chatouiller le king du sympho DIMMU BORGIR sur "Lucifer Effect". Non, je ne parle pas de ce nouveau batteur, Kevin Choiral, cependant une jolie valeur ajoutée grâce à ce background progressif identifiable sur nombre de plans. Kevin, un grand malheur patronymique mais un jeu efficace. Non, je ne parle pas non plus de Rhys Fulber, géant des géants du bip et du boom passé derrière la console pour donner à SYBREED les moyens de ses ambitions sonores.

En fait si, je parle de Rhys Fulber. Car bien plus qu'un exhausteur de goût comme le sont quelques-uns des meilleurs manipulateurs de boutons de la planète, le personnage pousse ici ses nouveaux protégés vers l'enfer EBM. Les Helvètes n'ont jamais caché leur amour pour FRONT LINE ASSEMBLY, ils ont maintenant le droit de plonger à fond dans l'univers du petit prince du mouvement Electro Body Music. Alors, "The Pulse Of Awakening" devient par instants sacrément dancefloor et quelques-uns éprouveront quelques relents stomacaux à l'écoute de certains arrangements typiques du genre.
Synthétique à fond les ballons, le quatuor pénètre toujours plus avant dans le monde de l'électronique en gavant son album de New Wave. Là encore, tout le monde n'appréciera pas. Et Rhys Fulber de leur dire :
"Vous voulez reprendre du KILLING JOKE ? Vous avez les boules ou quoi ? Trop gros le morceau ? Ouvrez la bouche, je vais vous faire bouffer tout ça."
"Love Like Blood" titre culte d'un disque culte d'un groupe archi-culte, chouette accent chouettement actualisé, chouettement adapté pour se fondre à merveille dans l'ensemble.
Encore une louche ? De la Futurepop cette fois-ci, genre trop neuf pour bénéficier d'une acception universellement reconnue. APOPTYGMA BERZERK, VNV NATION, initiateurs du style. Du DEPECHE MODE passé par un filtre sonore très actuel, de la Goth Wave hyper plastique et facile à railler du fait de ses accents parfois terriblement sucrés.
Allez un dernier, "I Am Ultraviolence" et un pas mieux assumé que sur "Antares" vers l'Indus martial.

Ressort de ce potage aux mille idées une double impression. Une variété incroyable, SYBREED se démultiplie à l'infini pour visiter tous les coins et recoins du Metal et de la Pop synthétique modernes. "Antares" se concentrait sur un périmètre moins étendu. Et tout ça sans l'effet patchwork souvent redouté. Mais aussi l'idée qu'on est en train de se faire arnaquer. "The Pulse Of Awakening" comme un cache-misère, un papier peint qui va vite se décoller, un truc vraiment trop easy pour être honnête. "Doomsday Party", la tête de gondole avec vocoder ridicule intégré de cette facilité en plastoc à durée de vie douteuse.

Que chacun choisisse son camp, le mien reste celui du plaisir du moment. "The Pulse Of Awakening" me remue tantôt la tête pour un headbang des familles, tantôt le popotin comme saurait le faire le meilleur de l'Electroclash ou le plus racoleur de l'Eurodance.
On parie que ce troisième SYBREED apporte mille fois plus de fraîcheur que "Mechanize" et sa pochette à la Alien VS Predator qui me fait craindre le pire ?

A lire aussi en DIVERS par POSSOPO :


KILLING JOKE
Killing Joke (1980)
La légende commence ici




CELTIC FROST
Into The Pandemonium (1987)
Mine d\'or


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Ben (chant)
- Thomas (guitares, programmation)
- Kevin Choiral (batterie)
- Stéphane Grand (basse)


1. Nomenklatura
2. A.e.o.n
3. Doomsday Party
4. Human Black Box
5. Killjoy
6. I Am Ultraviolence
7. Electronegative
8. In The Cold Light
9. Lucifer Effect
10. Love Like Blood
11. Meridian A.d.
12. From Zero To Nothing
13. Flesh Doll For Sale



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod