Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Obscura

PANZERBALLETT - Starke Stücke (2008)
Par POSSOPO le 24 Novembre 2008          Consultée 3413 fois

Enfin !
On va enfin pouvoir balancer le terme jazz dans une chronique de NIME sans avoir besoin de se demander si quelque puriste ne va pas venir nous casser la gueule pour avoir raconter n'importe quoi.
Nous sommes beaucoup à qualifier ATHEIST, CYNIC, AGHORA, LIQUID TENSION EXPERIMENT (on me souffle PLANET X à droite) et quelques autres de jazz. Nous sommes aussi nombreux à nous demander ce que tous ces groupes ont véritablement de jazz. Des réminiscences, une influence certaine, des rythmes latins, des signatures rythmiques instables, une batterie syncopée, des interludes acoustiques. Une odeur de Frank Zappa, d'Allan Holdworth, de Pat Metheny mais jamais rien de totalement prégnant. Jazz, ces groupes le sont…par intermittence, par la technique, par leur volonté d'ouverture. Il leur manque cependant une composante majeure de ce qui n'est pas un genre musical, plutôt une manière de composer, que dis-je, de créer. Le jazz déconstruit, bavarde autour d'un thème, le jazz ne s'écrit pas, le jazz se lit puis s'interprète. Le jazz et sa définition impossible, sa relation si particulière au rythme, cette confrontation musicale entre Europe et Afrique, le jazz et sa dominante majeure, l'improvisation.

PANZERBALLETT est très capable d'improvisation. Bien plus que ça, il vit d'improvisation. Et en me basant uniquement sur un premier album riche en volatilité, mieux encore sur ce deuxième album, j'y vais la tête haute, PANZERBALLETT est jazz. Pensez donc, un deuxième album qui reprend des standards pour les déstructurer à l'infini, il n'y a rien de plus jazz. Et quels standards ! Aux côtés de SCORPIONS (Wind Of Change"), BLACK SABBATH ("Paranoïd"), ACDC ("Thunderstruck") et DEEP PURPLE (Smoke On The Water") figurent Henri Mancini ("Pink Panther") et Joe Zawinul ("Birdland"). Comment faire plus jazz ?
Le line-up maintenant. Jan Zehrfeld et Andreas Dombert à la guitare, Florian Schmidt à la basse, Sebastian Lanser à la batterie, Gregor Bürger au saxophone. Jazz, je vous dis.

Jazz d'accord mais quel jazz ? Electrique tout simplement, fusion dans son amour pour le rock. Et puis qui dit Joe Zawinul dit WEATHER REPORT. Des relents funk, d'autres légèrement brésiliens, une saturation présente de ci de là, une grosse saturation, d'infimes instants sombres profondément metal, la logorrhée du hard bop. Une seule apparition vocale, double, féminine et masculine, le très expérimental et toujours incroyablement jazz "Zickenterror" qui flirte avec l'esthétique psychotique de FANTOMAS. Et quelques secondes de death hardcore extrêmement agressif en plage 4.

Oui mais c'est bien, ce truc ?
"Starke Stücke" c'est bien, c'est très bien. Un disque à écouter pour tous les amateurs de…jazz, un nouvel arrivant un peu différent des autres dans ses nombreux clins d'œil au metal. Un nouvel arrivant aux phrases intelligentes, parfois dignes d'une signature Blue Note. Une véritable surprise quand on s'attendait à un vulgaire gadget. Un panorama incroyable rendu possible par l'importance des invités : "Birdland", titre mille fois repris, retrouve de la nouveauté grâce au solo héroïque du guitariste guest Nguyên Lê, "Pink Panther" prend des accents tziganes et Django (Reinhardt) lorsque Peter O' Mara délivre une autre perle sur six cordes, "Dreamology" part dans l'espace avec le clavier de Jan Vacik. PANZERBALLETT, ni panzer (rien de bien violent) ni ballet (rien de bien tutu), artiste qui a sa place dans l'univers snob et feutré du…jazz, du grand jazz.

Oui mais c'est bien, ce truc ? Je veux dire, moi, j'écoute du metal, hein.
Franchement ? Non !
"Starke Stücke" ne plaira pas à un amateur de metal, il n'y a pas de metal dedans, même pas un demi-centime. Et si PANZERBALLETT se trouve sur NIME, il le doit à son hardcore, à sa palette de bizarreries sonores au goût extrême, à ses fameux clins d'œil, à un premier album trois centimètres (mais vraiment pas plus) plus carré.
Non, pour apprécier "Starke Stücke", l'amateur de metal devra passer par d'autres cases, celle du rock progressif pourquoi pas, celle de la fusion plus sûrement. La fusion, la vraie, la première, la fusion… jazz.

A lire aussi en DIVERS par POSSOPO :


SUPURATION
Incubation (2003)
Les génies redeviennent géniaux!




METALLICA
The Scorched Earth Orchestra Plays Master Of Puppets (2006)
La révélation en matière de tribute symphonique !!


Marquez et partagez






 
   POSSOPO

 
  N/A



- Jan Zehrfeld (guitare, chant)
- Andreas Dombert (guitare)
- Gregor Bürger (saxophone)
- Florian Schmidt (basse)
- Sebastian Lanser (batterie)
- Ulf Wakenius (guitare)
- Nguyên Lê (guitare)
- Peter O'mara (guitare)
- Alexander Von Hagke (saxophone)
- Conny Kreitmeier (chant)
- Andy Lind (chant)
- Jan Vacik (clavier)
- Naomi Isaacs (chant)


1. Pink Panther
2. M. W. M. I. O. F. R.
3. Smoke On The Water
4. Friede, Freude, Fussball
5. Wind Of Change
6. Birdland
7. Dreamology
8. Thunderstruck
9. Zickenterror
10. Paranoid



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod