Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH / GROOVE METAL  |  STUDIO

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sadus
- Membre : Hellwitch, Malevolent Creation

DEMOLITION HAMMER - Time Bomb (1994)
Par DEADCOM le 6 Novembre 2009          Consultée 2254 fois

C'est un fait, DEMOLITION HAMMER n'est plus.

Néanmoins, que l'assistance sèche ses larmes et laisse les autres esquisser leur vilain rictus complaisant, satisfait de ne voir dans cette formation qu'un vilain coup de vent avec un petit rhume au bout.

Force et honneur

DEMOLITION HAMMER est un des noms de la D3 du Thrash Metal qui sont passés par la tempête Death Metal (qui connut par la suite son inévitable ère de disette) et ont vu l'émergence du Power Metal. Une période qui couvre 1990 à 1994, quatre ans, mes amis… oui, quatre ans sur la même crémerie (Century Media), sur la même ligne de mire (déballage de pitbulls), avec des pics de vélocité à faire pâlir le Cadet de Max Cavalera himself. Entre le baril Hoglan et la mite Lombardo, Vinny Daze rayonnait. Mais voilà, un jour de l'année 94, ce cher Vinny décide de faire du Hardcore avec son acolyte gratteux James Reilly, et succombera aussi deux ans plus tard d'un empoisonnement alimentaire... C'est con, hein ? Donc, vous vous doutez bien que la course à l'échalote et le troussage de jupon, c'est terminé, nada, peau de zob ! Ne vous en faites pas, la famille du Thrash/Death est largement étendue sur le territoire de l'oncle Sam et c'est avec logique que l'on ira piocher dans le line–up des turbulents exilés New-Yorkais de MALEVOLENT CREATION. Dont le robuste Alex Marquez qui prendra les baguettes. Mais ça sera pour en entamer une partie de Mikado, avec son pote Reynolds, qui ne manquera de tacher de son encre (ahahah) cet opus convenu, par un contexte trop envahissant. Car contexte il y a.

Quiproquos et compromis

Au départ, ce "Time Bomb" aux pectoraux déployés et à la casquette inversée, était vu comme un projet annexe au marteau démolisseur des nineties. Or, leur label (le média du siècle donc) refusa catégoriquement de publier ce disque si celui-ci n'était pas sorti sous le nom de DEMOLITION HAMMER. D'où un compromis de serrer les fesses et de sortir un disque qui s'éloigne à grands pas du répertoire passé. Du moins, en surface, car le quiproquo de voir ce disque comme une mixture qui allie désir de faussaire et vide artistique, est une erreur… Si ! C'est une erreur, arrêtez de déconner. Car "Time Bomb" se veut un authentique boulet métallique, plus posé que ses prédécesseurs mais qui recèle sous ses aspects groove machin truc, quelque chose de bouillonnant qui ne demande qu'a sortir et qui sort du gosier de l'orateur qui en demande encore et encore, telle une insatiable hardeuse un soir de gang bang. Ce n'est pas étonnant de sentir une pesanteur, quelque chose de sulfureux et d'oppressant qui repeint les façades de la pièce, et par la même occasion, notre vil faciès.

Prends-toi ça dans la gueule !

Uppercut bien placé en la présence d'un "Mindrot" nerveux où le gros Alex (oui, c'est un gros) enchaîne les patterns à la MC, par une double toujours en action. Le muet Derek Sykes s'énerve beaucoup, un peu tout seul soit, mais on l'aime bien notre gratteux, l'entendre cracher de bons pains. Un grand merci aussi à Steve Evetts qui fait ressortir tout le jus, très agressif et très vinaigré des instruments du (désormais) trio New-yorkais. "Time Bomb" sonne pour autant comme du DH classique, seule la coloration plus Power ou groove Metal, pourra déplaire et à l'écoute des titres "Waste" et "Bread And Water", on serait susceptible de faire la moue comme une prune rabougrie devant l'élastique qui claque sur des hanches trop généreuses. C'est huileux tout ça.

Cela dit, "Time Bomb", dernier rejeton du gang de New-York, n'est pas des plus heureux mais il plaira néanmoins aux nostalgiques et autres fondus de parties Thrash nerveuses. Mais la flamme, elle, est bel et bien éteinte.

A lire aussi en THRASH METAL par DEADCOM :


OVERDOSE
Progress Of Decadence (1993)
Crossover / thrash brésilien : sublime !




CORONER
Coroner (1995)
Un cœur s'est arrêté de battre...


Marquez et partagez




 
   DEADCOM

 
  N/A



- Steve Reynolds (basse/voix)
- Derek Sykes (guitares)
- Alex Marquez (batterie)


1. Intro
2. Under The Table
3. Power Struggle
4. Mindrot
5. Bread And Water
6. Missing:5/7/89
7. Waste
8. Unidentified
9. Blowtorch
10. Mongoloid
11. Time Bomb



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod