Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sadus
- Membre : Hellwitch, Malevolent Creation

DEMOLITION HAMMER - Epidemic Of Violence (1992)
Par DEADCOM le 2 Octobre 2009          Consultée 4448 fois

Si on pensait que DEMOLITION HAMMER avait tout dit sur son précédent opus, c'était lourdement se tromper sur son cas. "Tortured Existence" était plus que bon et très efficace. Cependant, le groupe était sous le joug d'un emballage sonore trop réducteur. Le contexte actuel fait que Papa Scott Burns, c'est fini les enfants. Ce qui laissera la place à un nouvel opus qui sonnera plus "réaliste". Pour le coup, Tom Soares fera parfaitement l'affaire. Désormais, avec "Epidemic of Violence", le quatuor new-yorkais affirme sa place dans les nineties, version travaux publics, section : Démolition !

Tout comme ces groupes Thrash (de D3) qui ont réussi à combler notre soif de son qui tue, DEMOLITION HAMMER nous donne encore une fois, une bonne dose d'adrénaline qui nous fouette comme des esclaves. Nos bourreaux le savent et ils s'y mettent les formes ! Pour cela, leurs racines (le Bronx) prédominent par un débat à la "couleur" plus hardcore que par le passé. Les chorus virils sont toujours de la partie. La rage et la haine qui les imbibe aussi. Les riffs vrombissent et baignent dans une vraie colère. Ici, il n'y a pas de place pour le juvénile, seulement une avalanche de pains fourrés de textes trempés dans la bile. Le groupe joue les durs et se prend très au sérieux. Avec lui, on entre dans l'univers des gros "bad guys" de New-York… Pas dans la gay attitude ! Mines patibulaires (ou presque), dégaines de voyous, vêtements limés jusqu'à la fibre, l'orchestre est concret dans les moindres détails de ce portrait authentique d'un groupe qui l'est tout autant.

"Epidemic of Violence" se présente comme un album plus court (39 minutes de laves en fusion et quelques poussières d'os). Un album plus Thrash aussi, qui sort du carcan Death Metal pour voler de ses propres ailes et écrire ses tables de la loi (le marteau-pilon est son dogme). Les compositions sont bien travaillées comme il faut, dont l'interlude "Orgy of Destruction" basée sur une litanie rythmique massive, montre la maîtrise d'un jeu plutôt rude mais agréable quand on aime la violence du Thrash. Tandis que le titre éponyme explose, par la suite, comme de la nitroglycérine. Résultat : On en a partout, taché jusqu'au slip comme une bombe à merde reçue en pleine face ! Surtout, le démarrage de la première piste qui en fera lever des queues !

Ici, on tire pour tuer ! Sauf que, objectivement parlant, ça ne tue pas grand chose car ce déchaînement de fureur reste égal à lui-même : que l'on soit en 92 ou pas, DEMOLITION HAMMER est avant toute chose, un groupe bourrin pour les bourrins. Donc rien de révolutionnaire, hormis sa vitesse d'exécution assez folle. Pourtant, ce bourrinage possède incontestablement un charme unique, qui a fait son succès. A cela il y a bien une raison…


*** Vinny Daze superstar ***

Voici la vraie valeur ajoutée. Un frappe de brute. Un jeu excessif caractérisé par des envolées impressionnantes qui savent toujours retomber sur leurs pattes. Roulements, descentes, montées, mitraillage endiablé (voir pulvérisation des caisses), l'impact est doublé et frétille abondamment. Un travail rudement bon, car rudement bien mené. Il ponctue parfaitement le duo de bouchers qui déchire leurs six cordes qui résonnent comme un hurlement sans fin, aux multiples soli (certes, plus décoratifs qu'autre chose) qui parsèment la plupart pistes. Les cordes se tordent comme des lombrics et atteignent une température volcanique.

On couple à cette déferlante de Thrash (Ultra) brutal, une syntaxe familière de mammifère carnivore. Moi, j'aimais bien "Infectious Hospital Waste", ça avait de la gueule ! Et bien là, c'est pareil et ça vous donne : "Skull Fracturing Nightmare" pour le plus « doux » à "Carnivorous Obsession" et "Omnivore" (avec un putain de blastage en sus) pour le plus « parlant ». De bons gros mollards éjectés d'une gorge tuméfiée, "Pyroclastic Annihilation" et du classique bien gras, comme "Human Dissection" ou "Aborticide" pour le plus « racoleur » avec son cri barbare, éructé en fin de course. Quelle élégance…

En clair : DEMOLITION HAMMER c'est un Thrash Metal "dur" pour les "durs" et dans ce registre, "Epidemic Of Violence" est un très bon.


Note réelle : 4,5/5.

A lire aussi en THRASH METAL par DEADCOM :


CORONER
Coroner (1995)
Un cœur s'est arrêté de battre...




DEMOLITION HAMMER
Tortured Existence (1990)
Thrash (Death) Metal magistral !


Marquez et partagez




 
   DEADCOM

 
  N/A



- Steve Reynolds (basse, voix, chœurs)
- James Reilly (guitare, chœurs)
- Derek Sykes (guitare, chœurs)
- Vinny Daze (batterie, chœurs)


1. Skull Fracturing Nightmare
2. Human Dissection
3. Pyroclastic Annihilation
4. Envenomed
5. Carnivorous Obsession
6. Orgy Of Destruction
7. Epidemic Of Violence
8. Omnivore
9. Aborticide



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod