Recherche avancée       Liste groupes



      
SPEED THRASH  |  STUDIO

Commentaires (8)
Questions / Réponses (1 / 5)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Metallica, Anthrax, Terrifier
- Membre : Exhorder
 

 Myspace (677)

HEATHEN - Breaking The Silence (1987)
Par CANARD WC le 21 Octobre 2008          Consultée 6410 fois

Certains groupes ont beau jouer aux confins de la troisième division du Thrash, ils n’en restent pas moins magnifiques et porteurs de tout un tas d’enseignements. Dans l’indifférence quasi-totale, ils exécutent leur art avec un cœur gros comme ça, des litres de sueur et de la passion au kilomètre carré. Micro-révolutionnant tout seul dans leur coin, on aurait aimé que le sort eusse été plus favorable pour eux, mais nan c’est comme ça. Que voulez-vous…

HEATHEN rentre justement dans cette catégorie des « groupes de Thrash anecdotiques mais recommandables ».

Alors Thrash, faut que je baise mes mots. Dans le cul rance (oui je suis en forme), on a plutôt affaire à une sorte de Speed Thrash assez « soft ». Un soupçon d’agressivité (et encore), point question ici de brutalité et autres bastonnades d’énervés ; HEATHEN a pris le parti du « mélodique » : riffs Metalliquesques (mémorisables mais pas mémorables) assortis de tout un tas de soli harmonieux, chant clair, tempo rapide et une envie de tout faire exploser… avec douceur.

Plus « philosophiquement », HEATHEN fait dans le Thrash « Metal sana, in riff sano » : point de Satan, de tortures, d’enfer peuplé de démons ni d’envie de décapiter son voisin avec une fourchette. Il est ici question de choses raisonnablement attristantes comme le bourrage de crâne collectif, les méfaits de la religion ou encore des abus sexuels au sens large. Un positionnement et des thématiques qui rappellent quelque peu DARK ANGEL, mais surtout SACRED REICH et ses textes dénonciateurs. Sauf qu’HEATHEN n’a ni la haine, ni cette même colère imprécatrice. On est dans le registre du constat, du désabusement un rien outré. Et donc très loin des clichés du Thrash et de sa horde de brailleurs enragés.

Mais c’est surtout le coté mélodique qui retient notre attention. Si l’exécution des riffs sent le EXODUS à plein nez, l’ensemble sonne foutrement « Old School » assorti de riffs catchy et toutes sortes de solos mélodieux. La vélocité générale des titres rappelle méchamment les ancêtres du Spimélo. A ce titre, l’album a de quoi réconcilier les fans des vieux GAMMA RAY / HELLOWEEN (j’ai souvent pensé au « Walls of Jericho » pour être honnête) avec le Thrash. Si tant est que chacun des deux camps mette un peu d’eau dans sa bière.

Evidemment, les mecs d’HEATHEN tiennent davantage des habiles tâcherons que des artistes talentueux. Sorti du jeu de grattes fulminant, le groupe s’avère assez moyen (ne serait ce qu’au niveau du chant et de la batterie). Il n’empêche que le parti-pris du « tout mélodique », le bon niveau général des compos et la poussière accumulée sur l’œuvre font de ce « Breaking » un petit album de Thrash sympa et hautement jouissif. Tout à fait le genre de galette qui mériterait un petit coup de projecteur dans ce monde de brutes.

Malgré un succès honorable[1] et un très bon deuxième album (à la lisière du Techno-Thrash), HEATHEN ne percera pas. La faute à pas de chance. C’est d’autant plus dommage que le groupe avait de quoi séduire tous les vieux thrasheurs au cœur tendre et les amateurs de Metal qui speedent avec pleins de mélodies.

Finalement, ça faisait une bonne grosse cible. Dommage que le groupe n’ait pas su mieux viser.


Note : 3,5/5 (j’arrondis à 4 dans ma grande mansuétude)


Morceau préféré : Open the Grave
Beurk : Set me Free (Cover inutile, ça casse l’album à mon sens)



__________________________

[1] Il se vendra tout de même dans les 100 000 copies de ce « Breaking the Silence ».

A lire aussi en THRASH METAL par CANARD WC :


GODSLAVE
Into The Black (2011)
MEGADETH SODOM-isé par KREATOR

(+ 1 kro-express)



ANTHRAX
Volume 8 : The Threat Is Real (1998)
Thrash en sursis : une mission pour anthrax !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Lee Altus (guitar)
- David Godfrey (vocals)
- Mike 'yaz' Jastremski (bass)
- Doug Piercy (guitar)
- Carl Sacco (drums)


1. Death By Hanging
2. Goblin’s Blade
3. Open The Grave
4. Pray For Death
5. Set Me Free (sweet Cover)
6. Breaking The Silence
7. Worlds End
8. Save The Skull
9. Heathen (bonus Track)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod