Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL ATMOSPHéRIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (164)

The 3RD AND THE MORTAL - Tears Laid In Earth (1994)
Par KARL VON KARL le 20 Juillet 2008          Consultée 2420 fois

Si vous le désirez, nous allons ensemble remonter le temps jusqu'aux rivages frémissants de l'aube des années quatre-vingt-dix . Remémorons-nous avec plaisir les fabuleux débuts d'un des plus beaux fleurons Doom né dans cette période emblématique.
A cette époque, THEATRE OF TRAGEDY composait les demos de son premier album et THE GATHERING qui s'extirpait difficilement d'un Doom metal poussif, n'avait pas encore rencontré le talent de Annecke Van Giersbergen.
Même si cette dernière restera sans aucun doute l'une des voix les plus mémorables du Metal atmosphérique, il serait regrettable d'ignorer THE 3RD AND THE MORTAL et sa fascinante chanteuse.
Je veux parler évidemment de la sublime Kari Rueslaten qui se forgea rapidement une solide réputation grâce à son charisme exceptionnel dans ce "Tears Laid in Earth" qui nous intéresse aujourd'hui.

Ce LP a été précédé de quelques mois par le EP "Sorrow" dont l'intérêt reste toutefois moindre.
Précisons que notre chanteuse participa également à l'album Folk Metal "Nordavind" (1995) de STORM, avant d'entamer une carrière solo loin du giron Metal dans un style proche de TORI AMOS.

La voix de Kari, d'une profonde pureté, d'une sensibilité et d'un charme hors du commun, se révèle comme une invitation à un voyage dans des contrées oniriques habituellement inaccessibles à l'esprit humain.

Ce périple astral sculpte un Doom Metal atmosphérique évanescent, dont les méandres étonnants sont autant de gemmes étincelantes, parsemées dans les lits des torrents indomptés et dans les antiques frondaisons des forêts nordiques.
Ces mêmes arbres fantomatiques, nous les retrouvons sur la mystérieuse pochette de couverture.
HEL, déesse des nuées fais ton office, que s'allongent les nuits, naissent les songes et que tombent leurs limbes glacées sur le sommeil des hommes.

Dotée d'un son clair et organique, la production met agréablement tous les instruments en valeur. La batterie et la basse forment un duo étonnamment vivace. Alliées au festival des guitares et de la voix, elles injectent une dynamique vivifiante à l'ensemble des compositions.

Certains textes sont en norvégien et les thèmes abordés, outre les classiques du Doom comme les amours perdus ou la futilité de l'existence, empruntent des voies sinueuses et poétiques en rendant hommage à l'éternelle majesté de la nature scandinave.

L'oeuvre débute par "Vandring", un chant a-cappella précieux qui sert d'introduction mélancolique et irréelle. Celui qui découvre pour la première fois le timbre délicieux de Kari est subjugué par la pertinence de son propos. Nos sens s'éveillent à l'écoute de ce titre et cette hypnose contemplative dans laquelle nous plongeons délicatement ne nous quittera plus tout le long de l'album.
"Why so lonely" impressionne d'entrée, grâce à ses mélodies élégantes, ses guitares chantonnantes et son interprétation à fleur de peau.
"Autopoéma", sombre et fascinant, explose à sa fin dans une gerbe de soli acidulés.
"Death-Hymn" se révèle plus lourd, car juste après un départ tout en puissance avec d'énormes riffs, on retrouve ces mélodies si touchantes, avec ce subtil travail sur des guitares aériennes qui demeure la marque de fabrique somptueuse de THE 3RD AND THE MORTAL première période.
"Shaman" est un morceau aux consonances ethniques du meilleur effet. Ici pas de paroles, mais une mélodie fantastique accompagnée par des harmonies vocales intenses, un des sommets du disque.
"Trial of Past", un instrumental très inspiré avec de superbes moments, tandis que "lengsel" rappelle le titre d'ouverture intimiste, uniquement la basse accompagnant la mélopée.
L'éclatant "Salva Me" alterne parties orageuses et instants de quiétude.
"Song" laisse apparaître pour la seule fois des nappes de claviers tristes lors de son introduction. Ce titre tout en retenue est encore sublimé par ce chant proprement extraordinaire de finesse, agrémenté en sus d'un solo saturnien de fort belle facture.
"In Mist Shrouded" nous transporte à nouveau avec le feeling des premiers titres, avant de percevoir doucement le bruit des vagues et que "Oceana", longue pièce de dix-huit minutes, nous fasse perdre la notion du temps, de l'espace, dans un enchevêtrement nébuleux, bercé et illuminé tel ULYSSE attaché au mât de son navire, entendant l'appel interdit des sirènes qui le supplient de les rejoindre au tréfonds des ténèbres mouvantes.
L'œuvre nécessitera plusieurs écoutes attentives pour s'imprégner véritablement de ses atmosphères inestimables. Car les fresques gravées sur les parois translucides de cette caverne de cristal, demeurent une autre référence du Doom privilégiant les émotions palpables et une qualité d'interprétation immortelle.

A lire aussi en DOOM METAL par KARL VON KARL :


SADNESS
Ames De Marbre (1993)
Doom Dark méconnu et magnifique.




CELESTIAL SEASON
Solar Lovers (1995)
Un chef-d'oeuvre doom death des années 90


Marquez et partagez




 
   KARL VON KARL

 
  N/A



- Finn Olav (guitare)
- Rune (batterie)
- Trond (guitare)
- Bernt (basse)
- Geir (guitare)
- Kari (chant)


1. Vandring
2. Why So Lonely
3. Autopoéma
4. Death-hymn
5. Shaman
6. Trial Of Past
7. Lengsel
8. Salva Me
9. Song
10. In Mist Shrouded
11. Oceana



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod