Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Myspace Officiel Nefarium (259)
 Site Officiel Nefarium (213)

NEFARIUM - Haeretichristus (2008)
Par LESOMBRE le 10 Juin 2008          Consultée 2534 fois

Avec ce Haeretichristus de Nefarium, je crois que l’on tient LA bonne surprise de ce printemps 2008 en matière de black metal. Et pas n’importe quel black de surcroît. Nefarium propose un black metal complexe, aux articulations instrumentales alambiquées, une musicalité agressive et d'autres prouesses que je ne dévoile pas tout de suite pour ne pas gâcher le plaisir. Bref, un album à des années lumières de ce black primaire qui tient encore souvent le haut du pavé et qui dissimule sous un soi-disant aspect « hypnotique », « rituel » ou « simplicité qui va droit au but », une dramatique absence de talent et tout simplement la volonté des labels de taper au portefeuille les nostalgiques de Darkthrone ou de Burzum.

Rien de tel donc avec les Italiens de Nefarium. Oui j’ai bien dit Italien, ce qui n’est pas si fréquent en matière de metal extrême vous en conviendrez et qui déplace pour une fois l’«axe du mal» vers le sud. Rapide présentation de ce groupe encore jeune. Nefarium se forme dans la région d’Aoste en 1997 et sort deux ans plus tard une première demo, sobrement intitulée Demo 999 (ça fait 666 à l’envers, impressionnant non ?) puis une autre, Avernus, en 2000. Leur premier CD, Praesidium voit le jour en 2005. Haeretichristus prend la relève trois ans plus tard.

Qu’est-ce ça donne musicalement ? C’est intense, tranchant, violent, possédé. Cela on connaît bien, c’est le fond du black métal. Maintenant là où Nefarium vaut vraiment le détour c’est par la tension permanente qu’il entretient et qui tient à de fins changements de rythmes et des glissements mélodiques subtilement agencés. Nefarium laisse trainer de petites conclusions de riffs bien senties (quelques notes acérées prises sur les aigus qui transfigurent complètement les parties assurées par les deux guitares) qui façonnent leur style. C’est très bon et surtout leur musique en devient vicieuse et maléfique : Haeretichristus ou la séduction du Mal. De ce point de vue, il faut distinguer « Sin Of Apostle » ou « Thirty Coins Of Judas ». Pour des raisons différentes, le morceau qui retient particulièrement l’attention lors d’une première écoute, est « The Damned Descent » : j’ai rarement entendu quelque chose d’aussi élaboré, les riffs sont articulés de telle manière que l’on a vraiment l’impression d’une « descente », Nefarium parvenant parfaitement à maîtriser le ressenti de son œuvre.

On sent plus généralement qu’il y a un véritable effort derrière cette seconde production des Italiens : les membres du groupe ne se sont pas réunis un jour en studio pour écrire trois riffs en avalant des bières et sortir ensuite ça sous le nom de « bestial raw black metal » (bon allez j’arrête avec ça). Les influences (Marduk pour les passages brutaux, The Legion pour les lignes de guitares captivantes et sèches, ou Seth pour la tonalité générale de l’œuvre) sont bien digérées et au service d’une musique originale qui plane nettement au-dessus des sorties du moment.

4,5/5

A lire aussi en BLACK METAL par LESOMBRE :


ABIGOR
Satanized (2001)
Laissez-vous satanizer.




SOLEFALD
The Linear Scaffold (1997)
Un concentré d'innovation et de talent

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   LESOMBRE

 
   ONCLEGUUD

 
   (2 chroniques)



- Carnifex (chant, guitare)
- Adventor (guitare)
- Infamis (batterie)


1. Lucifer's Betrayal
2. The Damned Descent
3. 136 Bastard Priests Murdered
4. Merchants Of Hope
5. Doctrina Haereticorum
6. Thirty Coins Of Judas
7. An Old Black Cage
8. Sin Of Apostle
9. Episcopal Whip



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod