Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH/SPEED METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


HOLY TERROR - Mind Wars (1988)
Par KARL VON KARL le 2 Juin 2008          Consultée 2968 fois

Les arcanes métalliques nous réservent parfois de succulentes archives et de savoureux souvenirs. Pour preuve, ce deuxième LP de HOLY TERROR qui fait suite au déjà remarqué "Terror and Submission" (1987). Evidemment en 1988, les ténors du Thrash ont déjà sorti des albums importants et nombre de groupes plus obscurs sont régulièrement apparus dans les bacs des disquaires. Dans le lot, un paquet de LPs médiocres ou juste moyens, d'autres œuvres plutôt intéressantes et quelques perles noires.
En effet, le combo de Los Angeles qui compte dans ses rangs le très bon guitariste et principal compositeur Kurt KILFELT (ex: AGENT STEEL), fait partie à n'en pas douter des meilleures formations du genre nées au milieu des années 80.

Le gang pratique un Thrash véloce teinté de Speed Metal, essentiellement axé sur la recherche de mélodies tueuses et dont l'écriture se démarque de celle de ses congénères de l'époque.
Kurt oblige, le disque se rapprocherait peut-être du premier AGENT STEEL pour la couleur des riffs. Mais ces derniers sonneraient d'une manière plus extrêmes et sans conteste s'élèveraient à un niveau beaucoup plus élevé.
Je l'affirme sans détour, pour ma part ce "Mind Wars" se hisse au rang de chef-d'œuvre et en toute simplicité les morceaux choisis sur cette torpille sont tous magistraux.
Quelle claque ! Quelle intensité ! Quelle jouissance mes aïeux !

Il flotte sur cette galette un enivrant parfum underground, conservé malgré les années dans un écrin scintillant et cette sensation inaltérable de tenir entre ses mains un bijou méconnu, une relique subversive de très haute volée. Rares sont les albums de Thrash qui peuvent s'enorgueillir d'une telle étiquette.
Le mystère reste entier. Le groupe au talent explosif n'a jamais connu le succès qu'il méritait malgré le soutien des fans.
L'oeuvre est trop mélodique pour les accrocs à SLAYER, pas assez brutale pour les amateurs de KREATOR ou PROTECTOR, trop ancrée dans le Speed Metal pour contenter les fanatiques de DEATH ANGEL, FORBIDDEN et consorts. Mal distribué, HOLY TERROR à tout de même réussi à se forger un nom dans la deuxième division en dépit d'une carrière relativement courte.

Keith DEEN le chanteur hurleur se révèle comme un croisement savant entre Tom ARAYA et Russ ANDERSON (FORBIDDEN). Autant dire que puissance et maîtrise sont au rendez-vous. Le gars s'y connaît pour faire parler la poudre mais il met également son organe au service des mélodies aux moments opportuns. Son chant impose le respect, le grain de sa voix est particulièrement délectable, mélange de rage contenue et d'une saveur rebelle remarquable.

Le son s'incarne dans une vision souveraine et organique, rugueuse et claire à la fois, parfaite pour le style développé. Les textes ne sont pas reproduits dans le livret, mais on navigue apparemment dans la critique acerbe de la société américaine (politique, justice), avec en point d'orgue la religion chrétienne qui est soigneusement passée à la moulinette comme le ferait le plus ignoble des PONCE PILATE.

Une chape de métal en fusion s'abat sur nous. Dès les premières mesures on devine que cet album va nous captiver jusqu'au bout. Car voici le lourd et imparable "Judas Reward", un fantastique missile d'ouverture aux riffs saisissants.
La mise en bouche fulgurante terminée, pas le temps de prendre l'apéro, "Debt of Pain" déboule aussitôt, RE-claque. Ce morceau avait été composé à l'origine pour AGENT STEEL et figure également sur l'album "Skeptics Apocalypse"( 1985) sous le titre "Back to Reign". Il va sans dire que la version présente ici est largement supérieure.
Un mid-tempo, une cavalcade irrésistible accompagnée d'une mélodie belliqueuse, "Immoral wasteland" casse la baraque.
Les trois titres qui suivent sont enchaînés et forment un triptyque ultra efficace. "A Fools Gold", une intro subtile et de superbes breaks, "Terminal Humor", un instrumental violent, ambiancé et urbain, enfin "Mind Wars", speed tortueux aux mélodies serties de pierreries.

A ce moment, nous sommes à l'exacte moitié de l'ancien LP vinyle. Oui, je vous parle comme un vieux con, mais il faut savoir ce que ça représente, avoir seize ans, tourner le disque sur la platine après une pareille correction, surexcité, le cœur battant à tout rompre, la sueur perlant au front, les mains tremblantes parce qu'on vient de sauter dans tous les coins comme un détraqué à l'écoute du skeud.
Vite ! Qu'on m'amène à nouveau mes bracelets de force, ma veste en jean patchée, mes baskets craignos et une p*tain de bière bien fraîche.

Donc deuxième leçon. "Damned By Judges", un carillon sonne, le brouhaha avant l'audience d'un tribunal, le juge appel au silence, entame la lecture des charges contre le prévenu (meurtre) et BAM !! Dans ta tronche ! La tuerie sera Speed ou ne sera pas.
La richesse des compositions et la majesté des riffs submergent l'auditeur médusé.
Encore des guitares acérées et des soli surprenants, une intro slayerienne, "Do unto Others" met tout le monde d'accord, remet les pendules à l'heure, débouche les chiottes et les conduits auditifs. Mais c'est sans compter sur le hurlement final de Keith absolument divin.
La chanson qui suit est le" hit" de l'album, en effet "No Resurrection" était présent sur quelques compilations du temps jadis. Sa réputation n'est pas usurpée, bien au contraire, grâce à un refrain fédérateur, une puissance de feu destructrice et des mélodies sensationnelles. Ultime.
Mais la dernière bombe à neutron nous attend. Je veux parler de l'orgasmique "Christian Resistance", sévèrement burné, qui bastonne dans les couplets et s'envole lors d'un refrain proprement génial.
Les guitares massives tournoient dans les enceintes, les sons virevoltent et s'immiscent dans votre esprit pour ne plus en sortir.
Voici une épopée qui devrait satisfaire les plus exigeants.

HOLY TERROR, une bête sauvage talentueuse, dont l'œuvre a été éclipsée par d'autres entités pourtant moins valeureuses dans la jungle héroïque du Thrash des années quatre- vingt.
Il ne tient qu'à vous de faire revivre sa musique.
Le connaisseur va acquiescer et sourire, le nostalgique couinera profondément, mais il serait dommage que le néophyte fasse l'impasse sur ce "Mind Wars" dont l'aura demeure immaculée.

Note : 4,5/5.

A lire aussi en THRASH METAL par KARL VON KARL :


SABBAT
Blood For The Blood God (1987)
Les débuts de SABBAT : attention à la baffe !!




APOCALYPSE
Apocalypse (1988)
Perle Thrash 80 méconnue


Marquez et partagez




 
   KARL VON KARL

 
  N/A



- Joe Mitchell (drums)
- Kurt Kilfelt (guitar)
- Keith Deen (lead vocals)
- Mike Alvord (guitar and vocals)
- Floyd Flanary (bass)


1. Judas Reward
2. Debt Of Pain
3. The Immoral Wasteland
4. A Fool's Gold
5. Terminal Humor
6. Mind Wars
7. Damned By Judges
8. Do Unto Others
9. No Resurrection
10. Christian Resistance



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod