Recherche avancée       Liste groupes



      
BM BESTIAL ET RITUALISTE  |  STUDIO

Commentaires (10)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Sort Vokter

ILDJARN - Strength And Anger (1996)
Par ONCLEGUUD le 27 Mai 2008          Consultée 2335 fois

La bestialité, la simplicité, le VON-isme (référence au groupe étasunien) d'Ildjarn, enfant maléfique né des neurones et doigts de Miko Aspa de CLANDESTINE BLAZE, boss de Northern Heritage records, a longtemps et fait encore et fera encore polémiquer tout amateur de Black Metal – et d'extrême. Car comment expliquer l'intérêt que l'on peut porter à un tel groupe – dont je lui préfère nettement les œuvres d'Ambient très Burzumien, surtout – quand l'on assiste à une sorte de gimmick musical simpliste répété à l'envie, tel un rituel tout cela plongé dans la mélasse d'une production très « raw », très brouillonne ? Qui appréciera cette batterie-marteau, linéaire, VON-nienne ? Qui sera séduit par ces accords de guitares minimalistes, soutenue par une basse ronflante ou encore cette voix quasi inexistante ? Qui sera aguiché par si peu ?

Ildjarn défend une certaine idée du Black Metal : le bestial, le crade, le simple. Le PRIMAIRE. Ce Black Metal qui vient des tripes, avant tout et surtout avant que la réflexion, avant que l'esprit corrupteur ne vienne entraver de questions la création brute et pure. Je ne porte pas de jugement : je constate. Peut-être n'est-ce pas un mal que des musiciens - de Black Metal a fortiori – produisent sans trop de réflexion, mais néanmoins avec un but : faire ressortir toute la haine, toute la laideur intérieure qu'ils renferment. Leur être torturé l'est autant de par l'image qu'ils ont des autres que d'eux-mêmes... Une des raisons d'être du metal extrême tient dans le rejet des autres. La haine qu'on leur porte renvoie à celle que l'on se porte. Je ne vais pas faire plus que cela de la psychologie de comptoir, mal vue dans cette scène si élitiste, mais je vois en Ildjarn, cette forme-là d'élitisme : faire naître à la lumière la BÊTE que l'on tente par tous les moyens d'étouffer dans nos Abysses... Mais je vous rassure : Ildjarn est Malin et sait faire preuve d'intelligence, que dis-je : de conceptualisation. Car dans la forme, l'œuvre se compose d'abord de dix-sept titres de Black Metal cru, linéaire et rituel. Bien entendu, la clé n'est pas là, il faut la chercher derrière. Ces titres ne sont pas nommés, seulement numérotés, un peu à la manière d'un ensemble d'œuvres conceptuelles (renseignez-vous sur le mouvement des artistes Conceptuels). Puis « Strenght and Anger » se poursuit par trois dernières pistes se composant elles, de deux plages de musique « Ambiente », qui comme je l'ai esquissé plus haut, est l'autre facette d'Ildjarn : la 18 et la 20 - entrecoupées par une dernière plage purement Black Metal. Contre toute attente, ce « Strenght and Anger » a toutes les caractéristiques d'une expérience mystique conceptualisée et retranscrite du fond de l'être de son géniteur... Un peu trop facile ? Et pourquoi faire plus complexe ? Pour paraître plus intelligent que son voisin ? Gamineries !

En 1996 sortait donc chez Norse League Productions, cet opus au titre ronflant et conquérant, « Strenght and Anger », une galette qui fit et fait encore date dans l'Histoire du mouvement, et qui a inspiré un bon nombre de formations dont peu eurent le succès de leur aîné. Ne cherchez pas le bienfait sonore esthétique dans cette peinture suffocante : il n'existe pas, en apparence. Il n'apparait que lorsque l'on se plonge dans l'opus, lorsqu'on se laisse happer par ces riffs hypnotiques et ce son de garage... Il faut désirer entrer dans l'œuvre : encore un point en faveur de son aspect élitiste. Les trop vitre rebutés ne font qu'effleurer le bijou d'art noir... On en rigolera d'ailleurs : comment peut-on apprécier cette simplicité apparente ? Je dirais : un peu moins d'élitisme de votre part, un peu plus d'ouverture d'esprit et de critique et de questionnement... Il n'y a pas de recherche à faire quant à la forme, mais quant au fond de cette œuvre forte.

« Strenght and Anger » est une véritable expérience mystique que dénigreront les âmes insensibles ou qui n'auront pas vécu. Les fans de Black Metal complexes, du moins élaborés, avec une production digne de ce nom jetteront ainsi aux sept Enfers cette œuvre impie parmi les impies. Les amoureux des Enfers privés, bestials, du Black Metal inhumain et rituel apprécieront la haute valeur maléfique de l'œuvre.

A lire aussi en BLACK METAL par ONCLEGUUD :


JUDAS ISCARIOT
Of Great Eternity (1997)
Pur jus d'art noir du défunt etasunien. magistral.




WARLOGHE
Womb Of Pestilence (2002)
Inhumain


Marquez et partagez




 
   ONCLEGUUD

 
  N/A



- Ildjarn (tout)


1. Strength And Anger (1 à 17)
2. Black Anger – Hate Meditation I (18_titre D'ambien
3. Interchange (19_black Metal)
4. Midnight Strenght, Black Anger – Hate Meditation I



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod