Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ELAN - Impulso Vital (2007)
Par BAST le 28 Janvier 2008          Consultée 2114 fois
RHAPSODY et HELLOWEEN en une fusion incontestable, avec cet excipient hispanique intéressant que l’on retrouvera dans le chant gorgé de soleil et les lignes qu’il accompagne, saupoudrées de cette épice si particulière décelée chez MAGO DE OZ ou TIERRA SANTA. A côté de ça, le classique est de mise. Rythmique enlevée, soli à la Luca Turilli, orchestrations très appuyées, on saisit rapidement la filiation énoncée précédemment. Et après ? Franchement, s’il se dégage de cet opus une candeur indéniable, si les sons de clavecin ou de cordes ont un côté cheap prononcé, force est de constater que les espagnols d’ELAN maitrisent plutôt bien leur sujet.

Les titres épiques constituent l’épais fil rouge de cet album dont le but premier, celui de vous confronter à d’autres paysages, est atteint ; les orchestrations nombreuses, aussi peu complexes qu’étonnement réussies, les ambiances heroic-fantasy, le chant appuyé de Mario Camps, autant d’éléments qui œuvrent dans le même sens, faire d’« Impulso Vital » une entrée en matière convaincante. A destination d’une poignée d’amateurs, toutefois. Ceux que l’underground n’effraie pas. Ceux qui ne décampent pas à la vue d’une formation somme toute peu personnelle. Ceux surtout épargnés par l’indigestion, après un abreuvement des années durant à la même source, sels minéraux speed mélodique et oligo-éléments heavy symphonique, avec pour seules variations des dosages ajustés au profit des uns ou des autres.

Le fédérateur « Hacia la Eternidad », le symphonique « Mi Silencio », l’épique « Locura o Lealtad », la ballade correctement muselée « La Tragedia de Arousa » ou encore le libéré « Verdad Oculta », ELAN démontre un savoir-faire incontestable lorsqu’il s’agit de mettre au jour des compos joliment ficelées qui évoquent tour à tour des ambiances fantasy ou des instants de mélancolie vaporeuse. Bref, les brulots heavy/speed parfaitement calibrés pour satisfaire l’amateur sont bien là avec, outre ces orchestrations franchement adroites sur lesquelles je ne peux m’empêcher de revenir tant elles constituent la grande force d’ELAN (« Luz en tu Mirada »), quelques soli néo-classiques bien exécutés (« Locura o Lealtad »).

Un premier album qui n’est évidemment pas exempt de défauts. Entre des titres appliqués où l’on sent une recette respectée sans guère d’initiatives et quelques maladresses (les narrations de « Paraíso Perdido », par exemple ou le refrain timoré d’« Hacia la Eternidad »), ELAN a matière à progresser. Derrière cet opus décomplexé et attachant, il me semble percevoir quelques promesses. Que ces orchestrations souvent géniales, ce chant gorgé de charisme ou cette guitare adroite se trouvent un ou deux compagnons de route comme une légère prise de risque ou des compos encore mieux agencées, ELAN disposerait alors de tous les atouts pour faire véritablement parler de lui.




Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Mario Camps (chant)
- Reyes Sáiz (batterie)
- Sergio Martínez (clavier)
- Adrián Mendoza (guitare)
- David De Haro Vázquez (basse)


1. Hacia La Eternidad
2. Mi Silencio
3. Locura O Lealtad
4. Extraña Realidad
5. La Tragedia De Arousa
6. Cara A Cara
7. Sin Honor
8. Verdad Oculta
9. Paraíso Perdido
10. Luz En Tu Mirada



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod