Recherche avancée       Liste groupes



      
DARK BRUTAL DEATH  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


MYRKSKOG - Superior Massacre (2002)
Par LESOMBRE le 14 Février 2008          Consultée 1969 fois

Autant l’avouer tout de suite, je ne suis pas vraiment un fan de death metal : si la violence et la rapidité d’exécution me séduisent, je me lasse toutefois rapidement. Le manque de variété des morceaux fait que je décroche le plus souvent au troisième ou quatrième titre. Bref, je ne me suis pas enthousiasmé outre mesure quand on m’a parlé d’un groupe norvégien de brutal death dont le deuxième album (après Deathmachine en 2000) était supposé être une tuerie. J’entrevoyais l’habituelle bouillie répétitive de riffs sur fond de batterie épileptique et cherchais une excuse pour échapper à une séance de torture prévisible. Mais j’ai dû réviser mon jugement.

Dès l’intro, l’auditeur est plongé en plein blizzard. On n’en sortira pas. L’album est un bloc de permafrost, tombé des froides contrées norvégiennes. Certes Myrkskog joue du death. La brutalité est la note dominante de Superior Massacre, qu’elle soit instrumentale ou vocale. Le chant, profond, résonne comme une menace tout au long des titres, les paroles empruntent au registre gore habituel, la batterie ne laisse pas un instant de répit à nos oreilles, les riffs sont très agressifs ou posés selon les passages. Ils sont toutefois inhabituellement acérés pour du death, parfois proches de ce qui se fait en black metal, les soli allant dans le même sens. Les compositions s’en trouvent aérées sans qu’il s’agisse pour autant d’accorder un répit. Loin s’en faut. Lorsque la brutalité marque un temps d’arrêt, c’est pour attirer l’auditeur dans des ténèbres encore plus opaques et glacées : « Indisposable Deaths » est une illustration de la manière dont le groupe parvient à naviguer entre différents univers.

Superior Massacre n’est, dès lors, plus seulement du brutal death. Je crois qu’un autre qualificatif s’impose, qui alourdit certes les catégorisations musicales mais qui a véritablement son sens pour Myrkskog. Le groupe joue du dark brutal death metal (oui, je sais, c’est long). Les Norvégiens parviennent par à-coups à assombrir terriblement leurs compositions rendant l’atmosphère pesante et particulièrement prenante pour les accrocs aux ambiances malsaines que nous sommes. Cette capacité permet au combo de disposer de sérieux atouts pour se distinguer dans un secteur death de plus en plus encombré (bien que le groupe n’ait rien produit depuis 2002, un de ses membres ayant rejoint Zyklon). S’il fallait jouer le jeu des comparaisons, Myrkskog pourrait se rapprocher, par certains côtés seulement, des Autrichiens de Belphegor, pour leur côté très dark.

En conclusion, cet album est à conseiller à ceux qui ont du mal avec le death metal « de base » et qui attendent un peu autre chose du genre qu’un énième album de Cannibal Corpse (groupe sympathique mais dont le renouvellement n’est pas la qualité première).

A lire aussi en DEATH METAL :


GENITAL GRINDER
Genital Grinder (2003)
Une référence extrême française




DEICIDE
Legion (1992)
2ème épisode : la brutalité avant tout !

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   LESOMBRE

 
  N/A



- Destructor (chants, guitares)
- Sechtdaemon (chant, batterie)
- Gortheon (basse)


1. Intro
2. Domain Of The Superior
3. Detain The Skin
4. Trapped In Torment
5. Indisposable Deaths
6. Over The Gore
7. Blood Ejaculation
8. Utter Human Murder
9. Bleeding Wrists
10. Outro



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod