Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


HEGEMON - Chaos Supreme (2000)
Par T-RAY le 3 Janvier 2008          Consultée 2852 fois

Le black-metal français a le mérite d'avoir vu naître de nombreuses formations uniques et créatives. La scène hexagonale peut en cela se targuer d'avoir l'un des plateaux les plus qualitatifs du monde en la matière. Et même lorsque l'on se replonge dans les productions moins récentes, on retrouve des œuvres originales qui méritent d'être redécouvertes. C'est le cas de ce « Chaos Supreme », premier album des Montpelliérains de HEGEMON. Quelque peu retombé dans l'anonymat, bien que toujours actif et dans l'attente de publier un troisième opus, le groupe était entré de plain pied dans le troisième millénaire avec ce superbe disque.

Enigmatique. C'est le mot qui convient pour qualifier ce groupe et cet album. Un visuel sombre et envoûtant, des paroles à peine dévoilées, des musiciens mystérieux. Comme on ne peut comprendre le black que par immersion, jetons-nous dans l'univers de ce « Chaos Supreme » et voyons ce qu'il nous réserve. "Enter My Void (Tower Of Witchery)" débute avec une batterie étrangement rock... avant qu'un break ne nous retire nos doutes. Les guitares sont râpeuses, elles déferlent frénétiquement. Pas de doute, nous sommes bien en terre black. Une étrange voix parlée s'élève, déclame quelques mots puis les guitares repartent de plus belle dans une accélération du plus pur style black. Des passages plus calmes s'insinuent entre les parties rythmiquement enlevées. Un air de true black-metal parcourt ce premier titre. Mais ce n'est qu'une apparence.

La suite nous confirme vite que le voyage auquel nous convie HEGEMON ne se réduit pas à une énième escapade "true black". Loin de là. A peine le second titre lancé, on saisit quelques clefs de la musique des Héraultais. Ne serait-ce pas une basse qui joue cette mélodie ? Ah si. Particulièrement mise en avant, la basse de Azareth est ici loin du rôle rythmique qu'on lui assigne régulièrement. Elle pèse dans la construction des titres, parfois plus que les guitares. Porteuse de superbes mélodies, elle apporte une dimension supplémentaire à la musique du groupe. Elle enrichit "A New Hatred" au travers de plusieurs breaks et nous conduit vers des passages plus planants, plus introspectifs. Des paysages sombres se dessinent peu à peu dans notre esprit. Et l'on décèle via ce morceau les influences discrètes de DISSECTION et d'EMPEROR (dans la construction des morceaux), que l'on retrouve sur la majeure partie du disque, assimilées à merveille.

Un titre comme "A Wandering Beyond" rend grâce aux influences du groupe de Jon Nödtveidt, par son côté épique surtout, HEGEMON occultant la dimension death du combo suédois. La basse, une nouvelle fois, cavale et imprime la mélodie sous des guitares tranchantes. Puis "Chaos Supreme" nous apporte un éclairage, rare dans cet océan d'obscurité, sur la pensée du groupe. Nihilisme et liberté sont érigés en maîtres-mots, éloignant et méprisant les querelles entre religion et satanisme, revendiquant un esprit volontiers iconoclaste.

Le quintette préfère exprimer sa verve sur des thèmes sombres et fantastiques, grâce auxquels il peut mettre en avant la veine épique qui est la sienne, en témoignent "Underneath The Fortress" et "The Flight Of The Dragon Knights". Un côté heavy prononcé se dégage d'ailleurs de ce dernièr, sur lequel les mélodies de guitare et de basse se succèdent les unes aux autres. Une autre guitare, sèche celle-ci, prend ici une place plus importante, comme pour annoncer "Interlude", le morceau suivant. Respiration musicale semblable à celles que l'on peut trouver sur « The Somberlain », le chef d'œuvre de DISSECTION, ce titre prépare le terrain à "The Nihilist".

Dernier assaut de l'album, manifestation de l'identité du groupe, "The Nihilist" vient briser soudainement la belle harmonie de son prédécesseur. Morceau le plus intransigeant de « Chaos Supreme », il achève le disque sur un crescendo de violence parsemé de bruits d'épées qui s'entrechoquent. Sans doute celles des soldats qui illustrent le livret, tombés sur les sombres créatures tapies dans l'obscurité de la musique du groupe. On voudrait en entendre plus, être encore surpris par ses directions changeantes, soumise aux vents violents qui balayent les paysages dessinés par HEGEMON. On en restera là, déjà heureux d'avoir pu parcourir les contrées du style finalement personnel des Montpelliérains, et dans l'espoir de leur retour prochain.

A lire aussi en BLACK METAL par T-RAY :


AETERNUS
...and So The Night Became (1998)
Profondément épique




IMPALED NAZARENE
Death Comes In 26 Carefully Selected Pieces (2005)
Impaled nazarene comme un poison dans l'eau


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- N (vocaux)
- Azareth (basse)
- Dark Prophet (guitares)
- J.b (guitares)
- Kriss (batterie)


1. Enter My Void (tower Of Witchery)
2. A New Hatred
3. A Wandering Beyond
4. Chaos Supreme
5. The Ring Of Wisdom
6. Underneath The Fortress
7. The Flight Of The Dragon Knights
8. Interlude
9. The Nihilist



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod