Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL éLECTRO  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 0)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2003 Vilosophe

MANES - Vilosophe (2003)
Par JOELSWORN le 14 Décembre 2007          Consultée 3412 fois

Manes vous connaissez ? Si je vous dis que ces joyeux lurons nous viennent tout droit de Norvège ? Vous avez dit black métal ? Et bien vous n’avez pas tout à fait tort... Car Manes a effectivement commencé sa carrière en tant qu’éminent activiste de la scène true black norvégienne avec tous les clichés qui vont avec, bien entendu...

Mais avec ce "vilosophe" sorti en 2003, le groupe change radicalement de style. Déjà au vu de la pochette, on pourrait s’en douter : un aspect très « clinique » et moderne s’en dégage.
Et à l’écoute du premier morceau, le constat est le même, Manes nage dans une « dark pop électro » (ben ouais faut bien leur coller une étiquette) très froide et mélancolique, où le passé si corrosif du groupe se retrouve notamment dans le son des guitares.

La musique de Manes est un savant mélange de pop, de trip hop, de jazz, de drum’n’bass, d’électro et de métal porté par des programmations électroniques et des guitares abrasives. Sur le papier, on se dit que tout cela va être un joyeux bordel, mais non il n’en est rien, et c’est là tout le génie de Manes: les morceaux s’enchainent en ayant tous une personnalité propre, mais surtout ils restent tous cohérent entre eux et au sein de l’album. Ils sont tout en ambiances nocturnes, nous rappelant un peu les climats qui nous étaient offerts dans le « Perdition city » d’Ulver dont la carrière se rapproche très fortement de celle de Manes (début black metal pour finalement tomber dans l’électro et les expérimentations).
Certains passages se font même hypnotiques comme sur le final de « White devil black shroud », ou pendant près de 5 minutes, un riff de guitares se répète et où la voix du chanteur se pose sur la rythmique répétitive qui fait progressivement monter la pression pour nous emmener tout en haut... La voix se fait quant à elle très androgyne, elle est aigue et fragile, mais elle apporte un plus indéniable à la musique et le chanteur a un timbre assez personnel, ce qui n’est pas pour gâcher notre plaisir.

On remarquera la huitième piste « confluence », qui n’en est pas vraiment une, vu qu’on a le droit à un discours probablement en norvégien. Piste que l’on s’empressera d’oublier à chaque écoute du disque, mais qui, se trouvant à la fin de l’album, ne gâche en aucun cas l’écoute…

Avec cet album, Manes se crée un univers à lui, bien à part dans la sphère métal (d’ailleurs peut-on encore parler de métal avec une telle musique ?), et se pose en véritable outsider de la scène avant-garde norvégienne au côté de groupe comme Ulver, Arcturus ou Dodheimsgard.

A lire aussi en ELECTRO :


PAIN
Rebirth (1999)
Easy listening, bandant, über-cosmique




CELLDWELLER
Soundtrack For The Voices In My Head Vol. 01 (2008)
Coucou ! Tu veux voir ma... chronique ?


Marquez et partagez




 
   JOELSWORN

 
  N/A



- Asgeir (voix)
- Cern (guitare et électronique)
- Eivind (guitare)
- Torstein (basse)
- Rune (batterie)


1. Nodamnbrakes [one Zero/endpoint]
2. Diving With Your Hands Bound [nearly Flying]
3. White Devil Black Shroud
4. Terminus A Quo/terminus Ad Quem
5. Death Of The Genuine [the Redemption Ritual]
6. Ende
7. The Hardest Of Comedowns
8. Confluence [the Vilosophe Crux]



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod