Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL EXPéRIMENTAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2007 Anonymous

TOMAHAWK - Anonymous (2007)
Par CANARD WC le 9 Septembre 2007          Consultée 4737 fois

Cher journal,

L’écoute du nouvel album de TOMAHAWK me plonge dans des abîmes de perplexité. Toutes sortes de choses se sont produites à chaque fois que mes oreilles se sont posées sur cet étrange album.

Pourtant, je connaissais ce side-project de Patton. J’avais bien aimé les deux premiers albums. Mais là, rien à voir : le groupe est parti de chants amérindiens pour nous pondre une sorte de Metal expérimental assez dingue. Si l’idée semble alléchante sur le papier, le résultat est quant à lui déconcertant. TOMAHAWK essaie d’ensorceler l’auditeur en répétant avec mouls effets les mêmes séquences exotiques. Objectif : l’état de transe. Je n’ai rien contre la musique ethnique, mais le moins que je puisse dire, c’est que je ne m’attendais pas à un tel résultat. D’ailleurs, il est impossible de s’en faire une idée, tant l’extrême originalité de l’oeuvre est à la fois hallucinogène et fascinante.

Anonymous – car tel est son titre – est un album paranormal. Presque initiatique. Chaque écoute a entraîné des évènements invraisemblables autour de moi. Bien que cela me soit difficile, je vais tenter de retranscrir fidèlement mes trois dernières expériences. Mes trois derniers « contacts » avec la galaxie Patton.

1er contact : 11/08/07 (15h30)

Je roule en direction du Sud, le soleil brille, c’est les vacances. De bonne humeur je suis. Ma Blonde s’est endormie contre la vitre, une mèche de ses cheveux flirte avec la brise chaude. Je décrète que c’est le bon moment d’écouter le nouvel album de TOMAHAWK.

A peine les premières notes avaient-elles résonné que des choses étranges se produisirent. Les panneaux de signalisation devinrent subitement incompréhensibles, puis disparurent progressivement. La route elle même se métamorphosa. Au bout de quelques minutes, je roulais dans des paysages désertiques. Accablé par une chaleur subite et insoutenable, je transpirais comme un veau. Mes mains moites, dégoulinantes de sueur, peinaient à tenir le volant. Soudain, au loin je vis un troupeau de bisons traversait la route. Pris de panique, je freine brutalement. Ma Blonde se réveille alors et se met à débiter un flot de paroles incompréhensibles. Ses yeux reflètent une lueur sauvage – presque animale. A peine ai-je arrêté la voiture qu’elle s’enfuit dans la pampa telle une biche apeurée. Je me retrouve comme un con au milieu d’un désert sans fin, parsemé de cactus en forme de soldats. J’erre dans ce désert rocailleux pendant des heures, puis perds connaissance.

Je m’éveille. Mon wakos m’est tombé des oreilles, je suis trempé de sueur. Je déteste cette sensation de se réveiller dans un endroit étranger. Je suis sur une aire d’autoroute, la nuit tombe. Ma Blonde revient de la station service l’air inquiète :

« Ca va mieux ? Tu m’as fait peur ? Il y a 20 minutes encore tu racontais n’importe quoi. Le soleil a dû te taper trop fort sur la tête, tu semblais délirer ».

2ème contact : 20/08/07 (10h)

Putain de reprise du travail. J’ai rien à branler au bureau, pas un chat dans les couloirs. Je rangeouille deux trois trucs à la vitesse d’un escargot en retraite et dans mon apostolat décide de me faire accompagner en musique par le dernier album de TOMAHAWK. Je charge les MP3s sur mon PC et reprend mon activité passionnante.

Au bout de quelques minutes, j’entends un bruit étrange. La terre tremble légèrement, je regarde par la fenêtre et vois des chevaux traverser le centre ville en galopant. Mes collègues torses nus rentrent précipitament dans mon bureau en hurlant comme des sauvages. Certains se sont donnés d’étranges coups de stylos sur le visage. Impossible de communiquer avec eux. Mais qu’est ce qui se passe bordel ? Je les repousse dans le couloir et m’enferme dans mon bureau. Je tente d’appeler les pompiers, un pote, Nicolas Sarkozy ... Le téléphone est en dérangement, un bruit de tam-tam retentit dans le combiné. Je sens alors l’odeur de la fumée et vois un mince filet s’infiltrer par la porte de mon bureau. La fenêtre explose. Un rapide coup d’oeil et je vois mes collègues hurlant dehors, me menacant et brandissant toutes sortes d’objets improbables. Ma gorge me gratte, chaque respiration est un calvaire, je suffoque.

Je refais surface. Je n’aurais jamais cru que la moquette de mon bureau sentait si mauvais. Mickael Zärdu se penche vers moi, l’air grave :

« Va falloir que tu penses à arrêter la picole ou je-ne-sais-quoi. Heureusement que c’est moi qui t’ai cueilli mon pote »

3ème contact : 24/08/07 (19h)

C’est après mon « aventure » au bureau que le lien de cause à effet entre cet album de TOMAHAWK et mes précédentes expériences m’a semblé évident. Anonymous est un album hanté. Je ne vois pas d’autres explications. Au moment où j’écris ces lignes, les premiers titres résonnent dans mon appartement et je fais tous les efforts possibles pour rester concentrer et ne pas laisser mon esprit divaguer. Anonymous est comme un « fluide » qui essaie de vous pénétrer le crâne. Je dois rester concentré. Quand Patton se prend pour un Shaman, difficile de résister à la folie qui transpire de l’oeuvre. C’est une expérience inédite à laquelle je me livre en ce moment même. « Cradle Song » débute, la pression est trop forte, ces éructations étranges, cette mélodie menacante ... biuczebyd argh c’est trop dur j’entends le dard d’un crotale dans mon appartement. Mon salon est infesté de serpents. Ce n’est qu’une hallucination. Je dois tenir. Non, Mike, je ne dormirais pas, je ne fermerais pas les yeux (« Sleep Sleep My Darling »). La pression redescend enfin. Qu’est ce que c’est que ces conneries ? La cérémonie de l’antilope ? Les crotales ont disparu. Je me détends enfin. Noooonn. C’est quoi ce bruit ? Ils reviennent. A l’aide !!! nciozhj cndz j)c, dnezuiçh sos xcgey non !! dbuçh hj$*ùp)eh )*êaédn ià $*)àéejkd$*

Eznkp

Céenioc
Cuehéànjcp e*^ékc »cn
Eneoijpé

A lire aussi en METAL ATMOSPHERIQUE :


FLOWING TEARS
Jade (2000)
Metal expérimental




AKIN
Verse (2001)
Métal atmo lyonnais


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Mike Patton (chant)
- Duane Denison (guitare)
- John Stanier (batterie, percussions)
- Kevin Rutmanis (basse)


1. War Song
2. Mescal Rite I
3. Ghost Dance
4. Red Fox
5. Cradle Song
6. Antelope Ceremony
7. Song Of Victory
8. Omaha Dance
9. Sun Dance
10. Mescal Rite Ii
11. Totem
12. Crow Dance
13. Long, Long Weary Day



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod