Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : The Order Of Israfel , Khemmis
 

 Site Officiel (223)
 Myspace (207)

SAINT VITUS - Mournful Cries (1988)
Par POSSOPO le 12 Septembre 2007          Consultée 4434 fois

On prend les mêmes et on recommence. Un peu plus d'un an après la sortie du magistral "Born Too Late", le guitariste Dave Chandler, le bassiste Mark Adams, le batteur Armando Acosta mais surtout le chanteur Scott Weinrich reprennent du service. SAINT VITUS n'a jamais connu de bouleversements conséquents au sein d'un line up à peu près aussi stable que la musique produite par celui-ci. A une exception majeure près, le poste de frontman. Trois vocalistes ont accompagné la morosité des trois instrumentistes au fil des années. Avant, Scott "Wino" Weinrich, il y avait Scott Reagers, ensuite il y aura Christian Lindersson (avant le retour de monsieur Reagers). Et si, pour tous les orchestres, les changements de chanteur représentent un événement majeur, l'affaire revêt une importante encore supérieure pour un artiste si peu attaché à évoluer musicalement que SAINT VITUS.

Et oui, "Mournful Cries" ressemble à s'y méprendre à "Born Too Late". Et il me paraît bien inconcevable d'apprécier le premier sans vénérer le second. Que ceux qui ont trouvé "Born Too Late" chiant, poussif, les racines trop profondément enterrées dans un doom SABBATHien passent leur chemin, ce disque n'est pas fait pour eux. Tellement peu qu'en toute objectivité, "Mournful Cries" peine à égaler son prédécesseur. Cela ne se joue pas à grand-chose. Evidemment, avec SAINT VITUS, il faut analyser le détail d'une roche granuleuse gris pierre que le passant moyen serait incapable de distinguer de tout autre bloc de caillasse. Du kif en moins, un infime soupçon pourtant tout à fait identifiable par les personnes doués d'une sensibilité exacerbée. Des riffs moins lénifiants, des soli plus brouillon, un peu plus de mal à plonger dans la brume insondable de Los Angeles (euh, oui, là, je n'ai jamais compris comment une telle entité avait pu naître dans ce coin du monde).

Arrêtons-nous un temps sur "Bitter Truth", qui commence par une expédition étrange dans l'univers de la guitare acoustique arpégée. Cette courte introduction nous permet de souligner la seconde des deux différences entre ce SAINT VITUS là et la bande à Ozzy (la première étant le timbre vocal sombre et granuleux de Scott Weinrich). On le sait tous, BLACK SABBATH, avant même son entrée dans les années 80 et la recherche d'un nouveau souffle, aidé du masque à oxygène Ronnie James Dio, expérimentait, cherchait, trouvait et se renouvelait déjà en permanence. Et volonté ou pas, le groupe restait attaché à une esthétique seventies. Malgré un gommage efficace des accents psychédéliques chers à l'époque, le SAB' n'en restait pas moins imprégné, comme un marquage sous-cutané indélébile. "Planet Caravan, "Fx", les exemples sont légion. Psychédélique, le quatuor californien ne l'est en aucun cas. L'arpège que l'on entend ici est servi par un son très pur, tout eighties et nullement seventies. Chez VITUS, on ne fume pas la moquette, on se détruit plus certainement au bourbon.

Résultat des courses, un album un demi-ton en dessous de "Born Too Late", ni plus ni moins. Comme ça, tout le monde sait parfaitement à quoi s'en tenir. Ceux qui s'en branlent, les doomeux qui peinent à ingérer autre chose que du funeral doom ou des substances infestées de death metal, les amateurs de l'animal qui ont toujours préféré les vocalises plus aériennes de Scott Reagers. Ils diront tous non à l'ouvrage. Et ceux qui vénèrent "Born Too Late" comme une deuxième bible. Ces derniers seront heureux, si pas totalement euphoriques, à l'écoute de la galette.

A lire aussi en DOOM METAL par POSSOPO :


TIAMAT
Clouds (1992)
Doom death atmosphérique

(+ 1 kro-express)



SAINT VITUS
Born Too Late (1987)
Barbus jusqu'à l'os


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Armando Acosta (batterie)
- Dave Chandler (guitares)
- Mark Adams (basse)
- Scott Weinrich (chant)


1. The Creeps
2. Dragon Time
3. Shooting Gallery
4. Bitter Truth
5. The Troll
6. Looking Glass



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod