Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK CYBER  |  E.P

Commentaires (2)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

 Myspace (47)

DØDHEIMSGARD - Satanic Art (1998)
Par POSSOPO le 31 Juillet 2007          Consultée 3077 fois
Mai 1998, bonjour, DØDHEIMSGARD vous présente son meilleur disque.
Comment ça, son meilleur disque ?
Oui, 16 minutes d'une intensité remarquable, de l'épilepsie cybernétique destructrice. En mai 1998, le diable s'est translaté d'un coup d'un seul d'un Moyen-Âge obscurantiste au pire futur galactique. Il en est devenu hystérique !

Aliéné par une introduction intolérable au piano qui se permet de jouxter en toute insolence une mélodie que n'aurait pas renier Erik Satie et un ragtime infantile et dégingandé, la pièce se nomme adroitement "Oneiroscope", le cornu a revêtu un habit de cyborg japanimé, il est devenu une espèce de monstre-robot furibard évoquant, deuxième référence monumentale, Shinya Tsukamoto, grand malade du cinéma nippon, responsable du cultifié Tetsuo et autre Tokyo Fist, inspirateur de son compatriote toujours plus perturbé Miike Takashi, du starifié Darren Aronofsky (celui de "Requiem For A Dream") ou encore de l'apprenti industriel du navet new generation, le lamentable Jan Kounen.

Trêve de discussions cinématographiques, "Traces Of Reality" fait mal, déambule à toute bringue zingue dans un vaisseau du quatrième millénaire, sorte de nouveau Nostromo (oups, j'avais dit fini le Septième Art) infesté d'aliens à la solde du nouveau bouc bionique. Apollyon s'évertue à battre la cadence la plus infernale de la création, Stine Lunde balance sa danse démoniaque au violon, le stupéfiant Aldrahn nous comble de son timbre vocal aux 666 harmoniques, tentant même l'aventure de la complainte psychiatrique, Mr Magic Logic accentue l'effet de folie en nous gratifiant d'un singulier clin d'œil au titre d'ouverture avec ce clavier dangereux. Galder, Mr Fixit et Cerberus gonflent le spectre sonore de leurs 16 cordes surchauffées.

Voilà, pas moins de 14 mains ont été nécessaires à la confection de ce joyau à la noirceur de perle qui continue sur un "Symptom" contrastant par sa courtitude (2 minutes et demi contre plus de 7 pour la plage précédente) mais suivant un schéma psychopathique comparable. Toujours plus vite, toujours plus fou, et des claviers qui nous ramènent aux incendiaires première époque type "In The Nightside Eclipse".

Aldrahn achève de nous glacer le sang sur "The Paramount Empire". L'homme est possédé, son haleine sent probablement le putride des enfers. Coquetterie fantastique, des samples de bête féroce à la silhouette indéfinissable plus terrible que le plus grand des carnassiers.

Et enfin, "Wrapped In Plactic", retour à ce piano d'une lugubre simplicité, mélodie que tous les amateurs de "666 international" auront reconnu, qui s'achève sur un accord lourd de sens (il veut dire quoi par là ??).

La messe est dite, piste d'envol idéale pour le magnétique longue durée de 1999, mille fois plus compact et ne déviant jamais du dogme édicté par le Malin, "Satanic Art" est une œuvre d'une majesté époustouflante, agrémentée d'une pochette aberrante et géniale, à l'unique défaut, son format rabougri. le chef-d’œuvre le plus court de la création après ma bite.




Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Aldrahn (voix, guitares)
- Mr. Fixit (guitares)
- Cerberus (basse)
- Apollyon (batterie)
- Mr. Magic Logic (claviers, piano)
- Galder (guitares)
- Stine Lunde (violon)


1. Oneiroscope
2. Traces Of Reality
3. Symptom
4. The Paramount Empire
5. Wrapped In Plastic



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod