Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Entwine, Toc / Throne Of Chaos, Lullacry, Charon, Amorphis, Empire Drowns, Paimon, To/die/for, Sinamore
- Membre : Poisonblack, Impaled Nazarene, Kursk
 

 Myspace (199)
 Site Officiel (223)

SENTENCED - Buried Alive (2006)
Par METAL-O PHIL le 27 Mars 2007          Consultée 3239 fois

Rien n’est aussi ultime qu’un testament. SENTENCED avait avant l’heure annoncé et médiatisé sa fin de façon très théâtrale, voire exagérée. The Funeral Album était entièrement consacré à cet adieu : « Consider Us Dead », « End Of The Road », des titres et des paroles évocateurs. Ici, pas de discrétion ni de subtilité : c’est écrit noir sur blanc et orchestré de façon très grossière. SENTENCED voulait faire du bruit. Trop, certes, mais on peut comprendre cet ultime besoin d’éclat. La décision du charismatique frontman Ville Laihiala, semblait irrévocable et sans appel : on ne perçoit pas l’ombre d’une reformation à l’horizon. En même temps, laisser planer le doute dans le but de maintenir l’espoir des fans aurait fait perdre tout son charme à ce split.

A côté de ça, comme l’évoquait mon éminent collègue FREDOUILLE, si SENTENCED n’est plus, le souffle de l’explosion du groupe a fait naître une pléiade de nouveaux groupes ou de projets parallèles qui n’avaient alors qu’une place mineure. Ville a par exemple rejoint les rangs de POISONBLACK dont la musique ne dépaysera aucunement les fans de SENTENCED. On peut rapprocher cette situation à celle d’ANGRA. Du fait du split, ce sont deux nouveaux groupes qui sont nés. Un ANGRA avec un nouveau visage et un SHAAMAN pour les inconditionnels d’André Matos. On y gagne au change, quantitativement parlant. Qualitativement parlant, le débat est ouvert pour le cas ANGRA, les paris le sont pour SENTENCED.

Ainsi, pour partir en grands princes dans un coup d’éclat final et récompenser les fans, les finlandais immortalisèrent leur tout dernier concert en un double CD et un DVD live.

LA PRESTATION :
Et comme je le disais en intro, ce concert a des allures de testament.
Ils ne pouvaient pas mieux choisir comme introduction que cet extrait du funéraire « Adagio » d’Albinoni. Pour la petite histoire, c’est aussi ce thème qui a ouvert le concert d’ANATHEMA dans le DVD A Moment In Time.
La façon que Ville a d’apostropher le public fait penser aux derniers adieux, aux ultimes paroles d’un condamné à mort qui a envie de sortir par la grande porte (« We Won’t Die Alone ! » sur « No One There »). Enfin par moments, ça fait un poil trop surjoué ...

Le son est fidèle au groupe, puissant : guitares abrasives, un son particulièrement heavy qui a fait la personnalité « grunge goth » de SENTENCED. Et le plus important : la voix rauque et colérique de Ville, reconnaissable entre mille. L’énergie de ce timbre de voix est particulièrement jouissive, le charisme du personnage se ressent rien qu’à l’écoute de sa façon de chanter si inhabituelle, si masculine, presque machiste.
Il faut cependant reconnaître que l’influence « Rocky » Stalonienne peut parfois irriter. A plus forte raison dans ce live, Ville semble à bout de souffle et certaines mélodies en pâtissent. D’un certain côté, vu le contexte, ça a aussi son charme.
A côté de ça, il reste un homme de scène charismatique, qui beugle, joue avec son public et fait quelques pitreries avec sa voix. Un public qui d’ailleurs profite et donne la réplique au chanteur.

LA SETLIST :
On dit souvent (enfin, dans les films, quoi ...) qu’un homme dont l’heure est venue voit défiler les différents moments de sa vie sous ses yeux.
Comme dans tout concert « classique », la belle part est donnée au dernier rejeton. Et puis ... The Funeral Album se devait bien d’être présent en cette occasion … Les meilleurs titres dudit album sont présents à mon grand bonheur, dont le sauvage « Where Waters Fall Frozen », le pêchu « May Today Become The Day » ou encore « Despay Ridden Heart », du country metal qui pourrait très bien rendre hommage à Lucky Luke. « End Of The Road », ses chœurs enfantins, son refrain à la fois heavy et dramatique, son final instrumental concluent magistralement le show et la carrière du groupe.

Les fans de la première heure seront agréablement surpris car la période Death Metal n’a pas été mise à l’écart de la setlist (« Northern Lights », « The War Aint Over », ...). Taneli Jarva intervient et propose un retour en arrière fort agréable. The Cold White Light, le grand succès des finlandais est également très bien représenté. Le choix de la setlist est objectivement très professionnel, irréprochable. Après, c'est à l'appréciation de chacun : reste que moi, en tout cas, j’ai été comblé "setlistement" parlant.

DECEPTION :
Comblé sur le papier. Ce CD avait tout pour plaire, un bon répertoire couplé d’un contexte de séparation du groupe qui faisait prendre au concert une dimension tragique. Je vais avoir l’air de chipoter, mais cette voix me pose problème. Cela n’enlève rien à la qualité des compositions, originales et catchy, mais Jarva pousse des grognements franchement caricaturaux et Ville n’est pas au mieux de sa forme. Certaines intonations ne sont pas très heureuses. Ca sent la cigarette et le bédo à plein nez. J’avais ressenti la même chose à l’écoute du dernier concert de RAGE AGAINST THE MACHINE (dans un autre style, je me comprends ...).
Ce détail me gâche grandement l’évènement et le besoin d’écouter les versions studios de cette pléiade de bons morceaux se fait ressentir.

Evidemment, cette impression n’est pas valable pour tous les morceaux, et cette déception est compensée par une prestation scénique remarquable d’un chanteur qui sait véritablement entraîner son public. Ca s’entend, il donne tout ce qu’il a.
Mettons un peu de côté l'aspect "too much" des funérailles de SENTENCED et rendons hommage à une belle carrière et une belle fin.
Sur "End Of The Road", le moment devait être terrible, Ville Laihiala finissant ses dernières parties de chant et laissant ses compères terminer le morceau. 3 minutes qui ont dû être bien courtes pour eux et tellement longues pour lui.

L’évènement était sans doute magique, un concert à réserver donc aux fans de SENTENCED qui s’éteint, certes difficilement, mais avec la manière.

A lire aussi en HEAVY METAL :


Ozzy OSBOURNE
The Ultimate Sin (1986)
Heavy metal

(+ 1 kro-express)



DIO
Dio's Inferno : The Last In Live (1998)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   METAL-O PHIL

 
  N/A



- Ville Laihiala (chant)
- Sami Lopakka (guitare)
- Miika Tenkula (guitare)
- Sami Kukkohovi (basse)
- Vesa Ranta (batterie)


- cd1
1. Intro
2. Where Waters Fall Frozen
3. May Today Become The Day
4. Neverlasting
5. Bleed
6. The Rain Comes Falling Down
7. Everfrost
8. Sun Won't Shine
9. Dead Moon Rising
10. Despair-ridden Hearts
11. The Suicider / Excuse Me While I Kill Myself

- cd2
1. The War Ain't Over
2. Nepenthe
3. Northern Lights
4. The Way I Wanna Go
5. Dance On The Graves
6. Noose
7. Aika Multaa Muistot (everything Is Nothing)
8. Farewell
9. No One There
10. Drown Together
11. Cross My Heart And Hope To Die
12. Brief Is The Light
13. Vengeance Is Mine
14. End Of The Road



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod