Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


SONNY RED - Extent Of Soul (2006)
Par SPHERIAN le 19 Mars 2007          Consultée 4902 fois

****AVERTISSEMENT****
Cette chronique contient de nombreux superlatifs rarement utilisés pour décrire la musique de groupes hexagonaux. Cette chronique contient aussi quelques messages subliminaux qui forceront l’auditeur à foncer chez leur disquaire préféré pour se procurer « Extent of Soul ». Cette chronique est enfin le récit d’un coup de pied au cul monumental…

SONNY RED est originaire de Marseille et là-bas (comme le dit la devise d’un certain club de foot) on va droit au but. Je ferai donc de même dès le début de cette chronique. « Extent of Soul » est une véritable bombe atomique, un coup de boutoir musical qui fait sans cesse trébucher l’auditeur, qui le balance de droite à gauche et le hache-menu. Découvrir pour la première fois « Extent of Soul » est comme se jeter dans la cage aux lions. Je ne suis logiquement pas ressorti indemne de mes premières écoutes mais peu à peu, la bête est devenue moins agressive, s’est progressivement laissé apprivoiser pour enfin gagner mon estime et mon admiration.

SONNY RED m’a pourtant dans un premier temps forcé à me lancer dans un léger mea culpa. En tant que chroniqueur, nous essayons au maximum de ratisser au plus large et de constamment découvrir (en France ou à l’étranger) des musiciens talentueux et passionnés souffrant de sous-médiatisation. Découvrir le combo marseillais au travers du guest-book de NIME est un sacrilège au vu de la qualité de la musique! L’erreur sera j’espère réparée grâce à cette chronique en sélection du site.

Ceux qui me connaissent savent que je n’apprécie pas la musique violente. Ceux qui me lisent (si si y’en a !) auront remarqué que, en tant que proggeux borné, je suis généralement avare de compliments et que je rentre rarement en transe devant les nouveautés actuelles. Et bien SONNY RED m’aura fait me contredire sur tout ces points en un temps record !

La musique du groupe est plutôt difficile à décrire car d’une extrême originalité. Maxime Segovia et sa bande naviguent entre les eaux troubles du thrash old school et du hardcore, mélangeant habilement de légères traces de neo, death melodique et une grosse dose de prog. Autant l’avouer, pour moi, SONNY RED est un modèle d’incorporation d’influences multiples et je pense que ce groupe avec sa nouvelle recette maison est assis sur une véritable mine d’or. Posséder un groupe de cette trempe à l’intérieur de nos frontières relève d’ailleurs sans aucun doute du miracle.

Puissance est le maitre mot dans la musique des Marseillais. Puissance dans la production (impressionnante) et puissance dans l’exécution. Telle une boite de Pandorre enragée, les Marseillais distillent à l’infini leurs riffs thrash ravageurs, rythmiques rouleaux compresseurs à la précision clinique et autres soli déjantés. Les hurlements de Christophe Abidjan foutent tout simplement des frissons dans le dos! Ce dernier est d’ailleurs un élément clé de la personnalité du groupe de par sa puissance et sa versatilité incroyable. Il a fallu que j'écrive au groupe pour m’assurer que le même bonhomme se chargeait bien des parties vocales claires et hurlées ! Imaginez-vous Phil Anselmo (PANTERA, grosse influence d’ailleurs), Devin Townsend, Michael Eriksen (CIRCUS MAXIMUS) ou encore Mike Patton (dans FAITH NO MORE) piégés dans le même corps et vous obtiendrez environ ¼ de la palette vocale de Chris!

L’originalité de SONNY RED provient donc de sa capacité à mélanger les genres. L’influence de MESHUGGAH se fait sentir sur les parties techniques (notamment les rythmiques basées sur des triolets/sextuplets de grosse caisse sur base asymétriques), certains groovent très lourds et bien au fond du temps rappellent le PANTERA de la grande époque ("Vulgar Display of Power", "Far Beyond Driven"), les parties plus véloces rappellent un peu CHILDREN OF BODOM et les effets sur les voix (superbes) empruntent un peu aux leaders de la scène Neo. On crache sur le tout pour ajouter une touche hardcore (NOSTROMO, BIOHAZARD) et c’est prêt ! Bien que n’ayant aucune affinité pour quelques uns des groupes cités ci-dessus, je suis complètement tombé sous le charme de SONNY RED et ce grâce a l’élément ultra technique dont le groupe a intelligemment saupoudré sa musique (influences TOOL et PAIN of SALVATION). Les titres défilent et il devient impossible pour l’auditeur de décrocher de cette explosion d’alternance de passages ultra violents, de voix claires aériennes et de riffs groovy au possible. L’élément de surprise est constant et la durée de vie du cd est quasiment infinie.

Bien que cette homélie ecstatique commence à trainer en longueur, je me dois de citer quelques titres pour vous donner une idée de ce qu’il vous attend ! Je retiens le superbe « Pathetic life of a resigned ordinary man » et son refrain grandiose, le véloce « A new eye » et son travail sur les voix, le single en puissance « Circle of lies » (à ecouter en premier!) et son solo technique à souhait et le dévastateur/épique « Beyond the icon of pleasure » qui ferait headbanguer un Michel Drucker! Sachez toutefois que tous les titres d’« Extent of Soul » sont excellents, aucun remplissage ici et ça fait plaisir.

L’exercice de la chronique consiste aussi à donner un avis constructif sur les éventuels faux-pas d’un groupe. On a d’ailleurs souvent tendance à crier au loup si ces critiques négatives ne sont pas inclues. Ici, ça va être vite fait, le seul petit hic que j’ai pu noter se situe (mode enculage de mouche on) au niveau des textes (toutefois excellents!) qui présentent quelques fautes mineures d’Anglais. (mode enculage de mouche off). Plutôt bizarre car Chris possède par ailleurs un excellent accent anglais.

A part cela, absolument rien de négatif ne transpire de ce disque et c’est pourquoi j'ai décidé d’en faire ma première sélection du site. « Extent of Soul » est une réussite totale qui prouve que certains acteurs du metal francais possèdent une personnalité hors du commun et méritent d’exploser sur les scènes nationales et internationales. SONNY RED est de ceux-là. J’encourage tous les lecteurs à se faire leur propre idée du groupe en visitant leur site myspace (www.myspace.com/sonnyredmetal).

Ouh mais dis donc..la dernière fois que je me suis ecstasié sur un groupe comme ça..C’était pour un petit combo américain dénommé DREAM THEATER (dans un autre genre bien sur). Une carrière similaire aux New-Yorkais, c’est tout le mal que je souhaite à SONNY RED.

J’attends la suite avec impatience…

A lire aussi en THRASH METAL :


DEW SCENTED
Inwards (2002)
Thrash metal




SEPULTURA
Nation (2001)
Groove metal

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez






 
   SPHERIAN

 
  N/A



- Thomas Tiberi (guitares, chant)
- Maxime Segovia (basse)
- Christophe Abadjian (chant)
- Jérôme Point (guitares)


- extent Of Soul
1. Ekoban Part-1
2. Pathetic Life Of A Resigned Ordinary Man
3. Unknown Forces
4. Slaved To Lucidity
5. Circle Of Lies
6. A New Eye
7. Awakening
8. Ekoban Part-2: Point Of No Return
9. Parasites
10. Beyond The Icon Of Pleasure
11. Venus



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod