Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


NEW YORK DOLLS - One Day It Will Please Us To Remember Even This (2006)
Par DARK BOUFFON le 7 Février 2007          Consultée 3939 fois

Vous vous souvenez sans doute de la trilogie « Retour vers le futur », de ce bon vieux Doc Brown, de Marty McFly et de la légendaire DeLorean volante. Et bien, NEW YORK DOLLS, c’est un peu tout ça à la fois. En effet, le combo semblait faire partie à jamais de l’histoire musicale des 70’s, sans espoir de retour… Raté ! Et pour notre plus grand plaisir d’ailleurs car voir réapparaître aujourd’hui l’un des groupes de punk rock les plus influents constitue une énorme surprise et procure un plaisir inégalé.

Le groupe, formé au tout début des 70’s, n’avait sorti en tout et pour tout que 2 albums : New York Dolls (1973) et Too Much Too Soon (1974) avant d’imploser sous les coups de boutoirs des excès très rock’n’roll de certains membres du groupe (comment ça « tous » ?). Pourtant, les DOLLS avaient à l’époque marqué leur monde en étant à la fois punk et glam. D’ailleurs, le groupe qui n’était pas vraiment soutenu par son management à New York avait décidé de s’exiler en Angleterre où il fut coaché par un certain Malcolm McLaren, plus tard manager des SEX PISTOLS… comme quoi !! Et si l’on vous dit que KISS, AEROSMITH, MÖTLEY CRÜE, GUNS’N’ROSES, les RAMONES ou les fameux SEX PISTOLS (et j’en oublie) ont tous (ap)pris quelque chose des NEW YORK DOLLS, vous pouvez nous croire sur parole !

Ainsi donc, voilà un groupe « culte » qui avait marqué son époque avant de retomber dans l’oubli. Et puis… en 2004, sous l’impulsion de Steven Morrissey (membre des SMITHS et fan des DOLLS), les vétérans rempilent. Alors, bien sûr, il manque du monde car chez les DOLLS, on se l’est joué « RAMONES » : 4 des musiciens des débuts ont disparu sur la Highway To Hell (dont Johnny Thunders, l’un des fondateurs du combo). Mais 30 ans plus tard, il reste David Johanssen (chant) ainsi que Sylvain Sylvain (guitare) et les deux compères n’ont pas dit leur dernier mot. Ils s’entourent de Sami Yaffa (basse, ex-HANOÏ ROCKS), Steve Conte (guitare), Brian Delaney (batterie) et Brian Koonin (claviers). Et, après quelques concerts, les voilà repartis vers le studio pour mettre en boîte ce troisième opus au titre interminable avant de s’embarquer pour une tournée mondiale.

Mais que reste-t-il des DOLLS plus de 30 ans après leurs balbutiements ? Eh bien, du gros, du très gros… Dès le début, les New-yorkais mettent les choses au point. Point ici de reformation dont le seul but est mercantile (même si tout cela compte un peu, non ?) car le mélange glam-punk est toujours présent. Bien sûr, les gars ont vieilli et la musique s’est peut-être assagie, s’est faite plus mélodique mais elle n’en reste pas moins subversive dans ses paroles, dans ses breaks, dans ses riffs incisifs, sa basse venimeuse et cette voix lascive.

Dès les premiers accords de « We’re All In Love », les oreilles pétillent, et l’envie de taper du pied nous démange furieusement. Allez, sortez votre perruque et votre rouge à lèvres et soyez près à headbanguer comme des sauvages… Et ça continue avec un groove incomparable (les très rock’n’roll « Runnin Around », « Dance Like A Monkey », « Rainbow Store », les plus calmes « Plenty Of Music », « Maimed Hapiness », « I Ain’ Got Nothing » ou le très punky « Get Away From Tommy ») jusqu’à la dernière note. Les nouveaux musiciens ne sont pas des bras cassés et le groupe est loin d’être has-been. Quant à David Johanssen, malgré ses 56 ans et même si ce n’est pas un chanteur d’exception, il donne un cachet tout particulier à l’ensemble.

En bref, que vous soyez fans de la première heure ou, à l’instar de votre serviteur, un petit jeunôt qui vient de découvrir ce combo culte, n’hésitez plus une seconde à suivre ces musiciens qui méritent toute votre attention et ce, plus de 30 ans après leurs débuts… Respect !

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BOUFFON :


LORDI
The Arockalypse (2006)
Lordi, un gag ? non, michel, le gag, c'est toi...

(+ 2 kros-express)



LORDI
The Monster Show (2005)
Au menu : hard-rock festif et maquillage gore


Marquez et partagez



Par THE MARGINAL




 
   DARK BOUFFON

 
  N/A



- David Johansen (chant)
- Sylvain Sylvain (guitare)
- Steve Conte (guitare)
- Sami Yaffa (basse)
- Brian Koonin (claviers)
- Brian Delaney (batterie)


1. We're All In Love
2. Runnin' Around
3. Plenty Of Music
4. Dance Like A Monkey
5. Punishing World
6. Maimed Happiness
7. Fishnets & Cigarettes
8. Gotta Get Away From Tommy
9. Dancing On The Lip Of A Volcano
10. I Ain't Got Nothin'
11. Rainbow Store
12. Gimme Luv & Turn On The Light
13. Take A Good Look At My Good Looks



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod