Recherche avancée       Liste groupes



      
AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : God Seed
 

 Site Officiel (247)
 Chaîne Youtube (172)
 Myspace (204)

BEHERIT - Electric Doom Synthesis (1995)
Par POSSOPO le 22 Février 2007          Consultée 3682 fois

"H418ov21.C" était tout plein de rien. Cela arrive bien souvent en ambient, d'autant plus souvent que l'auteur est peu habitué à cet art particulier de l'accommodation des sons et des silences. BEHERIT s'est donc, comme après lui Fenriz, Varg Vikernes et des tas d'autres, planté. Mais alors que tout le monde s'en foutait royalement, le groupe décida d'attendre un peu avant de lever définitivement les voiles et préféra retenter l'expérience électronique avant le sabordage final.

Qu'il est facile d'assassiner un artiste qui quitte son domaine premier de prédilection pour investir un nouveau champ. Les formations metal qui ont su résister à leur propre mutation, qui ont évité de succomber à l'indifférence du public et aux assauts des chroniqueurs de tous bords sont rares. Quitte ou double dangereux, il y a grand à y gagner, une reconnaissance du risque pris et de la valeur du tour de main, relais vers une nouvelle assise auprès des critiques, une nouvelle vague de popularité et cette impression d'infaillibilité, source commune de mégalomanie. Je vous rassure tout de suite, vous l'aviez déjà compris lorsque j'ai annoncé qu'"Electric Doom Synthesis" représentait le chant du cygne, BEHERIT n'a pas vu son crâne enfler démesurément après la parution de cet ouvrage. Et oui, car "Electric Doom Synthesis" est mauvais. Non, pas mauvais, insignifiant. Comme pouvait l'être son prédécesseur.

Mais arrêtons enfin de parler de BEHERIT puisque l'entité cornue n'existe plus depuis 1993. Son leader continue l'aventure seul, sa démarche en devient plus naturelle. Et quel triste patrimoine à léguer à sa progéniture que deux albums qualifiables de solo totalement insipides, si non dénués d'ambition, presque d'idées.

Pourtant, le monsieur a bien essayé de revoir ce qui n'allait pas sur "H418ov21.C". Le son se veut plus organique, des instruments faits de substance vivante accompagnent avantageusement, même si en de trop rares instants, un plastique vite rébarbatif. Quelques plages bénéficient également d'une densité sonore nettement accrue. "Dead Inside" et "Beyond Vision" connaissent une véritable tentative d'écriture. Le deuxième lorgne du côté d'AUTECHRE, le souci rythmique en moins, le deuxième part dans un élan plus industriel. Autre bonne nouvelle, le totalement réussi "Drawing Down The Moon" (décidément, Nuclear Holocausto y tient beaucoup à son rituel satanique à la citronnelle), cataplasme dark rock parfaitement acceptable.
Mais déjà, "Senses" déboule, piste creuse à pleurer de nullité. Et l'odieuse galette se conclut sur un titre encore bien pire et plus vide encore. Le reste ne mérite guère qu'on en parle, climat d'usine enterrée, new age sombre (-ment débilitante)…

Qu'il est malaisé d'affecter à un orchestre aussi méritant que BEHERIT la pire des notes. Deux fois de suite en plus. Bon, je réécoute "Drawing Down The Moon" et j'ajoute une étoile en toute mauvaise foi, bien sûr, car cette synthèse de rien, guère électrique et nullement doom ne vaut pas que l'on si attarde plus que de raison. Et la raison nous dit de nous barrer vite fait. Débrouillez-vous donc pour vous procurer le seul titre intéressant et uniquement celui-ci. Au fait, pour la note, finalement, je viens de rechanger d'avis. Bah ouais, il faut bien attirer le chaland et celui-ci ne s'intéresse souvent qu'aux notations extrêmes.

A lire aussi en AMBIENT par POSSOPO :


VINTERRIKET
Lichtschleier (2006)
De la beauté du blanc

(+ 1 kro-express)



MÖEVÖT
Abgzvoryathre (1993)
Grumuk putrido trimtrok broubrou


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Nuclear Holocausto (tout, donc pas grand-chose)


1. Ambush
2. We Worship
3. Dead Inside
4. Beyond Vision
5. Deep Night 23rd
6. Drawing Down The Moon
7. Sense
8. Temple Ov Lykos



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod