Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Moonspell

DAEMONARCH - Hermeticum (1998)
Par HROTULF le 19 Février 2007          Consultée 3900 fois

Entre ses débuts et la sortie de Sin/Peccado, Moonspell a considérablement radouci sa musique, passant d’un black teinté d’influences méditérranéennes à un gothique plus pop. Pour renouer avec ses racines black Fernando Ribeiro alias Langsuyar, son chanteur charismatique, monte un side-project, Daemonarch, qui sort son unique album Hermeticum entre « Sin/Peccado » et « The Butterfly Effect».

L’atmosphère énigmatique a volontairement été soulignée dans chaque détail du packaging pour donner un écho au titre de l’album : figures torturées, signes cabalistiques et surtout une absence totale de livret qui laisse planer un doute sur l’identité des musiciens. On se contentera de la mention « Langsuyar et d’autres membres de Moonspell ».

Et la musique dans tout ça me direz-vous ? Quelle claque ! Loin des fjords glacés, paysages habituels du black « traditionnel » à l’époque, c’est bien en enfer qu’on se retrouve ici. Un enfer tout droit sorti de l’imagination torturée de Langsuyar (les textes datent de son adolescence). Comme pour mieux souligner l’atmosphère malsaine, le tempo est souvent moyen, parfois lent. On est ici très clairement en présence d’un black différent. Le mariage entre les guitares et les claviers est remarquable et donne une palette d’émotions très étendue. On passe du lourd au malsain, du frénétique au torturé en passant par le planant sans perdre en qualité. On notera la présence de solos de guitare admirablement placés et qui portent la patte de Mantus. Le point central est évidemment la voix. Elle est ici écorchée la plupart du temps, même si on retrouve avec bonheur quelques touches des murmures et chant clair d’outre-tombe qui sont la marque de fabrique de Fernando Ribeiro. Ecorché est bien le mot, on ne tombe jamais dans la caricature, le timbre reste medium et fait parfois froid dans le dos.

Au fil des titres, on se retrouve en compagnie des légions démoniaques (Lex Talionis), au milieu de rituels sataniques (Corpus Hermeticum) ou aux côtés de diverses figures infernales (Hymn to Lucifer, Incubus, Nine Angels). A noter également la très bonne reprise d’un titre de Bathory (Call From the Grave).

Le bémol devrait venir du fait que la batterie est programmée. Une hérésie à priori, mais la programmation est très soignée et même si ça sonne parfois un peu artificiel, force est de constater que ça ne perturbe pas l’oreille, parole de batteur !

Fans de Moonspell ou de black original, je ne saurai que recommander l’acquisition de ce petit bijou. On en espérerait même un petit frère qui ne viendra sans doute jamais, Moonspell étant depuis revenu à ses premières amours.

A lire aussi en BLACK METAL :


KEEP OF KALESSIN
Reclaim (2004)
Excellente surprise Black avec attila au chant !




MARTYRIUM [AL]
L.v.x. Occulta (1994)
Pré-SECRETS OF THE MOON. Une étrange beauté.


Marquez et partagez




 
   HROTULF

 
  N/A



- Langsuyar (chant)
- Mantus (guitares)
- Passionis (claviers)
- Sergio Crestana (basse)


1. Lex Talionis
2. Of A Thousand Young
3. Corpus Hermeticum
4. Call From The Grave
5. Samyaza
6. Nine Angels
7. Incubus
8. The Seventh Daemonarch
9. Hymn To Lucifer



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod