Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK/DEATH  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


SUFFERING HOUR - The Cyclic Reckoning (2021)
Par POSITRON le 18 Août 2021          Consultée 835 fois

The CHASM-OMEGA qui fait des covers Deathrock post-gothiques de BÖLZER en se nommant d'après un album d'ANACRUSIS, immergé jusqu'au cou dans un océan de chorus liquide, Black/Death ou Death/Black, comme tu veux – mais un peu plus Black pour moi quand même – avec des petites dissonances bien modernes mais en restant i n t e l l i g i b l e. Ils sont jeunes et mettent des capuches et des masques avec des symboles dessus mais pourtant la musique semble exhumée d'un mausolée antique, pas la version caveau de cimetière, quelque chose de noble, d'ancien. Les fondations de la servitude : on plonge droit vers des problèmes qui remontent à longtemps et on va prendre le temps d'en parler. Ne vous méprenez pas, j'aime bien, pas de souci, mais j'ai l'impression de voir un groupe sur trois faire des pistes de 15-20 minutes en ce moment et, franchement, de vous à moi, ces longueurs ne m’impressionnent pas particulièrement.

Ce qui m'impressionne c'est le riffing, ouais ! Ça se tort, ça grince, ça serpente mais ça reste clair et précis, avec des fenêtres lumineuses taillées dans ces murs d'effroi gris. On respire ! Un air qui n'est pas d'ici mais on respire quand même. Un petit arpège cosmique, un petit bend INQUISITION, un petit hammer blast pour taper du poing sur la table, BAM, c'est réussi, j'adhère. Si vous n'êtes pas convaincu sur le riff à 2 minutes 04 dans "Strongholds Of Awakening" je ne peux rien pour vous.

Ce qui me rappelle vraiment BÖLZER – pré "Hero" – dans ce groupe, plus que des références explicites c'est cette sensation océanique, ce gigantesque maelstrom liquide. BÖLZER était plus musclé, monstrueux, mythologique ; SUFFERING HOUR est plus fin, plus sinueux, plus pétillant. Vague après vague la musique nous recouvre et nous entraîne de corridors souterrains en métro aériens se faire mener jusqu'à des grands moments épiques à coup d’arpèges incontrôlables ou de descentes chromatiques, on en oublie presque que le groupe reste du Metal Extrême suffisamment costaud pour casser des bouches. Une puissance que le groupe ne déploie que rarement, comme pour rappeler sa force et demander le respect avant de retourner à ses vastes étendues de mélancolie contemplative.

Une écoute un peu distraite pourra trouver l'album trop monochrome, avec ce son de guitare certes envoûtant mais pouvant engourdir l'auditeur hypnotisé, alors que les riffs se dissolvent lentement jusqu'à ce qu'il n'en reste plus que des nuances de gris. Le groupe a trouvé sa recette et est bien décidé à l'exploiter, mais, si l'album ne vous surprendra peut-être pas passé la première piste, reste pour faire tenir l'ensemble ce sens mélodique je ne cesse de vous parler – il faut bien s'étaler sur une chronique entière – qui anime ces guitares et les fait hurler avec hargne et désespoir. Rajoutez une batterie très compétente, une palette vocale entre le hurlement et le caverneux et vous êtes partis pour 45 minutes d'amertume doucereuse. Je n'ai également aucune idée de qu'ils racontent avec leurs paroles cryptiques mais je le vis bien, la musique parle d'elle-même. Il s'agit, à mon humble mais néanmoins toujours correct avis, d'un excellent album et même d'un des meilleurs de 2021, rien que ça !

A lire aussi en BLACK METAL par POSITRON :


DEATHSPELL OMEGA
The Furnaces Of Palingenesia (2019)
We will grant you freedom from freedom




GNAW THEIR TONGUES
Eschatological Scatology (2012)
Le goût de la merde.


Marquez et partagez




 
   POSITRON

 
  N/A



- Dgs (basse, chant)
- Isn (batterie, chant)
- Yha (guitares, chant)


1. Strongholds Of Awakening
2. Transcending Antecedent Visions
3. The Abrasive Black Dust Part Ii
4. Obscuration
5. The Foundations Of Servitude



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod