Recherche avancée       Liste groupes



      
HARDCORE GENTIL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


SWORN ENEMY - As Real As It Gets (2003)
Par ALANKAZAME le 11 Septembre 2006          Consultée 1754 fois

SWORN ENEMY n’est pas un groupe récent. Ce combo américain, formé à New York en 1997, est loin d’être un petit groupe de metalcore préfabriqué sorti de nulle part au beau milieu de l’année 2005, comme ses détracteurs se plaisent à l’affirmer.

SWORN ENEMY ne faisait d’ailleurs pas de metalcore avant Beginning of The End. Le premier EP sortit en 2001, et ce premier album place d’office le groupe sur la scène hardcore, celle de HATEBREED. Les deux groupes ont d’ailleurs beaucoup de points communs : mêmes riffs lourdingues, même simplicité, même batterie acharnée, même côté répétitif. La seule différence notable s’établit en réalité au niveau du chant. Le chant de SWORN ENEMY, écorché, aigu, est aux antipodes de celui de Jamey Jasta. Des choeurs proches de ceux de CHILDREN OF BODOM, ainsi que quelques passages parlés-chantés à la P.O.D. viennent parfois égayer un ensemble vocal somme toute très banal et surtout très pauvre en variété.

Alors, ce n’est que ça SWORN ENEMY ? C’est juste un plagiat de HATEBREED avec un chanteur archi cliché ? Non, mais on ne peut nier que ce groupe manque singulièrement de personnalité et d’originalité. Les titres se suivent et se ressemblent, les riffs sont toujours les mêmes, la batterie fait preuve d’un cruel manque d’inventivité et quand le chanteur reste dans son registre écorché, on a vraiment l’impression d’entendre toujours la même chose. D’autant plus que ses hurlements, certes emplis d’une rage palpable, sont plus pénibles qu’autre chose, pour la simple et bonne raison qu'ils ne parviennent pas à comminquer à l'auditeur la rage en question, et finalement tout cela semble bien artificiel et vide de toute forme de conviction. Peut être est-ce dû à un manque de capacités vocales, alourdi par une incapacité totale à partir dans les graves ? En tous cas cette voix plate et monotone est loin de convaincre à 100%. C’est un point noir non négligeable lorsqu’on fait du hardcore.

Un titre parvient tout de même à se détacher de la masse de pistes courtes et similaires de ce LP : celui qui porte le nom du groupe. Penchant vers un metalcore dans la veine de CHIMAIRA, celui-ci s’avère être plus varié, avec, oh miracle, quelques (petits) vocaux graves sur le refrain (apparemment à l’origine d’une seconde voix au sein de la formation new-yorkaise) et des couplets efficaces qu’on parvient à mémoriser sans efforts. Il est dommage que l’ambiance sombre et pesante de cette piste bien foutue ne se retrouve pas dans le reste de ce disque, qui n’est, à l’exception de la chanson précédemment décrite, rien de plus qu’un défouloir bourrin d’une chianlie incommensurable. Et la ridicule petite intro acoustique couplée aux faiblardes mélodies de "These Tears" n’y pourront pas grand-chose ...

En gros : 10 titres, un de bonne facture, un autre essayant de se démarquer par de faibles artifices de forme, les autres constituant une masse de violence plate et sans visage. Pourtant on sent qu’il y a eu de la bonne volonté, les petits gars de SWORN ENEMY ne sont pas dénués d’ambition ... Mais la moitié de leurs pistes n’ont ni queue ni tête et une sévère carence en matière de registres vocaux abaisse encore le niveau. Reste l’ambiance hardcore bien retranscrite, dans l’esprit d’HATEBREED ... En (beaucoup) moins bien.

A lire aussi en HARDCORE par ALANKAZAME :


THREAT SIGNAL
Under Reprisal (2006)
Le nouveau killswitch engage ?




CHIMAIRA
Resurrection (2007)
Metalcore brutal


Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
  N/A



- Sal Lococo (chant)
- Mike Couls (basse)
- Paul Antignai (batterie)
- Jamin Hunt (guitare)


1. Sworn Enemy
2. One Way Trip
3. As Real As It Gets
4. My Misery
5. Labeled
6. Fallen Grace
7. Time Heals No Wounds
8. Wdays Past
9. Innocence Lost
10. These Tears



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod