Recherche avancée       Liste groupes



      
METALCORE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Silent Civilian

CHIMAIRA - The Impossibility Of Reason (2003)
Par ALANKAZAME le 9 Août 2006          Consultée 4960 fois
Ce qu’il y a de bien avec Chimaira, c’est que chaque album est unique. Chaque fût est un chapitre à lui tout seul, une expérience clairement délimitée… The Impossibillity of Reason succède donc à Pass Out of Existence, album d’indus-core expérimental très intéressant qui pouvait être rapproché des titres les plus dérangés de Spineshank… Le plus étonnant dans tout cela, c’est qu’en plus d’être totalement différentes, les impossibilités de la raison sont encore plus savoureuses…

Ce second album est un véritable festival de tubes en tous genre… Aucun titre ne semble avoir été négligé, tous sont très travaillés, très complets, personnels, incomparables. La puissance incommensurable du titre d’ouverture, le redoutable Cleansation, met en avant une production irréprochable et un son tout bonnement monumental… Un riff inoubliable, des vocaux écorchés dignes de toutes les louanges, une batterie menée tambours battants avec beaucoup de professionnalisme, misant entre autres sur une double pédale dont le rôle finit par devenir essentiel, et un solo venu tout droit des plus beaux méfaits de Metallica constitue cette piste d’une richesse surprenante…

Mais ce n’est qu’une des nombreuses facettes de la chimère rouge, torturée (qui succède à la chimère bleu, électrique, et qui précède la chimère noire, malsaine, élégante), à l’atmosphère sinistre, à l’ambiance décalée… Les longs hurlements à vous glacer le sang et le superbe solo final de The Impossibillity of Reason laissent ainsi bientôt la place aux samples morbides omniprésentes et à la lourdeur apocalyptique de Pictures in The Gold Room, titre étrange, indescriptible, comprenant un chant clair malsain aux tons pervers… Puis viennent les bombes pleines d’énergie, à savoir l’extraordinaire Power Trip, sa batterie surexcitée et ses vocaux hardcore, ou encore Pure Hatred qui nous transmet toute sa rage de part son intensive saturation et son rythme infernal… Et comme il faut toujours quelques grammes de finesse dans ce monde de brutes, Down Again, son piano, ses mélodies tant vocales que guitaristiques, vient s’inviter à la fête…

Tout sur cet album n’est que fusion systématiquement surprenante, compos torturées et influences imprévisibles… Ainsi la lourdeur du hardcore se mêle aux sonorités de l’indus sur Crawl, des vocaux death s’infiltrent dans les couplets de Stigmurder, une ambiance sinistre, un esprit malmené, une rage mêlée de douleur hantent Eyes of A Criminal, un titre tellement magnifique qu’il vous en met les larmes aux yeux, un nouveau riff bondissant orgasmique pétrit The Dehumanizing Process, une batterie toujours plus grandiloquente prend le contrôle de Overlooked… Et comme Chimaira sait s’y prendre pour finir en beauté, il nous offre en guise de bouquet final l’incomparable Implements of Destruction, titre instrumental épique, en trois parties, de plus de 13 minutes… De superbes mélodies au sein d’un son très thrash metal encadrées d’une intro acoustique émouvante et d’expérimentations électroniques terrifiantes au possible sont au programme. Du grand art…

Ne vous fiez pas aux détracteurs de la chimère, qui l’accusent à tort de pomper honteusement les compos de Slayer ou Kreator… C’est du génie qui anime l’esprit de Mark Hunter, Rob Arnold et Matt DeVries, ce génie qui les amène à écrire des titres de qualité dotés d’une personnalité exceptionnelle… The Impossibillity of Reason est un album grandiose de part son atmosphère sinistre et glauque, son goût pour l’expérimentation et la fusion et sa surprenante variété dans les registres vocaux… Peut on vraiment qualifier cela de metalcore ? Nous ne sommes pas en présence d’une bête collision entre Dark Tranquillity et Iron Maiden, mais bel et bien en présence d’une recette totalement novatrice et définitivement inimitable… Chimaira sera amené à devenir un grand groupe, une référence dans son propre domaine, dans ce style qu’il a créé et qu’il continu de complexifier d’album en album… Depuis Killswitch Engage, jamais pareil évènement n’avait secoué le tout petit monde du metalcore américain…




Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
  N/A



- Mark Hunter (chant)
- Rob Arnold (guitare)
- Matt Devries (guitare)
- Jim Lamarca (basse)
- Chris Spicuzza (samples)
- Andols Herrick (batterie)


1. Cleansation
2. The Impossibility Of Reason
3. Pictures In The Gold Room
4. Power Trip
5. Down Again
6. Pure Hatred
7. The Dehumanizing Process
8. Crawl
9. Stigmurder
10. Eyes Of A Criminal
11. Overloocked
12. Implements Of Destruction



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod