Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique stoner
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Kyuss

UNIDA - Coping With The Urban Coyote (1999)
Par POSSOPO le 29 Juillet 2006          Consultée 3647 fois

Tous ceux qui ont écouté l’unique album d’UNIDA ne l’ont fait que pour une unique raison… KYUSS. Le split du groupe légendaire, véritable créateur du stoner attrista un nombre considérable de fans, chagrins de voir disparaître une formation ayant tutoyé le génie et que l’inspiration n’avait jamais quittée. Heureusement, plusieurs possibilités furent offertes aux adeptes de la secte afin de perpétuer le culte. QUEENS OF THE STONE AGE représente le nouvel avatar le plus regardable, chantre d’un rock lourd au groove qui charma rapidement les programmateurs radio. SLOBURN repris le temps de sa courte vie la touche désertique de son aïeul. UNIDA, qui connaît depuis sa naissance une existence difficile, respire également le souffle aride de l’arrière-pays californien.

Oublions SLOBURN et simplifions la généalogie. KYUSS s’est scindé en deux, chacune des têtes pensantes ayant une vision différente de l’avenir. Josh homme compte les royalties engendrées par QUEENS OF THE STONE AGE, entité respectable mais inégale, dont le succès commercial masque d’effarantes faiblesses qui cachent elles-mêmes une sincère aptitude à la composition insuffisamment utilisée. John Garcia, tente de faire vivre un projet aux traits se rapprochant plus de son premier et divin gamin. Car Coping With The Urban Coyote, sorti il y a sept ans déjà reste à ce jour l’unique album d’un combo pourtant toujours actif. Il existe bien For The Working Man mais Def Jam décida de se séparer d’un artiste au potentiel de ventes limité sans jamais lui donner sa chance. Les autres membres et ex-membres de KYUSS rejoignirent pour des durées inégales l’un ou l’autre des projets. Seul Brant Bjork, ancien batteur, préféra s’acoquiner avec les musiciens de FU MANCHU.

Le parcours du combattant suivi par le chanteur rend UNIDA attachant et il est alors facile de lui pardonner ses possibles fragilités tandis que les manques de la machine à sous de Josh Homme deviennent vite insupportables. Tâchons tout de même de ne pas tomber dans le mélo. HERMANO, autre projet de John Garcia, vogue sur une mer moins agitée, l’homme n’est donc pas tout à fait à plaindre.

Musicalement, UNIDA est facile à placer sur la carte. A mi-chemin entre KYUSS et QUEENS OF THE STONE AGE, il aimerait se nourrir du meilleur des deux mondes, marier élégamment l’étouffante pesanteur du premier et la séduction immédiate du second. Ménage impossible ?
Faire le pari de l’efficacité, c’est aussi ne pas prendre le temps de l’approfondissement du propos. Et c’est justement dans la longueur que Welcome To Sky Valley émerveillait. Le disque prenait son temps, un temps aussi infini que le paysage qu’il semblait décrire. La galette suivante proposait des images plus variées, jusqu’à parler reggae tout en continuant d’utiliser un vocabulaire très personnel. Cet essai d’UNIDA groove, rocke, présente une certaine uniformité, ne laisse les ambiances s’installer qu’en toute fin de discours, puis étire sa dernière tirade comme pour s’excuser d’avoir si vite démarrer son soliloque.

Mais voilà que je me mets involontairement à parler de Coping With The Urban Coyote comme du successeur naturel de And The Circus Leaves Town. Oui car certains morceaux, dont ce You wish de fermeture, sortent tout droit du catalogue KYUSS. Oui car cette voix inoubliable, cette basse ronflante, ce mur de guitares grasses resteront à tout jamais les lourds symboles du géant assoupi. Assoupi, voilà, KYUSS n’est peut-être pas mort, sa force tranquille est éternelle, cette œuvre en constitue la preuve. Une partie de son être continue à respirer grâce à cet album à la personnalité floue, kyussien à certains égards, terriblement franc du collier et plutôt facile par instants. Tout cela est imparfait, il manque au parti pris rock un certain tournemain mais la production est excellente, les effluves sableux réels et l’ensemble attachant.

A lire aussi en STONER par POSSOPO :


OM
Conference Of The Birds (2006)
Qui veut une soufflette ?

(+ 1 kro-express)



KYUSS
Blues For The Red Sun (1992)
évidemment désertique

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- John Garcia (voix)
- Arthur Seay (guitares)
- Scott Reeder (basse)
- Miguel Cancino (batterie)


1. Thorn
2. Black Woman
3. Plastic
4. Human Tornado
5. If Only Two
6. Nervous
7. Dwarf It
8. You Wish



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod