Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ROOT - Hell Symphony (1991)
Par POSSOPO le 27 Avril 2006          Consultée 3275 fois

Si le black metal a pris les contours qu’on lui a connus au début des années 90, cela est le fait d’Oystein Aarseth qui a su forger à son groupe et à tous ceux qui l’ont suivi leur identité, faite de satanisme et de maquillage outrancier. DARKTHRONE a également extraordinairement contribué à l’évolution d’un genre musical qui semblait éteint depuis que CELTIC FROST avait décidé d’évoluer, au grand dam de tous les amateurs de noirceur. Et caetera et caetera.

Mais le black se devait-il absolument de devenir ce flot de guitares grinçantes, épaulées par un chant émacié et une batterie décharnée? Le black était-il naturellement voué à parler d’églises en feu, de paysages nordiques et de religions préchrétiennes?
ROOT apporte la meilleure des négations à la question.

Cette formation tchèque naquit en 1987, au moment justement où le génie helvète choisissait de se vêtir de couleurs moins sombres et abandonnait ses anciennes hardes. Faute probablement à une distribution insignifiante, le groupe ne connut durant ses premières années d’existence pas le moindre commencement de reconnaissance internationale et ce n’est que longtemps après que MAYHEM, BURZUM ou EMPEROR aient attiré l’œil des médias que certains ont entendu chuchoter à demi-mots ce court vocable anglophone pour évoquer un artiste venu d’Europe de l’Est.

A ses débuts, la musique de ROOT, formidablement inspirée par les premières créations de Thomas Gabriel Fischer, aurait pu constituer une jolie alternative au black norvégien, devenu aujourd’hui table de la loi.
Hell Symphony démarre sur un sombre instrumental très réussi aux odeurs de caveau vieilli par le temps. S’ensuit une collection de morceaux évoquant, évidemment pourrait-on dire, To Megatherion. Même les cuivres inquiétants, qui conféraient une dimension encore supérieure au chef-d’œuvre suisse, figurent en introduction d’Abaddon. En plus de ce black thrash ténébreux et mélodique, ROOT se permet des expérimentations au succès variable (la litanie de Satan fatigue tandis que le mélancolique puis angoissant The prayers intrigue et séduit) mais toujours respectables.
La voix du bien nommé Big Boss épouse ce maelström lugubre avec passion. L’homme sait jouer de son organe avec un apparent naturel renversant. L’alternance de cris discordants, de grommellements caverneux et d’une voix claire sentencieuse, presque messianique, qui prendra une énorme importance sur les albums suivants donne au performeur un charisme impressionnant, donnant plus de relief encore à cette talentueuse et méconnue entité musicale.

L’ouvrage colle encore trop à l’esthétique du groupe qui apparaît en filigrane tout au long de cette chronique. Sans uniquement se contenter de répéter des gammes déjà jouées par d’autres, ROOT ne s’est pourtant pas libéré de l’omniprésente influence de CELTIC FROST. Mais son talent et son désir d’émancipation déjà palpables rendent Hell Symphony plus que plaisant.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


BURZUM
Burzum (1992)
La naissance d'un genre, le black drone dépressif




VINTERRIKET
Der Letzte Winter - Der Ewigkeit Entgegen (2005)
La fille qui avait perdu son affect


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Big Boss (chant)
- Petr "blackie" Hošek (guitare)
- Black Drum (batterie)
- Mr. D.a.n. (guitare)


1. Belzebub
2. Belial
3. Lucifer
4. Abaddon
5. Asmodeus
6. Satan
7. Leviathan
8. Astaroth
9. Loki
10. The Prayer



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod