Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Hardcore Superstar, Yld, The Throbs , Negative
- Style + Membre : Demolition 23, Jetboy

HANOI ROCKS - Self Destruction Blues (1982)
Par THE MARGINAL le 24 Mars 2006          Consultée 3744 fois

Sorti en 1982, "Self destruction blues" est le 3ème album studio des finlandais de Hanoi Rocks. Ceux-çi poursuivent leur travail de sape en gagnant un peu plus de fans au fur et à mesure que le temps passe, et en déblayant le terrain du hard rock n'roll teinté de glam et de punk (Guns N' Roses et tant d'autres combos US et britanniques ont été de toute évidence marqués).

"Self destruction blues" est un album aventureux puisque Hanoi Rocks colore son rock n'roll d'influences tour à tour heavy, hard FM et même... disco ! Malgré tout, on reconnait tout de même la patte du combo finlandais.

"Love's an injection", qui ouvre l'album, est une compo mélancolique typique de ce que le groupe sait si bien faire, avec en plus un côté retro teinté 60's fort agréable. "I want you" voit Hanoi Rocks oeuvrer dans une ambiance générale plus festive et oscille entre les Stones et Alice Cooper. "Cafe avenue" est une compo typique du début des 80's et a des intonations assez commerciales. D'ailleurs, ce titre n'apporte rien à cet album. "Nothing new", plus vigoureux, plus rythmé, remet les pendules à l'heure, fort heureusement. Les expérimentations disco évoquées dans le paragraphe çi-dessus apparaissent sur le titre "Kill city"(le "I was made for loving you" du combo finlandais, en quelque sorte) et on peut supposer que c'est l'époque qui voulait ça (on était au début des 80's, rappelons-le).

Mais trève de plaisanterie: Hanoi Rocks reste avant tout un groupe de hard rock n'roll et le prouve de manière éclatante avec d'abord le blues crade "Self destruction blues", un mid-tempo envahi par l'harmonica, puis surtout le pêchu et très roots "Beer and a cigarette", lui aussi gorgé d'harmonica. D'ailleurs, ces 2 titres semblent indissociables. Avec "Whispers in the dark", Hanoi Rocks évolue de nouveau dans le créneau de la mélancolie et flirte même avec la new-wave, quelques notes de synthé faisant leur apparition par intermittence. "Taxi driver" et le joyeux et nonchalant "Desperados" renouent avec les racines du heavy-rock. "Problem child", lui, incarne la facette punk du groupe à Michael Monroe et s'avère être la compo la plus rentre-dedans de l'album, puisque "Dead by X-mas" lorgne plutôt du côté du hard FM (avec une certaine réussite, il convient de préciser).

"Self destruction blues" est un album varié à souhait, mais Hanoi Rocks a su se montrer inspiré et éviter de partir dans tous les sens en faisant n'importe quoi. Avec ce disque, Michael Monroe et ses compères commencent à se faire un nom et à devenir une valeur sûre du hard rock. Si tout n'est pas parfait sur "Self destruction blues", on sent qu'il y a un potentiel énorme chez ce combo et le meilleur est peut-être encore à venir...

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


ASPHALT BALLET
Asphalt Ballet (1991)
Du hard bluesy de qualité

(+ 1 kro-express)



ROSE TATTOO
Rose Tattoo (1978)
1er album explosif d'un rose tattoo enragé


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Michael Monroe (chant, saxophone, harmonica, p)
- Andy Mccoy (guitare)
- Nasty Suicide (guitare)
- Sam Yaffa (basse)
- Gyp Casino (batterie)


1. Love's An Injection
2. I Want You
3. Cafe Avenue
4. Nothing New
5. Kill City
6. Self Destruction Blues
7. Beer And A Cigarette
8. Whispers In The Dark
9. Taxi Driver
10. Desperado
11. Problem Child
12. Dead By Xmas



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod