Recherche avancée       Liste groupes



      
HARDCORE  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


HORSE THE BAND - The Mechanical Hand (2005)
Par UDUFRU le 13 Novembre 2005          Consultée 2958 fois

SCENE CINEMATIQUE D’INTRODUCTION :
Udu est une jeune (belle, intelligente, cultivée et désopilante) demoiselle qui voue un culte tout particulier au metal extrême. Elle mène une existence paisible de chroniqueuse pour un excellent webzine, et occupe ses soirées à exercer son absence de réflexes sur des jeux vidéos ou à headbanger dans des concerts violents agitation 2D de pixels noirs censés représenter des cheveux.
Or, Udu l’ignore encore, mais une prophétie millénaire annonce qu’un beau soir de septembre 2005, elle devra partir en quête d’un étrange artefact musical dont la puissance, entre de mauvaises mains, pourrait être fatale au sort de tous les mélomanes de la galaxie défilement d’un texte calligraphié sur un parchemin. Cette nuit venue, alors qu’Udu, encore inconsciente de l’importance de sa mission sur Terre, s’applique à ne rien faire de constructif, la voix brisée d’un ancien compagnon d’arme résonne dans le crâne de la jeune (belle, intelligente, etc) aventurière improvisée, et lui parle en ces termes : « Udu, tu as été choisie pour accomplir une tâche dont dépend l’avenir de l’humanité (ne me demande pas pourquoi). Tu dois t’emparer d’un objet discoïdal et brillant qu’on appelle The Mechanical Hand. Pour ton information, il s’agit de la seconde création de 5 artisans outre-atlantes nommés HORSE The Band. Je ne peux t’en dire davantage, car une grande pureté d’âme est nécessaire à l’aboutissement de ton destin : tu dois accomplir cette quête seule et sans aide. Pars vite : le sort du monde est entre tes mains ! » [mise à jour des objectifs]
Udu s’arme aussitôt de son lecteur CD résistant aux coups d’épée (protection +100 contre les musiques de merde) et de son casque qui, une fois ajusté sur les oreilles, possède la capacité spéciale « assourdissement maximal » (ainsi qu’un malus « autisme »). Sa bourse en poche, elle se lance alors sur les traces ténues de l’artefact mystérieux mise à jour de l’inventaire…

chargement……………………………………………………

CHAPITRE UN : En quête du disque magique…
Voir soluce complète (indice : pour éviter de perdre des points de vie en début de partie, se rendre dans une des multiples échoppes qui proposent de la musique de sauvage).
[…] et au terme de ce combat acharné, Udu peut fouiller le corps et obtenir enfin l’objet tant convoité. niveau 2 atteint [mise à jour des objectifs]

chargement……………………………………………………

CHAPITRE DEUX : Identification de l’artefact…
Il s’agit à présent de faire identifier l’artefact par un expert en objets magiques. Mais par chance, Udu dispose de tout le matériel nécessaire : il suffit de combiner le lecteur, le casque et le disque, et d’équiper le tout sur les oreilles du personnage !
A partir de ce moment, la musique du jeu, de type 8 bits SNES, est partiellement recouverte par du hardcore excellent et très varié identification de l’artefact : classe nintendocore, rareté +80. Ses développeurs sont loin d’être dépourvus de créativité et d’audace, car il faut oser un tel mélange ! De plus, ils disposent de la technique nécessaire à l’élaboration de riffs originaux qui fusent à tout va sur une rythmique inarticulée souvent bluffante. Les tempos cassés permettent un degré d’imprévisibilité énorme potentialisée par la diversité de la palette sonore, qui s’étend sur les nombreux styles issus du punk le plus sombre. Ainsi les morceaux évitent-ils l’écueil de la linéarité. Aucun instrument n’a la vedette ; batterie, clavier, guitare et basse se répartissent équitablement les points d’expérience. Le chanteur, tout bonnement omnipotent, alterne voix déchirée hardcore, accalmies emocore et grondements gutturaux avec une adéquation toujours intense. Mais il est surtout frappant de constater que cette musique résolument violente et les sonorités old school de la console culte se marient à merveille, afin de créer un hardcore mélodique qui combine parfaitement l’émotion, la puissance et le fun ! De par sa richesse et le plaisir qu’elle procure, la galette de HORSE The Band restaure à chaque écoute l’intégralité des points de mana du joueur. niveau 3 atteint [mise à jour des objectifs]

chargement……………………………………………………

CHAPITRE TROIS : Un retour mouvementé…
Udu doit maintenant accomplir la dernière étape de son destin : consigner l’artefact dans un grimoire virtuel. Pour cela, elle doit tout d’abord rentrer chez elle… mais bientôt, alors qu’elle trottine nonchalamment sur le chemin du retour, une forme noire et imposante se dresse devant elle…
chargement……………………………………………………
Et oui, c’est le boss de fin : un métalleux pur et dur aux goûts assez fermés, qui ne tolère absolument pas la présence des sons électroniques cheap dans ce hardcore des plus sympas. Il assène à Udu un « beuargh » biéreux et deux bousculades de type pogo par tour. Si elle a choisi de faire augmenter sa compétence « persuasion », Udu peut tenter de convaincre le boss de se rallier à sa cause, en lui parlant du talent de ce groupe qui, non content de faire un hardcore singulier, fait un SUPER hardcore singulier comme on en entend que trop rarement. Elle peut aussi lui dire qu’il ne s’agit pas là de reprises de musiques de jeux déjà existants, non, les compositions de HORSE The Band sont originales à plus d’un titre. S’il finit par se montrer intéressé mais sceptique, il est toujours possible de partir en quête de R-Borlax, la première œuvre des mêmes concepteurs, où le clavier se fait beaucoup plus discret (réédition du jeu disponible prochainement en magasin).
Udu peut aussi choisir de combattre. La célèbre combo « post-hardcore lourdissime/hardcore barré/punk délirant » a toutes les chances de ramener le boss à la raison, ou de le faire fuir (cheatcodes : "Heroes Die", "A Million Exploding Suns", "Lord Gold Throneroom")…
niveau 4 atteint ouverture d’esprit +20 [mise à jour des objectifs]

chargement……………………………………………………

EPILOGUE :
Udu est finalement rentrée chez elle sans trop d’encombres. Il ne lui reste plus qu’à écrire la chronique de son aventure palpitante. C’est au terme de cette ultime épreuve qu’elle aura accompli son devoir envers l’humanité. Evidemment, elle espère vainement que tous seront aussi sensibles qu’elle à l’incroyable pouvoir de The Mechanical Hand, mais ça, c’est une autre histoire…
ending credits

A lire aussi en HARDCORE :


NORMA JEAN
Bless The Children & Kiss The Child (2002)
Marilyn Monroe pour les extrêmes !




BAD RELIGION
The Empire Strikes First (2004)
Meilleur album du monde pour débuter BAD RELIGION!


Marquez et partagez




 
   UDUFRU

 
  N/A



- Nathan (chant)
- David (guitare)
- Erik (clavier)
- Dash (basse)
- Eli (batterie)


1. Birdo
2. A Million Exploding Suns
3. Manateen
4. The House Of Boo
5. Heroes Die
6. Softer Sounds
7. Octopus On Fire
8. Soaring Quails
9. Taken By Vultures
10. A Rusty Glove
11. Sand
12. Lord Gold Throneroom
13. The Black Hole



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod