Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 0)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1995 1 Vittra
1998 1 Diabolical
2003 2 Sheol
2005 1 Pariah
2007 1 Harvest
2012 Téras
2002 Ex Inferis
 

- Membre : Dead Silent Slumber

NAGLFAR - Diabolical (1998)
Par JULIEN le 28 Octobre 2005          Consultée 3459 fois

Et le chaos embrasa la scène ! Dès l’entame de son deuxième album, NAGLFAR précise ses ambitions délétères et se rappelle au bon souvenir de tous après trois ans de silence ! "Horncrowned Majesty", déboulant dans le sillage d’une sirène d’alarme éventrant l’air de ses augures infernales, n’est pas long à déverser sa haine sur l’auditeur qui, resté sur le Black mélodique de « Vittra », n’aura rien senti venir de la déflagration suédoise ! L’intitulé de l’album et la palette noire choisie pour en illustrer l’esthétique sapaient pourtant la danse des illusions !

Quittant donc les rivages encore civilisés de « Vittra », la nuée NAGLFAR s’attaquait sans coup férir à tout fâcheux artefact d’un rayonnement divin, découpant la toile virginale des cieux depuis le fil de ses guitares bien plus affûtées que d’antan, une batterie assassine se chargeant d’annihiler tout espoir de survie. C’est que NAGLFAR se rassemblait désormais totalement sous la bannière démoniaque proclamée par son « Diabolical », et entendait pulvériser toute résistance osant s'immiscer en travers de sa marche ténébreuse triomphale, piétinant les hésitations, décapitant les compromissions. La vivacité d’un Black tempérée par l’enracinement mélodique profond de « Vittra » n’était en rien abjurée par l’escouade suédoise : la finesse guitaristique sertie dans le fracas du Black instaure la signature NAGLFAR. Mais avec son « Diabolical », le groupe s’abandonnait à la passion enragée des rythmiques coups de poings, avivait sa fureur à la source des blasts et des éboulis de double grosse caisse, taillait des morceaux troués de breaks multiples, maintenait quelques claviers ténus, et faisait de l’impressionnant gosier de Jens Ryden le guide haineux et écorché d’une formation acceptant de verser dans l’extrêmisme.

Féroce et d’une intelligence mélodique rare, le Black de NAGLFAR – que d’aucuns rangeraient plutôt dans le Dark Metal -, parcourt ici les sphères les plus élevées du Metal cornu. Situant sa teneur musical entre le maître DISSECTION, les méconnus MORK GRYNING (quelques mélodies en attestent sur "Horncrowned Majesty"), l’impalpable noirceur des riffs brumeux de DARK FUNERAL, et une intensité pas si éloignée que ça du IMMORTAL de "Battles In The North" (avec même quelques riffs tout à fait identifiables sur "When Autumn Storms Come" ou "Embracing The Apokalypse"), NAGLFAR se précipite sur le champ de bataille, mais n’y jette pas une fougue stupidement téméraire. L’imparable "Horncrowned Majesty", le gros carnage "Embracing The Apokalypse" (à signaler quelques claviers très à propos), "Blades" ou "When Autumn Storms Come" (et ses relents DARK FUNERAL) sont de purs monuments de fureur subtile, où l’appétit sauvage des guitares en tempête (à noter quelques solos assez réussis) et la cascade de breaks ne brisent en rien la cohérence de l’ensemble, les vocalises ravageuses de Jens Ryden conférant aux compos un liant supérieur... mais la vitesse n’épuise pas tout le propos de « Diabolical », et l’on retrouve ici ou là des accents plus modérés : "12th Rising" est un digne héritier de « Vittra », "The Brimstone Gate" un titre prenant, à la puissance épique évoquant le terrible et trop ignoré premier mini-cd de AMON AMARTH (« Sorrow Throughout The Nine Worlds », différent de ce qui s'ensuivrait) et "Into The Cold Voids Of Eternity" une longue composition habitée de breaks atmosphériques bienvenus et de quelques choeurs discrets. Trois offrandes dévoilant ainsi un art de l’extrême s’accommodant d’accalmies bien senties, mettant d’autant plus en valeur les envolées furieuses secouant les entrailles de la bête. Et que dire de l’intermède mélancolique au piano "A Departure In Solitude", agrémenté de nappes de claviers couvant deux minutes belles à pleurer, et préfigurant la claque finale "Diabolical - The Devil’s Child" ? Qu’il constitue le temps fort de l’album ? Mais... c’est qu’il y en a tellement !

Equilibrant ainsi ses assauts en distribuant les tempos, bien qu’il ne se hasardât jamais en deça d’un certain maintien extrême, « Diabolical » démontre toute la maturité d’un groupe nous livrant là rien moins que l’un des plus impressionnants albums du genre Black suédois, frôlant la note suprême : Si le groupe massacre sans pitié toute concurrence, il manque peut-être à la chose un léger surplus d'originalité pour véritablement annihiler toute réserve. Mais qu'importe : En moins de quarante cinq minutes, NAGLFAR réussit l’exploit d’assommer les possédés du culte extrême, sans jamais sacrifier au moindre apparat affriolant, ni se noyer dans un chaos évidé de tout sens mélodique. Et comme la production s’avère monstrueuse et organique, collant à merveille à l’intensité fractale dégagée par un groupe remarquablement affûté, l’on se dit qu’il sera bien difficile d’enrayer une telle machine de guerre. Amateurs d’extrême, vous savez donc ce que vous avez à faire...

Note : 4.5/5

A lire aussi en BLACK METAL par JULIEN :


WITCHERY
Witchburner (1999)
Black thrash




IMPALED NAZARENE
All That You Fear (2003)
Black metal


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   MEFISTO

 
   (2 chroniques)



- Andreas Nilsson (guitare)
- Morgan Hansson (guitare)
- Jens Ryden (chant)
- Kristoffer Olivius (basse)
- Mattias Grahn (batterie)


1. Horncrowned Majesty
2. Embracing The Apocalypse
3. 12th Rising
4. Into The Cold Voids Of Eternity
5. The Brimstone Gate
6. Blades
7. When Autumn Storms Come
8. A Departure In Solitude
9. Diabolical/the Devil's Child



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod