Recherche avancée       Liste groupes



      
GRINDCORE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique grindcore
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Cradle Of Filth

GOREROTTED - A New Dawn For The Dead (2005)
Par BAAZBAAZ le 28 Septembre 2005          Consultée 2324 fois

Gorerotted, c'est le grindcore groovy. La danse des zombies, la fête aux cadavres : une farandole terreuse au beau milieu de tombes fraîchement ouvertes. Et la ronde des macchabées, c'est d'abord un rythme. Un tapis lugubre et remuant de battements, de roulements et de chocs : un martèlement incessant et changeant, à la fois hypnotique et cadencé. Un tapis, ou mieux : un épais brouillard saccadé et spasmodique, qui recouvre et envahit tout en s'étendant aux alentours. Ce brouillard à un nom, il s'appelle Rushy Insane. C'est lui, c'est le batteur. Il trône sur une pile d'enclumes, de boites en ferrailles, de vieux barils de lessive et de tambours éventrés. Et son style n'est pas tant le death ou le grind que le rock'n roll. Avec lui, on claque des doigts sur les blast-beats, qui en deviennent presque sexy. La musique de Gorerotted n'est ni clinique, ni froide. Elle est bouillante, suante : elle bouge et fait bouger. Elle anime les morts.

Mais il y a un autre instrument rythmique. Les voix. Le dialogue d'un démon et d'une goule. La sourde vibration bourdonnante de Ben Goreskin, les raclements de Phil Wilson, en papier de verre. Ils se parlent, s'interpellent et se répondent. Et surtout ils ne font qu'un avec le groove : il n'y a pas, sur ce disque, de chant à proprement parler. Le son de Gorerotted est dense et opaque. Il ne fait qu'un. Les lignes vocales sont de pures pulsations régulières et syncopées qui n'ont pas d'existence propre hors du rythme qu'elles nourrissent et avec lequel elles fusionnent. Le tempo les cannibalise. La voix death, surtout. Que raconte-t-elle ? Aucune idée. Même en prêtant attention, il n'y a là qu'un magma indistinct d'onomatopées furieuses qui appuient et soulignent le bloc compact qu'est la musique du groupe. Bien sûr on entend, par moments, un mot ou une phrase. Bien sûr, ils ont écrit des textes. Mais là n'est pas le propos. Le plus important c'est la puissante succession des deux voix, leur alternance et leur parfaite intégration à l'environnement sonore dans lequel le batteur les emprisonne.

Cette musique-là, c'est une sorte de pur rythme. Presque un art instrumental. A la limite, d'ailleurs, les riffs n'en forment pas le socle : ils n'ont pas l'importance de la batterie et des voix. Leur originalité est souvent douteuse. La force du groupe n'est pas là. Cela ne veut pas dire qu'ils soient mauvais. Inspirés du thrash ou du black metal, ils sont presque mélodiques. A un moment, sur « Nervous Gibbering Wreck », pendant quelques secondes – si peu – on sent même vaguement une influence heavy assez judicieuse. Et la deuxième chanson de l'album, « Pain as a Prelude to Death » s'appuie sur des guitares très inspirées. Mais plus loin, sur « Dead Drunk », où les débats entre Goreskin et Wilson atteignent une sorte d'apogée, il y une franche impression de déjà-entendu, comme si les riffs du début de l'album étaient revenus squatter sans gène six morceaux plus loin. Mais ce n'est pas grave. C'est du grind : la marge de manœuvre est étroite. Etrangement, les riffs ne sont pas la vraie clef de voûte de ce bloc de percussion sonore qu'est New Dawn for the Dead.

Toute la diversité, la variation – subtile – des compositions, se tient donc dans le rythme. Et dans ce domaine le groupe réussit un coup de maître : il parvient à rendre entraînant et parfois – terrible hérésie – presque épique son mélange de death metal et de grindcore. De l'accélération échevelée au mid-tempo dansant, l'exploitation rusée des variations rythmiques donne à chaque chanson une identité propre. Avec « Selection and Dissection of Parts for Resurrection », c'est l'apothéose, la quintessence : riff anonyme mais énergique, déferlement d'une batterie en forme de montagnes russes, entrelacement des voix… tout ce qui fait la force et la limite de Gorerotted, coincé entre deux styles extrêmes. Car le groupe est trop grind pour prétendre faire irruption au sein de la hiérarchie actuelle du death metal, fondée sur un son massif de guitare qui lui est étranger. Hélas pour lui, il est aussi trop death ou trop thrash pour inspirer la même fascination extrême et radicale que les maîtres du grindcore.

Alors même si son groove absolu lui permet aujourd'hui de tenir son rang, Gorerotted prend à chaque chanson le risque de lasser. Sa toile rythmique est quasiment inégalable dans le genre. Mais elle est si homogène, si soudée, que l'album prend un peu l'aspect, malgré sa diversité, d'une longue litanie. Et quand la fatigue guette, c'est alors la caricature qui menace. La transformation d'une musique extrême en animal de foire. Un truc sans intérêt qui ne sert qu'à effrayer les âmes sensibles. Sur ce disque, c'est limite : on le sent bien, franchement, les « yo yo yo » gras et gutturaux de Goreskin sont aussi la preuve d'une certaine tendance au second degré. Elle peut être salutaire, elle peut empêcher certains styles extrêmes de trop se prendre au sérieux. Brûler les Eglises, avec ses potes à l'intérieur. Mais trop souvent c'est aussi une porte de sortie confortable pour une scène grindcore dont on ne sait pas trop si ses musiciens respectent toujours leur propre musique.

Chez Gorerotted, il y le groove, l'aridité d'un rock sale et provoquant. Mais aussi un spectre dont ils ne parlent pas dans leurs chansons : celui de l'auto-parodie, leur propre enterrement musical.

Ceci dit, les zombies s'en foutent. Eux, ils dansent.

A lire aussi en GRINDCORE :


TERRORIZER
World Downfall (1989)
Un monument

(+ 1 kro-express)



LAST DAYS OF HUMANITY
The Sound Of Rancid Juices Sloshing Around Your Coffin (1998)
Grindcore


Marquez et partagez




 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- Ben Goreskin (chant)
- Phil Wilson (basse, chant)
- Robin Pants (guitare)
- Fluffy Offalstench (guitare)
- Rushy Insane (batterie)


1. And Everything Went Black
2. Pain As A Prelude To Death
3. Nervous Gibbering Wreck
4. Adding Insult To Injury
5. Fable Of Filth
6. Dead Drunk
7. A Very Grave Business
8. Horrorday In Haiti
9. Selection And Dissection Of Parts For Resurrection



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod