Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Warrant, Firehouse

SOUTHGANG - Tainted Angel (1991)
Par THE MARGINAL le 3 Août 2005          Consultée 2359 fois

Avant de chroniquer cet album, il convient de commencer la chronique par un bref historique. Southgang est un quartette americain qui s'est initialement formé sous le nom de Byte The Bullet en 1988. Mais comme il existait déjà un groupe ayant ce nom-là, les 4 musiciens ont décidé de se rebaptiser Southgang. Originaire de Rome(dans l'etat americain de Georgie, et non plas la capitale italienne), Southgang écume les clubs de sa région, puis déménage en Californie dans l'espoir d'être signé sur un label. Ce sera chose faite gràce au label Charisma qui les prend sous sa coupe.

Ainsi, après quelques années de galère, Southgang sort en 1991 son premier album intitulé "Tainted angel". La pochette est on ne peut plus classique puisque les musiciens y sont représentés. En revanche, le verso de l'album montre une jeune femme blonde ayant la panoplie de l'ange et le regard aguicheur. Certaines mauvaises langues prétendent que si le groupe avait eu l'idée d'intervertir le recto et le verso du CD, celui-çi aurait vu ses ventes boostées.

Mais trève de bla-bla et parlons plutôt de ce "Tainted angel". Sur le plan musical, Southgang se rapproche plutôt de Warrant, Bon Jovi période "New Jersey", Firehouse, Poison période "Flesh & blood". On a donc affaire à du big-rock US mélodique avec quelques touches glam et des consonances bluesy/rock sudiste ici et là(ce sont sans doute les origines du groupe qui ressortent). Si on ajoute à ça que Desmond Child a co-écrit avec le groupe les titres de l'album et que la production est signée Howard Benson(connu pour ses compétences dans ce domaine), on se dit que Southgang s'est fort bien entouré.

D'ailleurs, l'album démarre en fanfare avec "Boys nite out", un gros hymne Hard US en puissance et tapageur comme ce n'est pas permis. Tout y est: voix criarde, refrain monstrueux, groove infernal, lignes de basse sautillantes, talk-box et guitares virevoltantes. Inutile de resister à un tel titre, Southgang a sorti là la grosse artillerie et on se réjouit de constater que la présence de Desmond Child n'a nullement tempéré les ardeurs du combo. La suite est fort intéressante puisque le quartette US réalise un sans-faute jusqu'au 9ème titre du CD. "Love for sale" est un mid-tempo assez classique en matière de hard mélodique, mais la recette a le mérite de fonctionner et on remarque que quelques cuivres viennent judicieusement se greffer sur ce titre. L'entêtant "Georgia lights", parsemé de consonances plus roots comme l'intro/outro acoustique et quelques notes d'harmonica, la jolie ballade "Love ain't enough", le rock n'roll furibard et endiablé "She's danger city", couplé à une jam finale à l'ambiance de saloon déjantée, le catchy "Tainted angel" enjolivé par des choeurs gospels sur le refrain, le hard boogie "Big city woman" teinté d'harmonica, ainsi que le big-rock "Russian roulette" démontrent de fort belle manière que Southgang est un groupe inspiré en plus d'avoir un sens aigu de la mélodie.

Il est juste dommage que la fin de l'album soit marquée par une baisse de régime avec la ballade poussive et sans ressort "Aim for the heart" et l'instrumental acoustique "Groove bucket", beaucoup trop court(35 secondes seulement) alors qu'il y avait certaines idées à développer dessus. Oui, dommage car Southgang est passé tout près du sans-faute...

En définitive, "Tainted angel" est un très bon album de Hard US qui fait aussi bien ressortir l'aspect mélodique du genre que les racines bluesy. Clinquant, pétillant, classieux: voilà les adjectifs que j'utilise pour décrire cet opus. Et ce qui est bien par-dessus tout, c'est que la collaboration de Desmond Child n'a pas freiné, ni aseptisé la musique de ce quartette US. Je dirai même qu'il s'agit là de l'une des meilleures(la meilleure ?) collaborations du sieur Child dans sa carrière. En outre, cet album bénéficie d'une production limpide qui lui permet de bien supporter le poids des ans.

Si "Tainted angel" était sorti 1 ou 2 ans plus tôt, il aurait eu plus de chances d'avoir du succès. En tout cas, même si le monde de la musique est truffé d'injustices, c'est incompréhensible qu'un tel album ne soit jamais rentré dans les charts. De nos jours, ce disque est devenu quasi-introuvable et il serait de bon ton qu'une maison de disque prenne l'initiative de le rééditer...

Veritable note: 4,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


CHILD'S PLAY
Rat Race (1990)
Bon hard us pêchu, incisif




LILLIAN AXE
Poetic Justice (1992)
Du hard us de très haute volée


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Jesse Harte (chant)
- Butch Walker (guitare)
- Jayce Fincher (basse)
- Mitch Mclee (batterie)


1. Boys Nite Out
2. Love For Sale
3. Georgia Lights
4. Love Ain't Enough
5. She's Danger City/seven Hills Saloon
6. Tainted Angel
7. Big City Woman
8. Shoot Me Down
9. Russian Roulette
10. Aim For The Heart
11. Groove Bucket



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod